Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Pour produire des nids d'abeille composites, Hexcel va construire à Casablanca une usine à 20 millions de dollars

, , ,

Publié le

Dans le sillage de ses clients, Safran, Airbus et Bombardier, le champion américain des fibres et matériaux composites Hexcel vient d’annoncer son implantation au Maroc  pour 20 millions de dollars, un mois après l’annonce de l’installation de Latecoère et Thales.

Pour produire des nids d'abeille composites, Hexcel va construire à Casablanca une usine à 20 millions de dollars
Annonce du projet Hexcel au Maroc par Thierry Merlot, VP du groupe et MH Elalamy, ministre de l'Industrie, le 19 janvier.
© Hexcel

Les rumeurs couraient depuis plusieurs semaines au Maroc : Hexcel Corporation confirme aujourd’hui son installation au Maroc.

La firme américaine, spécialiste des matériaux composites, a signé le mardi 19 janvier, un protocole d’accord avec le ministère de l’Industrie du Commerce de l’Investissement et de l’Economie Numérique conduit par Moulay Hafid Elalamy.

Hexcel prévoit d'investir 20 millions de dollars dans une usine de 11 000 m² dans la zone franche et parc industriel aéronautique Midparc, près de l’aéroport de Casablanca. 

L'industriel va y produire des "nids d’abeille" destinés à la fabrication de pièces pour les structures d’avions, nacelles et pales d’hélicoptère notamment. La construction de ce projet démarrera au printemps 2016.

Selon Thierry Merlot, vice-président et directeur général d’Hexcel pour l’Europe, l’Asie et le Moyen-Orient, "le site devrait être totalement opérationnel à la mi-2017, et employer plus de 200 collaborateurs d’ici 2020 ».

Hexcel va rejoindre dans ce parc industriel, Bombardier, Eaton, Alcoa Fastening System et Stelia qui vient de lancer les travaux de sa future usine.

Proximité des clients

"L’implantation d’Hexcel au Maroc a été fortement motivée par la proximité de nos clients [dont Safran (Aircelle), Airbus (Stelia) et Bombardier] déjà installés dans le pays et par la volonté d’intégrer l’écosystème aéronautique de la zone franche Midparc de Casablanca Nouaceur Aéroport. La présence d’une main d’œuvre locale qualifiée par l’Institut des Métiers Aéronautiques (IMA) à proximité, a également été un élément essentiel de notre choix," indique Thierry Merlot, dans le communiqué.

Cette main d’œuvre bon marché et accessible facilement permettra à Hexcel de réduire ses coûts et d’être donc plus compétitif dans le cadre de nouveaux contrats.

L’usine marocaine d’Hexcel sera ainsi la seconde, sur 19 usines en Europe et aux Etats Unis à être installée dans un pays émergent après le site de Tianjin en Chine. Pour rappel le groupe est aussi en train d'investir 200 millions de dollars en France.

Cette installation est la première annonce importante pour le Midparc depuis celle d’Alcoa Fastening System, en avril 2015. Elle est surtout primordiale par sa nature (les matériaux composites) dans la cadre de la stratégie aéronautique marocaine (encadré) renforcée par l'annonce récente de l'implantation prochaine à Casablanca d'entreprises comme Latecoere (hors du Midparc) ou Thales qui va lancer une petite usine dédiée à l'impression 3D laser.

La présence d'un spécialiste mondial des composites comme Hexcel va venir encore enrichir cet écosystème. Basé à Stamford dans le Connecticut, Hexcel a réalisé un chiffre d'affaires de 1,85 milliard de dollars en 2014 et un bénéfice net de  209 millions de dollars.

Toutes ces usines se traduisent par une augmentation régulière des exportations du secteur sans toutefois provoquer encore un forte progression contrairement à l'effet de l’implantation de Renault à Tanger, dans l’automobile.

En fait, la part du secteur s’est maintenue à 3,4% du total des exportations marocaines en 2015 et 2014. Elles ont cependant augmenté de 4,5%, atteignant 7,2 milliards de dirhams (1 000 dirhams = 93 euros) en 2015, selon les récentes statistiques de l’Office des changes ; soit 729 millions de dollars, très loin encore des 2,5 milliards de dollars annoncés à 5 ans.

Julie Chaudier, à Casablanca

L'aéro grossit à Casablanca
« Notre business model c'est d'avoir des porte-avions, de grosses sociétés comme Bombardier ou Stelia Sur Midparc avec autour une flottille de PME et permettre à ces PME de démarrer vite dans des ateliers en location notamment », expliquait Benbrahim El Andaloussi, président du Gimas, il y a un mois, à L'Usine Nouvelle. En octobre dernier,il assurait qu’ « une vingtaine de PME, dans le giron de Stelia, dont la construction de l’usine [avait] démarré il y a un mois pour être opérationnelle en juillet prochain, [envisageait] de s’installer ». Les Ateliers de Haute Garonne, Goam, NSE et Innovelec opèrent déjà depuis plusieurs mois dans modules industriels construits par le Midparc au sein de la zone franche. En juin dernier, la PME lyonnaise Aerospace Tacalemit, a, à son tour, confirmé son installation dans la zone franche.

 

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus