Petite histoire du cloud computing

Par  - Publié le | L'Usine Nouvelle n° 3283
Nuages - Cloud computing
© lennysan - Flickr - C.C.

Le cloud computing est le genre de concept dont on n'arrive pas à attribuer précisément la paternité.

Alors que la France se dote de son propre projet en la matière, certains exégètes de l'informatique la font remonter aux années 1960 en mettant en avant la philosophie de certains prophètes, tel John McCarthy, qui pensa l'informatique comme un service avant tout le monde.

Certains l'attribuent au père fondateur d'internet (Arpanet), technologie sans laquelle l'informatique dans les nuages n'existerait pas. D'autres pensent que la discipline n'est apparue que plus tard, dans les années 2000, telle une solution à un problème rencontré par Amazon : le surdimensionnement de son parc de serveurs hors période de fêtes. Pour rentabiliser ces machines, il décida de louer ses serveurs à d'autres entreprises à la demande.

Nous ne trancherons pas ici cette querelle quasi-théologique, mais reconnaîtrons que la première personne à employer l'expression de cloud computing fut le professeur de système d'information, Ramnath Chellappa. En poste à l'université du Texas à Austin, il présenta en 1997 un paradigme informatique, le cloud, où les limites de l'informatique seraient définies par ses ressources économiques plus que par ses limites techniques.

Salesforces fut le premier, en 1999, à transformer ce concept en business avec le logiciel de gestion de la relation client éponyme. Amazon lui emboîte le pas en 2002. Mais c'est sans doute grâce à IBM que tout le monde en parle aujourd'hui. En 2007, Big Blue décida de faire de ce nuage l'une des lignes de force de sa stratégie.

Imprimer
Afficher tous les magazines par année

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous