Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'usine Agro

Pesticides, perturbateurs endocriniens... Le bras de fer entre Ségolène Royal et l’industrie

Gaëlle Fleitour , , ,

Publié le

Dans son combat contre les pesticides, avec le lancement d’une grande campagne d’information ce mardi, la ministre de l’Environnement ne craint pas de se heurter aux industriels du secteur. Elle entend enfoncer le clou avec les perturbateurs endocriniens.

Pesticides, perturbateurs endocriniens... Le bras de fer entre Ségolène Royal et l’industrie

Ce mardi 14 février, une grande conférence de presse au siège du ministère de l’Environnement était l’occasion pour Ségolène Royal de faire l’éloge, à trois mois de l’élection présidentielle, de son "combat" contre les pesticides. Initiatrice de mesures dès 2015 (voir encadré) avec la loi de Transition énergétique, et, plus récemment, la loi de protection de la Biodiversité, la ministre se félicite que la France ait enregistré en 2015 une baisse de 14% des pesticides utilisés par les collectivités et les jardiniers amateurs. Contre 2,7% de diminution du côté des usages agricoles… gérés par son collègue, le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll.

L’inquiétude des entreprises de l’agrochimie

Pour amplifier ces mesures, Ségolène Royal lance fin février une grande campagne d’information et de conseils intitulée "Zéro pesticide, c’est mille fois mieux pour ma santé et pour notre planète". Chez l’UPJ, le syndicat représentant les fabricants de ces produits lorsqu’ils sont dédiés aux jardins et aux espaces publics, l'objectif zéro pesticide auprès des professionnels en 2017 et des particuliers en 2019 inquiète. "Contrairement aux idées reçues, les produits issus de la chimie de synthèse ne présentent pas de risques pour l'homme et l'environnement dès lors qu'ils sont correctement utilisés, insiste le syndicat. C'est la base même du principe de l'autorisation de mise sur le marché délivrée après une évaluation spécifique."

Ruée sur les produits de biocontrôle

Produits de synthèse, naturels, biocontrôle… Les industriels préconisent la combinaison "des différents types de produits". Les grands de l’agrochimie – Bayer, le nouveau propriétaire de Monsanto en tête – multiplient d’ailleurs les acquisitions d’entreprises du biocontrôle afin de diversifier leur offre. Mais agitent le spectre d’une résurgence de certaines maladies si les pesticides étaient définitivement bannis. "Avec la loi, telle qu'elle est écrite, il va falloir très vite envisager des processus dérogatoires pour les problèmes phytosanitaires où seule la chimie de synthèse est efficace à ce jour, en attendant de trouver les alternatives", estime l’UPJ.

La Commission Européenne envahie par les lobbys, dénonce Ségolène Royal

Avec ses batailles engagées contre le renouvellement de l’autorisation du glyphosate (finalement prolongée par Bruxelles jusqu'en 2018) - une molécule utilisée dans de nombreux produits phares, dont le RoundUp de Monsanto -, ou les néonicotinoïdes – une catégorie d'insecticides suspectés de tuer les abeilles, progressivement bannie à partir de mi 2018 – Ségolène Royal ne s’est pas vraiment fait des amis du côté de l’agrochimie.

"Les résistances ont été très fortes, on l’a vu pendant les débats parlementaires, confie la ministre à l’Usine Nouvelle. Et même vis-à-vis de la Commission Européenne, dont les services ont été manifestement infiltrés par les lobbys industriels : c’est évident lorsque l’on voit le retard pris dans le dossier des perturbateurs endocriniens, que le tribunal de l’Union européenne a dû sanctionner."

Une définition des perturbateurs endocriniens le 28 février

La Commission européenne devrait enfin présenter le 28 février des critères attendus depuis des années pour encadrer ces substances chimiques présentes dans nos produits du quotidien et accusées de liens avec des maladies liées au système hormonal. "Bien que le retard dans l'adoption de ces critères soit regrettable, cela ne signifie pas que les citoyens sont exposés à un risque de perturbation endocrinienne", rassurait pour sa part le syndicat de l’industrie chimique européenne.

Un dossier chaud sur lequel la ministre de l’Environnement entend encore peser, en demande d’inclure les perturbateurs endocriniens "présumés" (et pas seulement "avérés") et la "plausibilité des risques", au nom du "principe de précaution". Dans ce cadre, Ségolène Royal entend d’ailleurs signer cette semaine deux arrêtés : l'un sur l'interdiction du Bisphénol A dans les jouets, et l'autre sur l'obligation de mentionner la présence de nanoparticules dans les produits de consommation. De quoi compliquer encore la vie des entreprises de nombreux secteurs, dont celui du plastique. Ce dernier avait déjà riposté en obtenant une censure partielle de la loi française interdisant depuis 2015 le bisphénol A dans les contenants alimentaires…

 

Les principales mesures engagées par Ségolène Royal

La Loi de Transition énergétique interdit : depuis août 2015, l’épandage aérien des pesticides ; depuis janvier 2017, leur utilisation par les communes pour l’entretien des espaces vertes, forêts ou promenades accessibles au public, et leur vente en libre-service dans les jardineries (ils sont désormais sous clés). Et à partir de 2019, l’utilisation des pesticides les plus dangereux par les jardiniers amateurs. En parallèle se poursuit le plan Ecophyto 2, initié par le ministre de l’Agriculture mais jugé "trop punitif" par l'industrie. Adoptée en août 2016, la loi pour la reconquête de la Biodiversité interdit la plupart des néonicotinoïdes (une classe de pesticides accusée de tuer les abeilles) à partir du 1er septembre 2018, et définitivement à partir du 1er juillet 2020.

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

  • MONSANTO à SAINT-PRIEST (69800)

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus