Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Petroplus retarde encore le dépôt des offres de reprise

, , , ,

Publié le

La direction de la raffinerie située à Petit-Couronne près de Rouen décale ce 27 avril la date butoir pour la troisième fois depuis mi-mars.

Petroplus retarde encore le dépôt des offres de reprise © zigazou76 - Flickr - C.C

Initialement fixée à mi-mars, la date de dépôt des offres de reprise du site de Petroplus Petit Couronne avait été décalée au 30 avril. Mais la direction a décidé de laisser plus de temps aux entreprises pour améliorer leurs offres. Si bien que la prochaine échéance a été fixée au 25 mai.

"Les administrateurs judiciaires ont été saisis, dans les dernières semaines, de marques d'intérêt nouvelles de la part d'investisseurs potentiels. A ce jour, trois sociétés ont maintenu leur intérêt mais ne seront pas en mesure d'établir d'offre recevable et conforme aux exigences légales au 30 avril", a indiqué dans un communiqué la direction de la raffinerie.

Selon elle, le but  reste de maximiser les chances d'une reprise basée sur "un projet industriel pertinent, financé, et porteur de garanties en termes de préservation des emplois".

Pour Nicolas Vincent, responsable syndical pour la CGT, "ces trois prochaines semaines doivent être mises à profit pour faire avancer le dossier de Petroplus qui est loin d'être réglé".

Cette annonce intervient pourtant deux jours après l’annonce du chef de l’Etat Nicolas Sarkozy sur France Info. Il déclarait alors que le dossier était réglé : « Pendant des semaines, on a parlé de la liquidation de la Fonderie du Poitou, c'est réglé. De Petroplus, c'est réglé."

L’intersyndicale a rétorqué ce 27 avril via un communiqué. "Petroplus c'est réglé ?? Nous laissons à l'instigateur de cette affirmation la responsabilité de s'en expliquer. Même si le dossier a favorablement avancé depuis janvier 2012, les 550 salariés de la raffinerie de Petit-Couronne sont toujours très inquiets du devenir de leur outil de travail".

La raffinerie Petroplus de Petit-Couronne a été placée fin janvier en redressement judiciaire pour six mois à la suite de la faillite de sa maison mère suisse. Elle doit redémarrer courant mai pour honorer un contrat ponctuel d'une durée de six mois signé avec Shell.
 

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Les entreprises qui font l'actu

 

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus