Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Pourquoi le débat sur l’autonomie des voitures électriques n’a pas lieu d’être

Pierre Monnier , ,

Publié le

Vu sur le web Les véhicules électriques seraient tout à fait à même de conduire leurs propriétaires où ils le souhaitent. Selon une étude, 87% des trajets moyens d’un conducteur pourraient être couvert par l’autonomie de base des voitures électriques. Ce chiffre monterait même à 98% d’ici 2020 en tenant compte des évolutions technologiques à venir.

Pourquoi le débat sur l’autonomie des voitures électriques n’a pas lieu d’être © Tesla

Qui a dit que 120 km ne suffisait pas ? Certainement pas Jessika Trancik. Cette chercheuse du MIT, l’institut technologique du Massachussets, s’est intéressé à l’autonomie des véhicules électriques. Elle a cherché à savoir, dans une étude relayée par Technology Review, si le débat redondant sur la faible capacité des batteries était réellement fondé.

L’électrique suffit pour 87% des déplacements

Pour vérifier leur hypothèse, les chercheurs se sont basés sur les 74 miles (120 km) offert par la Nissan Leaf, une voiture accessible dès 29 000 dollars (25 600 euros en France). Ils ont ensuite croisé les performances de la voiture électrique avec les habitudes de conduites des Américains, les relevés GPS, la consommation de carburant et les relevés de température. Les chercheurs ont également décidé que les recharges de véhicules avaient lieu durant la nuit.

D’après l’ensemble de ses données, Jessika Trancik et son équipe ont pu affirmer que 87% des déplacements actuels des Américains pouvaient être réalisés au volant d’une voiture électrique. Mieux, ce chiffre grimpera à 98% en 2020, si l’on tient compte des prévisions d’avancées technologiques dans le domaine.

Quel impact sur la planète ?

Les chercheurs ne se sont pas arrêtés là. Puisque 87% des trajets peuvent être réalisés avec une voiture électrique, ils ont calculé les conséquences d’un remplacement de 87% des véhicules par des Nissan Leaf électrique. Les habitudes énergivores américaines reculeraient de 61% avec un impact non négligeable sur les émissions de carbone. En remplaçant 98% des véhicules en 2020, cette baisse de consommation d'énergie atteindrait 88%.

En fonction des lieux, le taux de remplacement des véhicules varie. Légèrement plus élevé dans les grandes villes, il reste conséquent dans les milieux ruraux. L’étude affirme que même dans les campagnes, 81% des véhicules pourraient être remplacés par des électriques.

Forts de ses résultats, les chercheurs tentent actuellement de faire parvenir des voitures électriques aux conducteurs afin qu’ils puissent juger directement de l’utilité de tels véhicules en fonction de leur besoin. "Il faut permettre aux gens d’emmagasiner des informations qu’ils n’ont pas aujourd’hui", explique Jessika Trancik.

Cependant, Robert Green, informaticien à l’Université Bowling Green State, dans l’Ohio, cité par Technology Review met le doigt sur l’un des seuls points noirs de l’étude. Il met en garde sur la difficulté d'installer des bornes de recharge chez tous les Américains, et surtout sur les conséquences d'une demande massive en électricité lors de la recharge simultanée de 87% des véhicules du pays...

Pierre Monnier

Réagir à cet article

10 commentaires

Nom profil

02/10/2016 - 00h08 -

Dans l'en tête de l'article, "87 % des trajets moyens d'un conducteur" et dans l'article : "D’après l’ensemble de ses données, Jessika Trancik et son équipe ont pu affirmer que 87% des déplacements actuels des Américains pouvaient être réalisés au volant d’une voiture électrique" Ou est passée la notion de moyenne ? De plus, ce sont "les trajets" qui sont pris en compte. Je vais au pain : 1 trajet. Je reviens, 1 trajet. Je reprends ma voiture pour aller à la poste : 3eme trajet etc... Et quel type de trajet ? uniquement ceux fait aujourd'hui avec un véhicule personnel ou également ceux fait avec les transports urbains en ville (bus, métro..) On ne parle pas de l'autonomie pour une journée avec de multiples déplacement, mais de trajet. Ne pas oublier que les universités travaillent aussi avec de nombreux industriels et qu'il peut y avoir intérêts à vendre une solution.
Répondre au commentaire
Nom profil

19/09/2016 - 17h36 -

De toute façon c'est simple : soit nous trouvons des alternatives au pétrole et au gaz chaque fois que c'est possible soit nous allons décroitre lentement mais très sûrement ! Le pic oil , point critique où la production de pétrole atteindra un maximum, est déjà derrière nous. Et la population souhaitant un niveau de vie occidental augmente rapidement. Donc il faut d'urgence remplacer le pétrole et le gaz. C'est pas compliqué c'est mathématique.
Répondre au commentaire
Nom profil

31/08/2016 - 17h19 -

L'énergie de l'avenir c'est le solaire.Les panneaux photovoltaique sont faciles à installés sans aucun risque sans entrtien et performantes même si le ciel est nuageux.Le seul problème était le stockage pour l'utilisation nocturne mais ce problème est ?ésolu par l'arrivée des batteries a haute densité (Solidenergy,Storedot,Sakti3...)déclenché par la course à l'éléctromobilé .Tesla qui a compris le problème fabricant de voitures éléctriques, des batterie,et des panneaux photovoltaïques leurs bornes de recharge presque toutes dotées de panneaux solaires.
Répondre au commentaire
Nom profil

31/08/2016 - 12h01 -

Bah c'est vrai roulons tous électrique.....l'énergie électrique c'est pas polluant c'est juste produit par les centrales nucléaires, qui elle même produisent des déchets ultimes dont on ne sait que faire!...et combien de centrales en plus nécessaire pour répondre à la demande d'un parc auto à 87 % électrique.....on arrive à peine à subvenir au besoin de chauffage en hiver en l'état actuel....Je me de demande toujours comment on peut faire passer d'aussi intelligente idée! Homo sapiens ou homo crétins !
Répondre au commentaire
Nom profil

30/08/2016 - 13h19 -

La voiture thermique sera bientôt superflu,sauf si vous aimez respirer co2 et dioxyde d'azote ou vous avez des puits de petrole a vendre la vous avez toute les raison de la défendre.Réveillez vous,la révolution est déja en marche avec des voiture electrique higt tech et connecter a autonomie superieur à 320km dès fin 2016(Bolt,Tesla3,Ionique,Leaf...)a un prix très raisonnable aux alontoure de 30000 euro.aux même prix que diesel(Cancer)
Répondre au commentaire
Nom profil

19/09/2016 - 15h46 - Risk

Une voiture il faut qu'elle soit capable de servir 100% des fois. Si j'ai une voiture que m'empêche de l'utiliser 13% des fois, ça ne m'intéresse pas. En 2020 elle sera capable d'accomplir le 98% de mes trajets, d'accord, mais comment on fait pour le reste? Mais apparemment en cas de forte chaleur ou froid, les batteries s'usent plus rapidement car il faut faire marcher la clim ou le chauffage. Comment je dois faire si je dois patienter dans un bouchon, par exemple ou si j'ai un bébé dans la voiture et que je dois attendre au soleil sous 30° à l'ombre ? Si on s’arrête pour installer les chaines pour la neige et qu'on tarde 20 minutes car on est un peu manchot, on n'arrive plus à destination car on a laissé la voiture tourner pour que notre bébé ne meure pas ? Pour l'instant c'est trop de stress et d'inconfort. Il ne faut pas que les batteries doublent, mais probablement qu'elles triplent ou encore plus.
Répondre au commentaire
Nom profil

22/08/2016 - 20h31 -

pour ma part, je n'ai rien contre l'électrique. Le pb est principalement liée au 13% du temps où j'aurais besoin d'une capacité de déplacement imprévu (gamin à emmener à l'hosto ou à ces activités extra-scolaire, etc...). Le moteur thermique reste opérationnel sans délais. Donc l'électrique reste, en province, un 2ieme véhicule du foyer. Et honnêtement, je connais peu de personne prêt à investir 26000€ pour un 2ieme véhicule... Quand le premier coûte en moyenne moins de 20000€!(voir 15000€ pour la majorité...). La LLD pourrait être une alternative mais les offres actuelle ne sont pas compétitive vis à vis des promotions de tout poil fait par constructeur historique pour déclenché l'envie. Ça fait parti de la transition énergétique vanté par certaine. Comme toute révolution de notre mode de vie, nous avons besoin d'être mis en confiance. Pour rappel, l'âge moyen de l'acheteur de voiture neuve en France et au alentour de 55 ans. Bien loin des geeks à la recherche de la nouveauté.
Répondre au commentaire
Nom profil

20/08/2016 - 13h37 -

Le prix d'un véhicule dépendra de manière significative de la capacité de batterie embarquée : aussi il reste à inventer un modèle économique permettant de disposer d'un véhicule non pas de cylindrée variable mais d'autonomie variable tout en ayant la possibilité de louer momentanément une capacité supplémentaire... pour partir en vacances ?
Répondre au commentaire
Nom profil

19/08/2016 - 16h20 -

C'est exactement comme si on réduisait de moitié la puissance de freinage des voitures, au motif que dans 85 ou 90 % des cas on n'utilise que la moitié de la puissance de freinage pour s'arrêter. Ce qui compte, ce sont justement les cas exceptionnels où l'on a besoin de toute l'autonomie de la voiture
Répondre au commentaire
Nom profil

18/08/2016 - 09h42 -

Cette étude oublie juste de me dire comment je fais pour les 10% de mes trajets qui excédent les 50Km ? il me faut une voiture pour petits trajets et une 2eme pour les autres trajets ? et effectivement mon immeuble ne dispose pas de bornes de recharge....
Répondre au commentaire
Nom profil

17/08/2016 - 18h18 -

En France, la moyenne journalière des déplacements est de 31 km. Et pour 87% des automobilistes, elle n'excèdent pas 60 km. De plus, 40% des foyers français ont 2 (ou plus) voitures. M. Robert Green (nom prédestiné ?) est bien pessimiste. Si les 32 millions de voitures, qui roulent en France, étaient toutes électriques, il ne faudrait que 15% de la production annuelle d'électricité pour les recharger. Pas de quoi construire de nouvelle centrale nucléaire. Bien au contraire, avec le système SmartGrid, les VE, servant de stockage d'électricité, en redonneraient au moment des pics de demande. On pourrait fermer une ou des centrales ! Regardez cette vidéo: http://www.dailymotion.com/video/x3gv2n3_plus-de-voitures-electriques-plus-de-centrales-nucleaires_auto
Répondre au commentaire
Nom profil

18/08/2016 - 18h08 - Clément Duveau

Le problème c'est les pics de production. La consommation de courant augmente systématiquement quand les gens rentrent chez eux. Si on y ajoute la consommation du chargeur ce n'est pas jouable en l'état actuel. Les smart grids c'est bien beau, mais ce n'est pas encore prêt a être couplé aux voitures électriques. Comme toujours, il y aura des solutions.
Répondre au commentaire
Nom profil

22/08/2016 - 16h26 - Bug Danny

Les nouvelles versions de VE (double d'autonomie, >300km) seront compatibles SmartGrid (Compteur Linky): le soir en rentrant à la maison, on branchera la voiture, le Linky fera le reste: il videra, si besoin, une partie de la batterie (au-dessus d'un certain pourcentage) pour fournir le réseau aux heures de pointe, puis lancera la charge aux heures creuses.
Répondre au commentaire
Lire la suite

Les entreprises qui font l'actu

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus