Pour Eiffage, le bois est l'avenir de la construction en ville

Publié le
Eiffage
© Alexandre Prevot - Flickr - C.C

  L'avenir de la construction en ville n'est pas dans le béton mais dans le bois massif : l'avis est celui d'un expert, Eiffage, quatrième groupe européen de BTP et de concessions.

Pour le roi du béton, le bois est l'avenir du BTP en ville. "Et ce n'est pas une utopie", a assuré François Jullemier, directeur général adjoint d'Eiffage Construction, au cours d'un colloque sur la ville du futur, jeudi soir à Paris. "En ce moment, nous posons les premiers modules d'une opération à La Rochelle (Charente-Maritime) en bois masse."

Loin de l'image d'Épinal du chalet de montagne ou de la maison "écolo", le bois est désormais valorisé pour des immeubles collectifs urbains.

"Le bois masse a tous les avantages", a expliqué François Jullemier. "C'est du bois épais qui permet de stocker une grande quantité de CO2 et de calculer des bâtiments jusqu'à sept niveaux en hauteur."

Avec à la clé, a-t-il défendu, un nouveau gisement d'emplois non délocalisables. A condition de développer une filière locale à partir d'un potentiel aujourd'hui sous-exploité : si la France est le troisième pays européen pour sa surface forestière, après la Suède et la Finlande, l'essentiel du bois massif vient d'Allemagne, d'Autriche et de Scandinavie.

Attiré par un bilan carbone nettement plus vertueux que le béton, le Grenelle de l'environnement avait fixé en 2009 des objectifs ambitieux en la matière. Mais si les projets se multiplient aujourd'hui, la part de marché du bois dans la construction reste minoritaire en France, autour de 10%, selon une estimation du ministère de l'Ecologie.

Eiffage a contribué à des bâtiments en béton emblématiques comme l'opéra de Sydney ou la Maison de la radio à Paris. Plus récemment, il a érigé la plus haute pile de béton du monde pour le viaduc de Millau.

Il n'en pilote pas moins depuis plusieurs années un laboratoire de prospective sur les tendances dans les transports, la construction et la consommation d'énergie dans les grandes agglomérations à l'horizon de 2030.

Ces travaux sont conduits en partenariat avec Dassault Systèmes et le spécialiste du transport par câble POMA.

Avec Reuters (Gilles Guillaume)

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Les articles liés :

La filière bois s’invite en hauteur dans la ville
Le bois, matériau écologique et renouvelable, doit conquérir sa place dans le secteur du bâtiment en ville. C’est la grande orientation qui ressort de la synthèse des actions du plan bois. Le constat est connu : la France, […]

La France vend sa ville durable en Chine
Un accord avec Shenyang lors de la visite du Président chinois doit lancer un projet de construction d’une ville franco-chinoise de 10 km2 dans le nord de la Chine. Pour apercevoir le Yangze, encore faut-il avoir de la chance. […]

Villes-entreprises : Toulouse et Airbus, un mariage qui dure au coeur de la ville rose
Cette semaine, notre série d’été nous emmène à la découverte de ces métropoles dont le destin est lié à une entreprise industrielle... pour le meilleur ou pour le pire. Aujourd’hui, cap sur la ville rose et ses environs. […]

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous