Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Pourquoi les pétroliers s’engagent dans la COP21 ?

Ludovic Dupin , , ,

Publié le

Si les pétroliers mènent une initiative pour que les dirigeants de la planète limitent les émissions de CO2, c’est parce que la nouvelle génération de patrons ne nie plus le danger du changement climatique. C’est aussi parce que c’est l’occasion pour ces sociétés de faire valoir le gaz comme solution de transition et d’améliorer leur image auprès des investisseurs et des clients. 

Les membres de l'OGCI - Crédits OGCI

Il ne fallait pas louper la photo de famille ce vendredi 16 octobre, rue Cambon à Paris. A la tribune, les PDG des sept premières compagnies pétrolières européennes (Shell, BP, Total, Eni, Statoil, Repsol, BG), rejoints par les patrons des groupes pétroliers nationaux saoudien (Saudi Aramco), mexicain (Pemex) et indien (Reliance).

Ensemble, ils forment l’OCGI (Oil and Gas Climate Initiative), qui compte pour 10 % de la production mondiale d’énergie, 20 % de la production mondiale de pétrole !

Réunis à quelques semaines du sommet de Paris sur le climat, ils ont rencontré Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et président de la COP21, des décideurs de l’Union Européenne et des membres de la Banque mondiale. Puis ils ont présenté leur initiative à la presse.

Ils s’engagent en faveur d’une diminution des émissions de CO2 afin que le réchauffement climatique soit limité en dessous de 2°C. Cependant, ces sociétés ne prennent pas d’engagements chiffrés sur leurs propres émissions. Elles appellent les pays à donner des structures réglementaires de manière à y adapter leur business. "Nous savons prendre des décisions rapides, nous avons juste besoin d'un cadre", assure le PDG de BP, Bob Dudley.

Quel est le but des pétroliers en s’engageant dans la diminution des émissions de CO2, objectif qui va a priori à l’encontre de leurs intérêts ?


1-Parce qu’ils assument leur part dans le changement climatique

"Nous n’ignorons pas le problème (de l’impact des activités humaine sur le changement climatique), nous le comprenons et nous sommes investis pour changer les choses", lance le PDG de BP, Bob Dudley. Si cette déclaration est entendue avec scepticisme par nombre d’ONG écologistes, elle n’en reste pas moins une petite révolution.

Elle marque un changement majeur par rapport à l’échec du sommet de Copenhague en 2009 où une partie du monde économique, sans être climato-sceptique, ne s’impliquait pas dans l’enjeu climatique. La présence de Saudi Aramco, le premier producteur mondial de pétrole avec 12,1 millions de barils par jour est un signal fort.

"Selon nous, la tendance des émissions ne permettra pas de maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C", appuie Bob Dudley. Donnons crédit à ces grands patrons d’avoir réellement tourné la page de l’industrie qui nie pour passer à celle de l’industrie qui assume… et pourquoi pas de celle qui agit. "Nous sommes les méchants, mais nous sommes aussi une partie de la solution !", assure Patrick Pouyanné, le PDG de Total. Dont acte.

On peut regretter qu’il manque à l’appel de l’OCGI les grands pétroliers américains, en particulier ExxonMobil et Chevron. Bob Dudley se contente de commenter : "C’est une organisation basée sur le volontariat et j’espère que d’autres nous rejoindrons. Mais notons que tous ici, nous sommes présents aux Etats-Unis et que nous faisons partie du système pétrolier. On ne peut pas dire que les américains sont absents !"
 
2- Parce qu’Ils misent sur le gaz comme énergie de transition

Si les pétroliers s’investissent à l’approche de la COP21, c’est qu’ils anticipent la transition énergétique mondiale. Pour eux, il y a un ennemi à viser, c’est – à juste titre -  le charbon ! Le monde migre du charbon vers les énergies renouvelables et "l'énergie de transition, c’est le gaz", assure Bob Dudley.

Amin H. Nasser, Président de Saudi Aramco confirme "Nos approches sont différentes, mais nous avons tous le même but. Développer la séquestration du carbone et développer le gaz". Le fait est que la part du gaz dans la production des 10 sociétés pétrolières est passée d’un tiers à presque 50 % depuis 10 ans.

Le gaz est en effet plus vertueux : deux fois moins émetteur de CO2 que le charbon et sans particules fines et dioxyde de soufre. Mais cette transition soulève quelques défis à relever assure l’OCGI. D’une part, il faut diminuer les émissions de méthane associées à la chaîne de valeur du gaz. D’autre part, il faut s’assurer de la compétitivité du gaz face au charbon.

Ce dernier est souvent meilleur marché. L’OCGI appelle les autorités à favoriser le développement des infrastructures gazières dans les pays émergents afin de favoriser la viabilité du gaz sur ces marchés.

3- Parce que c’est une affaire de business

"Nous avons réduit depuis 10 ans nos émissions de CO2 de 20 % pour être plus efficaces et plus compétitifs ", assure Josu Jon Imaz, PDG de Repsol. Cette baisse est due en partie à la réduction du torchage du gaz qui a diminué de 37 % en dix ans chez les membres de l’OCGI.

Si cette amélioration a demandé des investissements aux pétroliers, elle leur offre aussi de nouvelles possibilités commerciales comme la capture des gaz émis pour des usages domestiques, la liquéfaction du gaz pour l’export ou la réinjection dans des réservoirs d’hydrocarbures.

Par ailleurs, les pétroliers sont de plus en plus jugés sur le plan environnemental. Dans le rapport "More Energy, Lower Emission" (plus d'énergie,moins d'émissions),  signé des 10 dirigeants, il est indiqué : "Nos sociétés veulent s'assurer que leurs activités sont commercialement viables en étant alignées sur la demande des consommateurs, des parties prenantes et des actionnaires dans tous les pays". Or tous trois sont à "la recherche de solutions respectueuses du climat".

Ludovic Dupin

 

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

 

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus