Pour Delphine Batho, la transition énergétique passe par le smart grid

Par  - Publié le
Delphine Batho - Ecologie
© David.Monniaux - Wikimedia commons

La ministre de l’Ecologie s’est rendue ce mardi 4 juin au congrès Smart Grid à Paris, qui se tient jusqu’au 6 juin au Cnit de Paris la Défense. L’occasion de souligner l’importance des réseaux électriques, et de leur intelligence, dans la transition énergétique.

A défaut des tenants du nucléaire ou des gaz de schiste, Delphine Batho peut se targuer de séduire les industriels du réseau électrique. Le passage de la ministre de l’Ecologie sur le congrès Smart Grid Paris lors de son ouverture, ce mardi 4 juin, a été apprécié… et même minuté : environ 90 minutes selon un exposant, fort satisfait de la sensibilité de la ministre et de son équipe vis-à-vis de l’importance du réseau électrique.

Delphine Batho a terminé sa visite en participant à la conférence de presse du lancement du projet Postes électriques intelligents, organisée par RTE, l’opérateur du réseau haute tension français. Aux côtés du président du directoire de RTE, Dominique Maillard, du directeur de la stratégie et de l’innovation d’Alstom Grid, Laurent Schmitt, et de François Moisan, directeur stratégique de l’Ademe, la ministre a salué ce "projet qui s’inscrit dans la perspective de long terme qu’est la transition énergétique". Elle s’est félicitée d’avoir vu dans les stands "toutes les technologies" qui permettront de la réaliser. Et de résumer, peu après : "Tous les défis que nous allons devoir relever nécessiteront le développement du réseau électrique".

Décision sur Linky avant la fin du mois

La ministre a précisé les modalités de son soutien aux réseaux intelligents. Du côté de l’innovation, après les 16 démonstrateurs smart grid financés par l’Ademe dans le cadre des investissements d’avenir, la ministre a affirmé : "Nous élaborons un nouveau programme d’investissements d’avenir et j’ai demandé au Premier Ministre qu’il y ait un volet smart grid." Sur le dossier emblématique du compteur intelligent d’ERDF, Delphine Batho s’est montrée volontaire : "Linky est la pierre angulaire de la construction du smart grid en France […] Je souhaite que le lancement de l’appel d’offres ait lieu et soit décidé avant la fin du mois de juin." Quant au déploiement de Gazpar, le cousin de Linky pour le gaz, "le gouvernement prendra sa décision sur la base de la délibération [attendue mi-juin] de la Commission de régulation de l’énergie", a poursuivi la ministre.

Accélérer la construction des lignes à haute tension

Autre sujet crucial pour le réseau : "J’ai demandé à la DGEC [la Direction générale de l’énergie et du climat] de faire des propositions de simplification des procédures d’autorisation pour la construction des infrastructures de réseau", a déclaré Delphine Batho. Selon la ministre, ces simplifications seront intégrées au volet réseaux de la future loi de programmation énergétique qui sera élaborée à l’issue du débat sur la transition énergétique. Du côté de RTE, on apprécie : "C’est la première fois que la ministre se prononce aussi précisément", commente-t-on du côté de RTE. L’opérateur milite de longue date pour un assouplissement des procédures nécessaires à la construction de ses lignes à haute et très haute tension : "C’est une question de calendrier pour la transition énergétique. Il faut cinq ans pour construire une ferme éolienne, mais huit ou dix ans pour la ligne électrique qui la raccorde au réseau." Des arguments qui, visiblement, portent auprès de Delphine Batho.

Manuel Moragues

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Identifiez-vous