Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pourquoi le PDG de Gorgé veut introduire son pôle impression 3D en Bourse

Marine Protais ,

Publié le

Gorgé envisage l’introduction en Bourse de Prodways, sa filiale dédiée à l’impression 3D. Pour son PDG, interrogé par L'Usine Nouvelle, l'essor de la fabrication additive dans la production industrielle justifie une accélération de sa filiale.

Pourquoi le PDG de Gorgé veut introduire son pôle impression 3D en Bourse © Sebastien Sindeu

Prodways, le champion tricolore de l’impression 3D, s’apprête à s’ouvrir à de nouveaux investisseurs. Le groupe Gorgé a annoncé mardi 7 mars qu’il devrait introduire sa filiale en bourse sur Euronext Paris courant 2017, "sous réserve des conditions de marché". "Nous pensons que la fabrication additive entre dans une nouvelle phase, celle de l’impression 3D industrielle, indique Raphaël Gorgé, PDG du groupe éponyme à L’Usine Nouvelle. Les rachats successifs de GE dans le secteur il y a quelques mois en sont les premiers signes."

"Le bon timing"

Les récentes études sur le futur de la fabrication additive confirment l'intuition de Raphaël Gorgé. Le marché est en train de prendre de l’ampleur et devrait atteindre entre 15 et 25 milliards d’euros d’ici à 2020. "C’est le bon timing pour accélérer notre croissance", estime Raphaël Gorgé.

Prodways, qui fabrique des imprimantes 3D pour l’aéronautique, le médical, le luxe et l’automobile, a une carte à jouer. Car contrairement à ses rivaux américains, Stratasys et 3D Systems, le groupe français a misé depuis le début sur les imprimantes 3D à usage industriel.

Depuis sa création en 2013, Prodways enregistre une forte croissance. Son chiffre d’affaires est passé de 100 000 euros en 2013 à 25 millions d’euros en 2016. La jeune entreprise espère continuer sur sa lancée et mise sur une croissance annuelle moyenne de son activité supérieure d’au moins 4 points à celle du marché jusqu’en 2019. Et vise par ailleurs l’atteinte du break-even (en EBITDA) au quatrième trimestre 2017.

Accroître sa notoriété

Pour financer sa première phase de croissance, Prodways avait réalisé une levée de fonds pour un montant total de 25 millions d’euros, dont 15 millions apportés par Groupe Gorgé et 10 millions par le groupe Fimalac. Cette fois-ci, Gorgé a fait le choix de s’ouvrir à d’autres investisseurs. "L’impression 3D s’inscrit dans le mouvement plus générale de l’industrie du futur, qui intéresse les investisseurs privés, mais aussi la Bourse", juge Raphaël Gorgé, qui voit aussi dans cette introduction en Bourse un moyen d’ "accroître la notoriété de Prodways".

Une notoriété indispensable pour faire face aux nouveaux arrivants sur le marché. Notamment HP, qui a pré-commercialisé ses premières imprimantes 3D en 2016. "Nous restons vigilants car leur technologie semble prometteuse. Mais nous allons aussi bénéficier de leur arrivée, car ils vont pouvoir évangéliser le marché grâce à leur puissance marketing", affirme le PDG de Gorgé.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus