Dossier

Opération Made in France: les dessous d'une fausse bonne idée

Pour ou contre un label "Made in France"?

Par  - Publié le
Made in France
© Fotolia

  Le rapport remis jeudi dernier au chef de l’Etat par le député UMP Yves Jégo préconise le marquage « Made in France » des produits dont l’essentiel de la production est réalisée en France. Ce label est-il pertinent ? A vous de nous le dire.

Dans son rapport remis jeudi au chef de l'Etat, le député UMP Yves Jego propose comme mesure phare un marquage facultatif « Made in France » avec de une à trois étoiles "afin de valoriser les entreprises qui fabriquent l'essentiel de leur production en France" et informer le consommateur sur la qualité du produit qu'il achète. D'ici à fin 2010, Yves Jego devra en coordination avec le ministre de l'Industrie Christian Estrosi, mettre en oeuvre les principales préconisations de son rapport.

Pour ou contre un label « Made in France » ? Donnez votre avis.

 

 

Les premières réactions

« C’est un argument commercial et marketing indéniable»,
Didier Martin, PDG d'Eugène Perma

« Il est très important de défendre l’industrie française. Nous revendiquons de plus en plus la fabrication 100 % française de nos produits. Je pense que c’est un argument commercial et marketing indéniable, notamment à l’international. Nous nous inscrivons pleinement  dans le souhait d’Yves Jego et de Nicolas Sarkozy de créer un label ou une marque France. Ce n’est pas être anti-européen. C’est être simplement citoyen et permettre aux consommateurs de savoir exactement ce qu’ils achètent. »  Le groupe Eugène Perma qui réalise 120 millions d’euros de chiffre d’affaires avec 600 salariés, avait investi 1 million d’euros au printemps 2009 pour relocaliser la production de la lotion Pétrole Hahn en France, dans son usine de Reims. « Ce rapatriement répond à une volonté stratégique de notre part, tant pour des raisons économiques que marketing », avait alors justifié Didier Martin.

Propos recueillis par Adrien Cahuzac


« Nous ne sommes pas très en faveur des marques et des initiatives collectives »,
Luc Morelon, directeur de la communication de Lactalis


« Chez Lactalis, nous ne sommes pas très en faveur des marques et des initiatives collectives. Nous préférons nous appuyer sur nos marques propres. D’ailleurs, l’image de la France, nous ne l’utilisons pas forcément pour vendre nos fromages à l’étranger. La marque Président, avec laquelle nous réalisons 1,4 milliard d’euros de ventes dans le monde, est une marque internationale aux racines françaises, dont nous sommes certes fiers. Mais son marketing ne revendique pas sa "francitude". »


Propos recueillis par Patrick Déniel


« Je suis pour à 1000% »,
Bernard Carayon, député UMP du Tarn


« Je suis pour à 1000 %, pour au moins trois raisons : je suis fier des talents de mon pays; c’est un besoin des consommateurs français et étrangers et enfin c’est une reconnaissance pour les producteurs. Pour le premier point, je pense que nous avons raison d’être fiers des talents français qui s’expriment dans l’industrie ou l’agroalimentaire. On peut citer les grands programmes lancés par Charles De Gaulle et encore d’actualité comme le CEA, le ferroviaire, les infrastructures pour l’industrie, etc. On peut encore citer l’agroalimentaire et les produits issus des terroirs, des secteurs où les talents sont reconnus dans le monde entier. Pour les consommateurs, ce label "Made in France" est une garantie de qualité. Même si un produit est plus cher, je préfère acheter par exemple un jouet français car je suis sûr qu’il sera fabriqué par des personnes ayant des droits sociaux, mais aussi que le produit répondra aux normes de sécurité et environnementale. Enfin, c’est une reconnaissance pour la production, une garantie que le produit est porté par le pays tout entier. Tout comme pour le sport, l’idée de patriotisme économique est nécessaire. »

« Le Made in France est anachronique »,
Denis Gancel, président de l’agence de communication W&Cie et professeur à Sciences-po.

« Je suis assez à l’aise avec la valeur véhiculée par le rapport de M. Jego, mais à l’étroit dans un concept "Made in France". Comme je l’ai fait remarquer à M. Jego lors de l’audition, je ne peux pas comprendre que ce type de label soit en anglais. A l’identique, Nicolas Sarkozy voulait promouvoir, le "Fabriqué en France". Avec le 2.0, avec le brassage des idées et des concepts, les idées ont énormément d’origine, mais avec ce terme je ressens de la peur et du protectionnisme, avec sous-jacente l’idée politique de protection de l’artisanat dans les régions de France. Le "fabriqué" fleure trop le XVIIIe siècle. L’échelle de l’enjeu est celle de la fierté d’appartenance et de tout ce qui peut nourrir ce sentiment. L’idée de proposer un label qui renseigne le consommateur avec des règles juridiques est très prometteuse. De se battre comme le fait Yves Jego pour l’exact affichage, la transparence, et la traçabilité des produits n’est pas un combat d’arrière-garde, c’est super moderne. Ce rapport est une chance pour la France. »

Retrouvez la Tribune complète de Denis Gancel.


A lire aussi l’évènement dans l’Usine Nouvelle N°3192

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

18 réactions

Joursat | 19/05/2010 - 13H03

A l'heure où le financement des retraites est d'actualité, la véritable origine du deficit, plus que la pyramide démographique inversée, ne rédide t'elle pas dans la délocalisation des salaire qui sont la base des cotisations qui finance le système. C'est donc sain de vouloir re-produire en France y compris, en cas de pénurie de main d'oeuvre, en faisant appel à de l'immigration intra-communautaire ou de pays candidat à l'adhésion afin d'éviter les travers connus (fuite d'une partie des salaires dans le pays d'origine, acculturation, ...)
Clin d'oeil pour la rédaction d'UN : répondre "Thank you for voting !" à la question "Voulez-vous du made in France ???

Signaler un abus |  CITER

sunnyvest | 14/05/2010 - 19H54

En tant que consommateur, je regarde systématiquement le lieu de fabrication des produits que j’achète et je favorise les articles fabriqués en France - dés lors que le surcoût est raisonnable à qualité équivalente -. A défaut de produits français, je privilégie les produits européens ou provenenant de la zone Euromed. La raison est simple : ce ne sont pas les chinois qui payeront nos retraites, nos hôpitaux et nos écoles. De plus, les règles commerciales étant assymétriques, les français ne vendront jamais de Made in France en Chine sauf peut-être dans certains marchés de niche qui resteront toujours marginaux et sans impact réel sur les emplois du pays (même les Airbus étant maintenant assemblés en Chine !).
D’autre part, je suis scandalisé par les marques françaises qui trompent les consommateurs, leur faisant croire qu’un article vendu très cher est d’origine française alors qu’il est fabriqué ailleurs à vil prix. Les consommateurs sont de plus en plus éduqués et vigilants, cette loi doit les aider à (bien) choisir.
D’autre part, je suis également auto-entrepreneur : après mes heures de travail en tant que salarié, je vends des articles dédiés au cyclisme sur un site internet. Il m’arrive même de concevoir et faire fabriquer des produits exclusifs. Là, je ne peux que blâmer les entreprises françaises : pour toute demande de devis envoyée par mail, un chinois vous répond en 6 heures, un allemand en 1 ou 2 jours, un français ne vous répond … presque jamais ! (à quelques rares exceptions près…). Et si vous essayez de téléphoner un vendredi, un lundi ou pendant les vacances scolaires, vous n’aurez probablement pas la réponse tant attendue car la standardiste ou la personne du service commercial ne sera pas là.
Conclusions :
1)Il est indispensable de créer un label « Made in France » pour aider le consommateur à choisir un produit en toute connaissance de cause.
2)Le patriotisme économique ne doit pas empêcher les entreprises de remettre en cause leur organisation figée depuis des décennies alors que les 35 heures et internet font douloureusement sentir l’archaïsme de leur fonctionnement. Quand à parler d’innovation, le chemin est encore long pour nombre d’entre elles, hélas…

Signaler un abus |  CITER

Popinho | 12/05/2010 - 15H41

Qui serait Capable de Quitter son Job, et son confort actuel pour creer une entreprise proposant des produits (vetments, ...) Made in France ?
N'ayons plus comme but/indicateur, l'argent, mais plutot le nombre d'emploi, en France, que cree les produits que nous fabriquons, en France ?
Soyons un peut egoiste et pensons a nos enfants !
Je n'en peux plus de voir les produits "Equitable", acheter plus cher un produit fait par un paysant du fin fond du Cambodge (je n'ai rien contre les paysants cambodgien) ! Je veux que l'on me propose des produits Made in France, la j'accepterais de payer plus cher, car je sais que je participe "volontairement" (et non par un impot impose !!!) a la croissance de mon Pays

Signaler un abus |  CITER

Bon sens | 10/05/2010 - 14H09

Quand deviendra-t-on intelligent en France?

Dans un monde globalisé, il vaut mieux aller chercher la croissance ou elle est! Et pour cela, il faut arrêter d'être français, mais européen ou tout simplement humain !!

Pour le made in France, pourquoi pas. Par contre, est ce qu'il y a une étude de rentabilité qui a été faite ou c'est du pur jus de la politique encore!! Qu'est qu'on va y gagner avec la made in France en France et à l'international ?

Attention à l'intégrisme économique quand le monde est encore une fois prêt à être dominé par les chinois et les indiens!!

Signaler un abus |  CITER

Clarifier ce que le made in France | 10/05/2010 - 14H02

Pour l'agro alimentaire c'est peut être possible mais sinon dans une économie mondialisé, aller savoir comment déterminer le made in France!! Un Phone est américain ou chinois ??

Signaler un abus |  CITER

daniel | 10/05/2010 - 08H25

Acheter local c'est comme cotiser pour sa mutuelle. Du bon sens.
C'est vrai pour les produits de grande consomation, un peu moins pour les équipements industriels que principalement on exporte à destination de groupes français qui délocalisent.

Signaler un abus |  CITER

onealter | 08/05/2010 - 20H01

a hexaconso !
Il est enfin temps de remédier à toutes ces importations irrégulières & ces contrefaites.
Le consomateur va enfin pouvoir faire son choix.
Made in france * ou ** ou *** me semble très explicite.

Signaler un abus |  CITER

mmg | 08/05/2010 - 16H54

oui, si cela s'applique à des produits dont 80% au moins de la valeur ajoutée provient de salariés d'entreprises françaises.

Signaler un abus |  CITER

Thierry | 08/05/2010 - 15H09

Pour ma part je suis dans le secteur des dispositifs médicaux et là, la fabrication française mérite le Fabriqué en France. Par rapport aux fabrications qui viennent principalement d’Asie, les produits fabriqués en France ont une vraie traçabilité afin de sécuriser les utilisateurs et consommateurs. Que les hautes instances demandent la traçabilité réelle des matières premières et des process pour les produits venant d’Asie, d’inde, du Pakistan etc.. et là je pense que l’on va moins rigoler et je parle en connaissance de cause. Le fabriqué en France est trop injustement assimilé à la nourriture et à la boisson alors que bon nombres d’idées et de savoirs faires autres que les métiers de la bouches trouvent leurs points de départ en France. Bien sur que nous sommes dans une époque de mondialisation et que la croissance est plutôt en Asie, Inde, Mexique, Brésil et autre pays émergeants. Les français manifestent, crient au scandale pour leurs acquis sociaux mais par contre ils achètent tous les jours des produits qui sont fabriqués dans des pays ou l’on exploite les humains qui ne gagnent même pas par jour en faisant 10h dans la journée ce qu’un français gagne en une heure. Donc hors mis les critères qualitatifs il est évident que le Fabriqué en France permet aussi de réduire l’utilisation sans cesse la pauvreté du monde. Il est clair que si le Made in France avec sa qualité, son savoir faire peut permettre de garder beaucoup plus d’activité industrielle en France et de respecter l’humain ou qu’il soit, alors n’hésitons pas à obliger l’indication « Fabriqué en France ». Protégeons-nous avant d’être contraint de devenir un pays émergeant, car qui dit émergeant dans la mondialisation d’aujourd’hui dit population pauvre. Se protéger ne veut pas dire être fermé aux échanges commerciaux.

Signaler un abus |  CITER

MML | 08/05/2010 - 12H46

Notre espace économique, c'est l'Union Européenne et la zône Euro. D'accord pour le "Made in Europe", mais surtout pas de "Made in France" en 2010 !!!

Signaler un abus |  CITER

mirole | 08/05/2010 - 11H34

votre argument développé en france, c'est faire le jeu des importateurs qui crée notre déficit commercial avec l'export.

Signaler un abus |  CITER

Mirole | 08/05/2010 - 11H23

Quelle idée géniale ! ......
Aprés une décision de 30 ans, on efface tout et on recommence !....
Où est le développement durable ? .....

Signaler un abus |  CITER

CC | 07/05/2010 - 20H54

Je pense proposer la mention "produit en France" et je proposerai aussi "développé en France" car il y a aussi de nombreux produits fabriqués à l'étranger et en France et qui ont été développés en France.

Signaler un abus |  CITER

Jepi74 | 07/05/2010 - 20H08

Le Made in France me semble une très bonne idée de salon par à mon avis elle est limitée dans sont champ d'application. Est-elle destinée aux consommateurs français ou étrangers ? Pour ces derniers, elle pourrait s'appliquer aux produits de consommation, et à ceux où la France a une image positive : produits alimentaires, automobiles, vêtements, décoration et art de la table, mobilier, en règle générale pour tous ceux que les touristes peuvent découvrir et apprécier lors d'un séjour dans notre beau (et pas toujours accueillant) pays et dont ils aiment à conserver le parfum. Pour les autres (produits industriels ou produits de consommation pour lesquels la France n'a pas d'image (multimédia, chaussures pour ne citer qu'eux) je n'en vois pas l'intérêt.
Si ce label est destiné aux consommateurs français, comment en gérer sa délivrance sans monter encore une "usine à gaz" ? A l'heure de la mondialisation, pour des produits agricoles comme industriels, la cycle de fabrication intègre une foultitude de composants, matières importés, sur des machines importées, et ils sont fabriqués par des ouvriers…invités. Si on se base sur la dernière opération de fabrication ou d'assemblage avant la commercialisation, pourquoi pas. Dans ce cas il serait intéressant de réactiver le slogan "nos produits sont nos emplois" car c'est cela qu'il faut préserver.
Pour ceux qui veulent à tout prix acheter français il existe la norme NF dans certains domaines. Pour l'alimentaire l'affichage de l'origine est très fréquent sinon obligatoire, et bientôt le bilan carbone viendra informer si la fraise vient du midi ou d'Afrique du Sud.
Mais en définitive, si c'était vraiment un critère de choix, il y a longtemps que les industriels et les distributeurs s'en seraient emparés, comme ils l'ont fait récemment pour le bio.

Signaler un abus |  CITER

Hexaconso | 07/05/2010 - 19H23

La France est l'un des seuls pays au monde à savoir ou avoir su TOUT faire : du textile au travail des métaux, de la maroquinerie à l'aéronautique, de l'agroalimentaire au travail du bois... Ne laissons pas ces savoir-faire se perdre et se noyer dans une mondialisation béate. Plus le consommateur sera informé sur ce qu'il achète, plus il prendra conscience de l'importance de ses actes d'achat.

Signaler un abus |  CITER

yr71960 | 07/05/2010 - 18H54

Il me semble que notre survie ne pourra se faire qu'à travers l'Europe. L'idée du made in France est en contradiction avec l'idée européenne, donc à long terme dessert la France. Le français étant d'un naturel peu enclin à avoir une vision hors de ses frontières, l'encourager dans ce sens n'est pas un service à lui rendre. Par ailleurs, qui grèvera son pouvoir d'achat en achetant x% plus cher un produit made in France, peu de gens. Si nos produits étaient compétitifs dans le rapport performance/prix il ne serait pas nécessaire de leur rajouter une étiquette. Concentrons nos efforts sur le rapport performance/prix et arrêtons de nous chercher des protections artificielles et démagogiques.

Signaler un abus |  CITER

broquere | 07/05/2010 - 18H33

C'est tellement évident: nous avons le droit de savoir d'où viennent les produits. C'est l'intérêt Français pour la nourriture car nous avons les meilleurs produits. Bien sûr tous les autres veulent banaliser les produits pour vendre leur basse qualité aux prix de la grande distribution. Et nous nous laissons faireN Qui disait que les Français étaient des veaux?!

Signaler un abus |  CITER

gilles | 07/05/2010 - 18H19

Il était temps, et pourquoi pas un logo BLEU BLANC ROUGE
Pourquoi ne pas réactiver un slogan un peu ancien (1970 - 1975 ?)
NOS ACHATS, SONT NOS EMPLOI S
Quand on parle de niches fiscales : pourquoi ne pas créer une NICHE FISCALE pour ceux qui achète du MADE IN France Labellisé : Un vrai bonus FISCAL pour ceux qui achète des produits français. Cela coutera probablement cher que la DE INDUSTRIALISATION et c’est du bon sens et cela existe déjà dans le monde de façon discrète mais très efficace.
Pourquoi ne pas rendre le transport + cher ?
• J’achète une Citroën fait à Rennes, pas en Espagne ou en Slovaquie.
• J e vont à la Réunion ou à la Martinique, sur un Cie aérienne qui gère des salariés au régime Français.
• Je mange des pommes françaises (et NON Sud africaines, alors les Sud africains meurent de faim)
• Condamner les ouvriers ( bas salaire) à acheter des premiers prix , c’est les condamner à scier la branches de leurs emploi , car il achète du made in China …… (tee shirt…..)
• Cette réflexion est valable pour beaucoup de choses matérierielle et immatérielle : services, produits électroniques, textile, mécanique.. prestations intellectuelle….

Signaler un abus |  CITER

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Identifiez-vous