Dossier

Le feuilleton de la présidence du Medef

Pierre Gattaz rode sa campagne pour le Medef

Par  - Publié le
Pierre Gattaz - GFI
© Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Le candidat à la présidence du MEDEF rodait, ce mercredi 6 février, sa campagne électorale aux Assises de la mécanique. Il y a testé discours et formules auprès d’un public plutôt acquis. Mais l’ombre d’une candidature St Geours, actuel président de l’UIMM (Union des industries de la métallurgie) plane.

De sa poche, il sort un convecteur fabriqué par  sa société, Radiall. "Celui-là, je le garde, il a été touché par François Hollande lorsqu’il est venu chez nous" explique Pierre Gattaz devant  la fédération de la mécanique réunie en assises.  En un seul geste, sous les ors de l’hôtel Potocki de la CCIP, avenue de Friedland,  le candidat à la présidence du MEDEF a réussi à faire passer deux messages.

Premièrement :  il est un patron de terrain qui fabrique des vrais produits qu’il vend à des vrais clients. Deuxièmement, il a le bras long. Ce n’est même pas lui qui va à l’Elysée, c’est le président de la République qui vient à lui. Au cours de son discours, il enfoncera le clou en précisant qu’il "rappelait  justement l’autre jour au ministre du Redressement, Arnaud Montebourg que pour avoir une usine en France, il faut être un fou ou un saint."  Avec la fédération de la mécanique, il dispose d’un public tout acquis, alors il rode le discours qu’il promènera bientôt dans les autres fédérations et les Medef territoriaux. Il y a d’abord les 5S, une méthode d’amélioration continue familière aux industriels et qu’il utilise comme une métaphore du cadre économique qu’il faut créer en France : un S pour simplicité (administrative), un autre pour stabilité (des règles), un troisième pour sérénité fiscale, un  S pour souplesse sociale, etc... le sujet de la simplicité remporte un franc succès. "Il faut que nos élites administratives Bac+7 ou Bac +25 ne se disent pas on va gérer la complexité mais on va simplifier" lance-t-il.

Puis Pierre Gattaz déroule les points noirs de la (non) compétitivité coûts de la France, en saluant l’équipe du Medef pour ce "premier pas que constitue le crédit impôt compétitivité" mais en soulignant "les efforts qui restent à faire". Il développe les potentiels de la compétitivité hors coût qui sont du ressort des chefs d’entreprises  avec l’innovation et tout "un travail de motivation des hommes". Il promeut l’idée d’une grande cohésion "entre les chercheurs et l’industrie, la sphère privé et la sphère publique, les grands groupes et les PME."

Enfin il attaque dans le dur. A quoi ressemble son "Medef idéal". ? Un "Medef de combat", un "Medef de terrain", un "Medef d’audace et d’enthousiasme", un Medef de "rassemblement". Les formules se veulent percutantes : "les dettes de la France d’aujourd’hui, c’est les impôts de demain et le chômage d’après-demain." On s’y perd un peu à la fin. Ce qui ne l’empêche pas de conclure avec l’optimisme qui le caractérise "la France est une formule 1 qui s’ignore".

Dans son nouveau rôle, Pierre Gattaz semble assez à l’aise. Au cocktail qui suit, les patrons sont conquis. "Gattaz, il est bien, il a les idées claires, il parle bien". Un autre pense qu’"il lui manque tout de même un petit quelque chose … peut-être un poil de charisme."  Chez les mécanos, Gattaz est bien placé. "De toute façon, nous on veut un industriel. » Avant de lui laisser le micro Jérôme Frantz l’a présenté comme « le patron des patrons … de l’industrie" puisque Pierre Gattaz est président du GFI. C’est déjà ça. Mais une ombre plane sur ce projet de promouvoir leur champion : "Si Frédéric St Geours se lance, ça va être dur". Le président de l’UIMM  n’a pas encore déclaré sa candidature mais il se fait plus présent dans les médias. "A l’UIMM, ils sont forts" explique un participant, "s’ils veulent St Geours, ça va être le rouleau compresseur."

Anne-Sophie Bellaiche

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous