Pétrole et gaz : Fastnet et Cairn confirment leurs programmes de forage au Maroc

Par  - Publié le
Fastnet
© fastnetoilandgas.com

Les compagnies d'exploration pétrolières partent à l'assaut des ressources en hydrocarbures au Maroc. La britannique Fasnet oil and gas plc recherchera du gaz pendant que l'écossaise Cairn Energy traquera le pétrole. Des ressources en schistes bitumineux pourraient aussi être évaluées.

Ça bouge encore dans les hydrocarbures au Maroc, un pays jusque-là quasi dépourvu de pétrole ou de gaz au contraire de son voisin algérien. La petite société indépendante britannique d'exploration Fastnet va procéder aux opérations de forage à Tendrara Lakbir dans la région de l’Oriental au sud d'Oujda sur une étendue de 14 548 km² pendant qu'une autre société, écossaise celle-là, Cairn Energy opérera à Foum Draa à 150 kms au sud-ouest d'Agadir sur 29 200 km².

"nous augmenterons notre superficie d'exploration au Maroc"

De fait, Paul Griffiths, directeur général de Fastnet  a déclaré dans un communiqué le 27 mai que "sous réserve de la réalisation de notre engagement de forage et des autorisations réglementaires, nous augmenterons notre superficie d'exploration au Maroc. La licence de Tendrara offre à nos actionnaires une opportunité de forage qui s'annonce  passionnante pour évaluer le potentiel de gaz."

Pour mener ses opérations de forage, Fastnet s'est allié avec le fonds d'investissement Oil and gas investments funds (OGIF) à la suite d'un accord d'option exclusif conclu le 29 mai 2013 et portant sur huit blocs d’exploration onshore, au Maroc.

L'OGIF est un fonds d'investissement détenu par des investisseurs institutionnels locaux notamment la CDG (Caisse de dépôt et de gestion) via sa filiale FIPAR Holding, une société d'investissement.

Concernant son partenaire, il a ajouté que "OGIF est un partenaire particulièrement précieux avec qui nous partageons une vision commune, celle d'avoir en joint-venture avec l’ONHYM (Office national des hydrocarbures et des mines NDLR) des projets capables d'avoir un impact significatif sur le marché du gaz marocain et d'aider à la production d'électricité à partir de gaz."

"contribuer efficacement au développement économique du Maroc"

De fait, c'est l'ONHYM, qui est chargé au Maroc de la gestion du développement des hydrocarbures. Sur son site, il affirme que sa mission est de "contribuer efficacement au développement économique du Maroc en développant les ressources naturelles minières (hormis les phosphates) et pétrolières de manière innovante, coopérative et efficiente."

Sur une autre page l'Office présente la liste des 28 sociétés partenaires à fin février 2013.

Concernant le projet de Fastnet sa filiale, basée à Londres, Pathfinder hydrocarbon ventures, détiendra 37,5% des intérêts nets après la prise en compte de la part de l'ONHYM. Les phases d'évaluation prévues fin 2013, début 2014 détermineront la capacité d'accumulation de gaz considérées comme importantes.

Autre projet confirmé ces dernières semaines, celui du groupe indépendant d'exploration Cairn Energy. Celui-ci a annoncé le 16 mai le lancement prévu pour cette année des premiers forages offshore au large des cotes Atlantique du Maroc dans le cadre de projets d'exploration incluant aussi, le Sénégal et l'Irlande.

"Le programme d'exploration que nous mènerons en 2013/2014 sur plusieurs puits est en bonne voie pour démarrer cette année" a confirmé Simon Thomson, directeur général du groupe via un communiqué le 16 mai.

Les travaux sont en cours pour la réalisation d'un premier forage

Basée à Edimbourg et coté à Londres, Cairn Energy est une entreprise indépendante de production et surtout d'exploration , Elle est implantée au Royaume-Uni et aux États-Unis mais également en Albanie, au Bangladesh, au Groënland, au Népal, et en Tunisie. Elle s'est fait aussi connaitre par ses projets en Inde, aujourd'hui filialisés.

Cairn produit environ 33 000 barils équivalent pétrole par jour et assure avoir à son actif plus de 20 découvertes.

Les travaux sont lancés pour la réalisation d'un premier forage dans la zone du permis de Foum Draa au sud-ouest d'Agadir. Cairn détient sur ce permis une part de 50% en tant qu'opérateur associé là encore à l'ONHYM. Ces opérations doivent commencer cette année sous réserve des autorisations.

Concernant les préparatifs, ils comprennent des études du site et des enquêtes environnementales. Pour l'exploration, le groupe affirme vouloir s'appuyer sur l'utilisation de plate-formes de 5ème génération dites semi-insubmersibles.

Les ressources possibles dans les blocks de Foum Draa ont été estimées par Cairn à 142 millions de barils avec un potentiel supplémentaire de 126 millions de barils.

Par ailleurs, Cairn détient sur une autre zone adjacente à celle de Foum Draa 37,5% du permis maritime lié à la concession Juby plans sur les blocks maritimes I-III. Le groupe écossais a signé un accord en joint-venture (JV) avec Genel energy plc, une société d'exploration basée à Londres pour forer un puits en 2013/2014  sous réserve des autorisations nécessaires.

Cairn estime la capacité de Cap Juby à 70 millions de barils. Les données 3D sur Cap Juby sont en cours de retraitement sur une étendue de 680 km².

En résumé, sur la côte Atlantique du Maroc, pour les prochaines années 2013/2014, Cairn compte sur l'exploration de deux à quatre puits.

"le volume des investissements en matière d’exploration pétrolière pourrait être triplé"

Les autorités suivent tout cela évidemment de très près. Et lors d'une  intervention à la Chambre des représentants à Rabat sur “les résultats des explorations pétrolières au Maroc”, le lundi 27 mai, Fouad Douiri, le ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement  a indiqué que "le volume des investissements en matière d’exploration pétrolière pourrait être triplé pour atteindre 3 milliards de dirhams (270 millions d'euros NDLR) en 2013".

Il a aussi précisé que le Maroc avait conclu "32 conventions avec des compagnies internationales d’exploration pétrolière présentes sur son territoire".

Dernier sujet en date l'évaluation des gisements de schistes bituminuex, situés notamment à Timahdit et Tarfaya respectivement dans le centre et le sud du pays. Dans un entretien au quotidien "L'Economiste", Amina Benkhadra, directeur général de l’Onhym a fait part de son intention de chercher la possibilité technique d'exploiter ces gisements, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. La mise en oeuvre, extrêmement couteuse, de ce type de ressources reste donc à ce stade encore très hypothétique.

En attendant, sur des ressources plus conventionelles outre Fastnet et Cairn, des projets d'exploration sont menés par d'autres indépendants comme l'australien Pura vida energy, le britannique Serica energy ou les américaisn PXP et Kosmos, mais aussi des grandes compagnies telle l'espagnol Repsol ou Chevron, l'une des "majors" mondiales.

Chevron a ainsi signé des accords d'exploration avec l'ONHYM pour les concessions de Cap Rhir Deep, Cap Cantin Deep et Cap Walidia Deep, situées de 100 à 200 kms à l'ouest et au nord-ouest au large d'Agadir. Les explorations s'y feront à une profondeur d’eau variant entre 100 à 4 500 m sur 29 200 km².  Chevron à travers sa filiale Chevron Morocco exploration ltd detient 75% de ces projets, les 25% restants revenant à l’ONHYM.

une des priorités d'un royaume

La recherche de ressources en hydrocarbures est une des priorités d'un royaume qui importe 95% de ses besoins en énergie. C'est la raison pour laquelle il a amendé la loi sur les hydrocarbures, sans oublier de mettre en place des mesures fiscales pour inciter les sociétés pétrolières à engager des explorations.

Une voie qui semble porter ses fruits au vu du nombre de candidats à l'exploration pétrolière et gazière on et off shore dans ce pays.

 

 

Nasser Djama

 

 


Par l'intermédiaire de l'ONHYM, le Maroc a accordé plus de 250 000 km² de licences offshore

 
 

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Identifiez-vous