Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pas si simple pour Apple de se passer complètement des modems de Qualcomm

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

En conflit avec Qualcomm sur les redevances de brevets, Apple tente de s'en affranchir comme fournisseur de modems cellulaires. Mais développer ses propres solutions, comme il fait déjà pour les processeurs d'application, s’annonce compliqué à court terme. Pas si simple, non plus, de passer à un autre fournisseur.

Pas si simple pour Apple de se passer complètement des modems de Qualcomm
N'en déplaise à Apple, le futur iPhone contiendra un modem Qualcomm
© Apple

Les rumeurs vont bon train sur le projet d’Apple de développer ses propres modems cellulaires. L’objectif du géant californien des mobiles est de s’affranchir complètement de Qualcomm, un fournisseur avec lequel il est en conflit sur les redevances de brevets qu’il lui paie au titre de l’utilisation de ses technologies mobiles. Ce projet est-il sérieux ? Pas si évident.

Débauchage d'un gros poisson chez Qualcomm

Depuis 2010, Apple a bâti un grand savoir-faire dans la conception de circuits intégrés électroniques. Des processeurs au cœur de tous ses produits (à l’exception de ses Macintosh, qui restent motorisés par des puces d’Intel), il a étendu sa maitrise à des circuits de connectivité Bluetooth, des capteurs d’empreinte digitale ou encore des contrôleurs de mémoires. Des composants qu'il se contente de concevoir, confiant leur fabrication à des fondeurs de semiconducteurs comme Samsung Electronics ou TSMC. Et il envisage de le faire aussi pour le coprocesseur graphique, le circuit de gestion de puissance ou encore la puce de contrôle tactile. Aux dépens de ses fournisseurs actuels Imagination Technologies, Dialog Semiconductor ou Synaptics.

Il y a une semaine, le groupe de Tim Cook a débauché Esin Terzioglu, vice-présdent en charge du bureau d’études central de Qualcomm, pour prendre la tête de son activité de conception de puces. Une opération vue par certains observateurs comme le signe d’une volonté de développer ses propres modems cellulaires. « Jusqu’ici, Apple avait évité de se lancer dans une telle entreprise, explique à L'Usine Nouvelle Sravan Kundojjala, analyste chez Strategy Analytics. Ceci à cause de la complexité de la tâche, de la difficulté d’interopérabilité avec les réseaux mobiles et des obstacles de propriété intellectuelle. Apple a raté plusieurs occasions de racheter une activité de modems quand cela était possible. »

Monopole dans les modems cellulaires

Qualcomm se sait incontournable. Selon Strategy Analytics, le géant des puces mobiles exerce un monopole de fait dans les modems cellulaires. Un marché de 22 milliards de dollars en 2016 dont il s’accapare 51%, loin devant ses concurrents MediaTek, Samsung Electronics, Intel ou Leadcore. Cette domination se double d’une avance technologique difficile à effacer même pour Intel, numéro un mondial des semiconducteurs. « Qualcomm dispose d’une avance de plusieurs années et a déjà annoncé un modem 5G, estime l’analyste de Strategy Analytics. Il faudrait deux à trois ans d’effort à Apple pour arriver à son niveau aujourd’hui. C’est pourquoi nous ne le voyons pas se lancer dans l’aventure de créer ses propres modems dans un avenir proche. »

Après avoir fait de Qualcomm son fournisseur exclusif de modems cellulaires depuis 2011, Apple s’est contenté de réduire sa dépendance en ouvrant à l’occasion de l’iPhone 7 son marché à Intel. Malgré leur dispute au sujet des redevances de brevets,  Sravan Kundojjala voit le géant des puces mobiles conserver 40 à 50% du marché de la firme à la pomme. « Apple ne peut pas aller jusqu’au bout et s’affranchir complètement de Qualcomm, explique-t-il. Intel dispose maintenant de bons modems cellulaires. Mais Qualcomm reste en avance sur le plan commercial. Son modem 4G de classe gigabit est déjà déployé à plusieurs dizaines de millions dans des mobiles, alors qu’Intel attend toujours de livrer le sien. C’est pourquoi Apple ne pourra pas s’en passer dans un avenir proche et ce malgré sa dispute avec Qualcomm sur le terrain de licence de brevets. »

Perte potentielle d'un marché de 1,5 milliard de dollars

En revanche, Apple pourrait décider d’intégrer le modem avec son processeur d’application dans la même puce, comme le font Samsung Electronics ou Huawei. Pour cela, il doit s'en procurer le dessein, au lieu et place du composant, auprès de Qualcomm et Intel. La question du développement du modem pourrait se poser dans quelques années quand le groupe californien aura accumulé un portefeuille de brevets suffisant pour se lancer dans cette aventure sans risquer d’être attaqué par les acteurs actuels du marché. Si cela arrive, Qualcomm perdrait alors un revenu annuel en provenance d’Apple estimé à 1,5 milliard de dollars par Strategy Analytics. Ce qui serait un sérieux coup dur pour le géant des puces mobiles.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus