Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Pas de retour à l'ancienne formule… mais une solution alternative au Lévothyrox ?

Astrid Gouzik ,

Publié le , mis à jour le 07/09/2017 À 17H32

L’ANSM a demandé au laboratoire français Serb d’augmenter sa production de L-Thyroxine, une solution buvable contenant la même hormone que le Lévothyrox. Une manière de répondre aux demandes des patients mécontents... et aux 200 000 signataires de la pétition réclamant le retour à l'ancienne formule.

Pas de retour à l'ancienne formule… mais une solution alternative au Lévothyrox ? © L'Usine Nouvelle

Pas question de revenir à l’ancienne formule. La déclaration de la ministre de la Santé est tombée comme un couperet, anéantissant les espoirs des 200 000 patients réclamant dans une pétition le retour à l’ancien Lévothyrox. Lors d’une conférence de presse le 6 septembre, Agnès Buzyn a toutefois concédé que cette crise était liée à "un défaut d’information".

S’il n’y a pas de retour en arrière prévu du côté des autorités françaises, ni du laboratoire Merck Serono (fabricant le Lévothyrox)… une porte de sortie est toutefois envisagée pour "répondre aux demandes des patients mécontents", indique-t-on du côté de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Et c’est le laboratoire Serb qui pourrait servir d’échappatoire.

La PME familiale française produit en effet la L-Thyroxine, une solution buvable en gouttes, destinée aux enfants de moins de 8 ans et aux les personnes présentant des troubles de la déglutition. "Suite aux premières informations reçues fin août, nous avons pris les mesures nécessaires pour préserver nos stocks afin d’éviter toute pénurie et en parallèle augmenter nos capacités de production. Les prochaines productions seront ainsi disponibles mi-octobre ", raconte Jeremie Urbain, le président de Serb. Les salariés de la PME se livrent d’ailleurs à un travail acharné depuis une semaine pour trouver une réponse adaptée rapidement. Le produit concentre plusieurs complexités (le flacon compte-gouttes, le fait qu’il s’agisse d’une hormone) qui, accumulées, le rende difficile à manier d’un point de vue industriel. "Nous travaillons étroitement avec l’ANSM", ajoute le dirigeant de l’entreprise. 

Des importations de médicaments commercialisés au sein d’autres pays de l’UE sont également à l’étude pour permettre la mise à disposition la plus rapide possible sur le territoire français d’autres médicaments à base d’hormones thyroïdiennes. 

"Nous sommes désemparés devant ce cortège de symptômes"

Le gendarme du médicament a publié, le 31 août dernier sur son site, un point d’information rappelant que la délivrance de la L-Thyroxine Serb était réservée aux patients pour lesquels il n’y a pas d’alternative à la solution buvable. Informée du report d’utilisation du Levothyrox vers cette forme en solution buvable, l’ANSM craignait une pénurie. En demandant à Serb de monter en cadence dans la production de cette spécialité, l’ANSM espère être en mesure de lever cette restriction spéciale une fois que les stocks adaptés seront constitués.

Les effets secondaires inquiétants observés avec la nouvelle formule du Lévothyrox n’ont pas été observés avec la L-Thyroxine Serb. Et "elle a strictement le même effet puisqu’il s’agit de la même molécule, admet le Dr. Valérie Foussier, endocrinologue et auteur de 'La thyroïde nous en fait voir de toutes les couleurs'. Mais je n’encouragerai pas mes patients à se tourner vers la L-Thyroxine car, pour le moment, cela ne se justifie pas. Nous sommes désemparés devant ce cortège de symptômes - décrits avec le Lévothyrox - que nous n’expliquons pas". Selon la spécialiste, "la molécule ne vient pas d’être découverte, l’excipient non plus… une nouvelle formule pourrait provoquer quelques changements d’équilibre mais ne justifie pas tous les effets secondaires décrits".

L'enquête de pharmacovigilance est actuellement en cours pour la nouvelle formule du Lévothyrox de Merck Serono. Pour le moment, elle n'a pas révélé de problème de sécurité d'emploi, indique l'ANSM qui attend toutefois d'analyser les données consolidées.

 

Suite à une demande de l’ANSM, le laboratoire Merck a changé la formule de son Lévothyrox, un traitement des maladies thyroïdiennes, prescrit à près de 3 millions de personnes en France. Depuis mi-août, les déclarations d’effets secondaires se sont multipliées. Une pétition signée par plus de 200 000 personnes réclame le retour à l’ancienne formule du Lévothyrox. Une possibilité écartée par la ministre de la Santé et par le laboratoire Merck puisque la nouvelle formule a été développée pour garantir une teneur en substance active plus constante.

 

Réagir à cet article

17 commentaires

Nom profil

11/09/2017 - 12h12 -

je suis sous lévothyrox 100et 75 depuis des années ,mais avec la nouvelle formule j' ai des crampes aux pieds ,maux de têtes ,effets vertiges....,cette ministre est une honte devant ce grave problème !que rencontre des milliers de personnes nous sommes pris en otage avec le laboratoire et ce gouvernement complice ! j' espère que la formule alternative arrive vite sur le marché !merci
Répondre au commentaire
Nom profil

11/09/2017 - 09h34 -

depuis que je prends le nouveau lévothyrox je suis en sueur toute la journée nous avons baissé la dose après une analyse, mais maintenant j'ai continuellement des crampes dans les mollets je ne peux plus faire de mouvement sans qu'il soit accompagné de crampe sommes nous condamné à vivre comme celà ? et tout cela je suppose pour une histoire d'argent!!!!!!
Répondre au commentaire
Nom profil

10/09/2017 - 23h44 -

Depuis 2005, je prends du levothyrox après une leucémie , tout allait bien, et bam... Depuis avril je suis sous la nouvelle formule et depuis fatigue intense, crampe, acnee rosacée, suée, insomnies, perte de cheveux ,prises de poids, maux de tête.... Je ne savais pas d 'où cela venait , peut Être plus de stress mais non ..j'ai trouvé le responsable, j'ai signé la pétition . je trouve cela inacceptable de la part de nos politiciens, cela se voit bien que ce n'est pas eux qui souffrent..au quotidien. Pourquoi ne pas laisser les deux formules, qui ça dérangerait, chacun pourrait avoir son compte avec les deux formules. Bravo le gouvernement, encore un scandale médical à venir... Chère madame la ministre j'aimerais vous y voir avec tous mes symptômes à seulement 36ans....
Répondre au commentaire
Nom profil

10/09/2017 - 21h45 -

Ma mère est super mal depuis ce changement de formule, ma petite soeur aussi....Tout ces témoignages de détresse sans compter les personnes qui n'ont pas encore fait le lien avec ce changement de formule.... en plus cela risque sérieusement pesé dans le trou de la sécurité sociale!!!! Faut porter plaintes contre le ministère de la santé, pour mise en danger de la vie d'autrui, car ils ont DECIDE que la formule restera ainsi! De quel droit ils jouent avec la santé de tous!!! Et puis porter plainte contre le gouvernement, qui ne fera rien pour nous éviter une faillite désastreuse de notre Sécurité Sociale, un droit que les autres pays nous envie, car c'est encore nous le peuple qui va devoir raquer!!! Après l'obligation vaccinale, changement de formule de Levothyrox....que faut-il de plus pour agir? Des morts!!!!?
Répondre au commentaire
Nom profil

10/09/2017 - 20h49 -

Ce qui m'inquiète, c'est que tous les effets secondaires décrits avec cette nouvelle formule, je les ressens depuis des années avec l'ancienne formule. Je perds mes cheveux chaque jour de manière inquiétante, j'ai des nausées, des migraines, des insomnies... J'ai tout simplement envie de chercher des méthodes alternatives à ce médicament que les laboratoires nous imposent de manière dictatoriale. Ils pensent avoir le monopole... Mais cela ne durera pas. De plus en plus de personnes cherchent d'autres méthodes et nous y arriverons.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/09/2017 - 17h43 -

Je suis aussi dans un cas de réaction violente au nouveau Lévothyrox, que j'ai commencé fin juin. Début juillet perte de cheveux, névralgie de Arnold, fatigue extrême, mais surtout leucocytes, plaquettes, hématies très nombreux, VS sens dessus dessous et beaucoup d'autres paramètres anormaux. MAIS mes TSH sont BONNES ! Alors ce qui m'énerve, ce sont ces médecins donneurs de leçon qui disent qu'il suffit de refaire un dosage ! Le mien est bon, mais j'ai tous les symptômes d'un syndrome inflammatoire. Je vais voir un interniste. D'ici là, si je peux prendre de la L-Thyroxine et que tout rentre dans l'ordre, ce sera la preuve flagrante que ça venait de ce poison ! J'espère qu'ils feront moins les fanfarons quand on leur prouvera qu'ils n'ont parlé que par arrogance, méconnaissance ou pire, complicité.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/09/2017 - 08h52 -

Allez-vous attendre Madame la Ministre qu'un nouveau scandale éclate avec en final des milliers de personnes décédées ou handicapées. La santé est un trésor, que nous risquons de perdre car malheureusement pour les malades de la thyroïde il est impossible de vivre sans ce médicament. Une question que feriez-vous si vous seriez opérée de la thyroïde et obligée de prendre du Levothyrox ? La réponse nous la connaissons tous
Répondre au commentaire
Nom profil

09/09/2017 - 21h04 -

Pourquoi seulement en France La ministre de la sante ne se sent pas concernée car le labo allemand lui rapporte probablement plus que les douleurs et effets secondaires que nous subissons chaque jour et chaque nuit un cobaye ne rapporte rien à un ministre (surtout s'il à la chance d'être en Bonne SANTE) c'est franchement écœurant la position de nos politiques qui ne pensent que per leur portefeuille
Répondre au commentaire
Nom profil

09/09/2017 - 19h07 -

Mme la Ministre, cette crise n'est pas liée à un manque d'informations mais bien aux effets secondaires observés. Pourquoi refuser aux personnes qui souffrent de ces effets la possibilité d'obtenir le Levothyrox ancienne formule ? Ce médicament est encore fabriqué par le laboratoire Merck et est disponible dans les autres pays européens. Essayez de vous mettre à la place des malades. Pensez que des personnes fragiles peuvent mourir dans le cas des effets les plus graves.
Répondre au commentaire
Nom profil

09/09/2017 - 11h07 -

je ne sais pas si les autres pays européens vont se précipiter pour adopter la nouvelle formule du levothyrox des laboratoires merck. Nous avons une agence du médicament en dessous de tout, et une ministre de la santé qui connait bien les labos peut être trop bien pour pouvoir intervenir efficacement en cas de problème.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/09/2017 - 14h40 -

Il n' y a qu' en FRANCE ou l' on nous IMPOSE cette version de Lévothyrox....ailleurs, les patients bénéficient des 2 versions....chercher l' erreur...apparemment , les français sont des 'sous européens' , leurs vies ne comptent pas.
Répondre au commentaire
Nom profil

09/09/2017 - 09h55 -

nous avons une ministre qui n'a rien a faire des gents qui se plaignent et qui n'attent meme pas les conclusions des enquete sur les effet secondaire bref nous somme des cobayes et notre seul droit et de nous taire les plaintes ne sont pas a deposer contre le laboratoire dans un premier temps mais contre la ministre
Répondre au commentaire
Nom profil

09/09/2017 - 09h37 -

Même les pharmaciens sont complices et nous mentent ? Sueurs, fatigue intense, insomnies, voilà les symptômes du nouveau médicament ? Mais pour que les gens ne s''en plaignent pas, on leurs affirme que rien n'a changé dans la formule ? 200 milles personnes ont signé la pétition, mais combien y en aurait-il eu si les malades avaient la bonne information ?
Répondre au commentaire
Nom profil

09/09/2017 - 09h23 -

depuis que je prends la nouvelle formule, j'ai des vertiges des crampes intestinales et des crampes d'une façon générale. Doit-on en arriver à un scandale sanitaire pour que les autorités qui mettent en danger la vie d'autrui se décident à nous entendre ?
Répondre au commentaire
Nom profil

09/09/2017 - 09h19 -

C est inadmissible de laisser perdurer une telle situation, et de jouer avec la santé des patients qui ne prennent pas de médicaments pour le plaisir... Il y a urgence à trouver une solution afin que disparaissent tous ces effets indésirables... Il n est pas agréable de travailler avec des vertiges, des palpitations, et tous ces malaises. Ce n'est pas en allant sans arrêt chez le médecin, et en faisant faire des prises de sang qu on va résoudre ce problème. Tout est une question d argent dans cette société où on marche sur la tête... Alors à quand la solution ?
Répondre au commentaire
Nom profil

09/09/2017 - 08h38 -

Je prends depuis 19 ans du levothyrox sans problème mais depuis la nouvelle formule, j'ai ressenti les effets secondaires 3 mois après... alors que le laboratoire cesse de dire n'importe quoi mais se pose les bonnes questions. Pourquoi les gens se plaignent et pourquoi les autres pays ne veulent pas de cette nouvelle formule... Si il faut aller à l'étranger chercher des médicaments, pour l'ancienne formule, et bien pourquoi ne pas monter une association qui les acheminer en France pour les distribuer aux malheureux encore pris en otage par les labos... A croire que les scandales ne servent à rien et que les morts on s' en moque. DOMMAGE.
Répondre au commentaire
Nom profil

08/09/2017 - 15h44 -

Pourquoi a t on changé la formule du lévothyrox en France et pas dans les autres pays de l'Europe ? Encore une norme Franco- Française ?? voiçi encore la démonstration du grand n'importe quoi en France.
Répondre au commentaire
Nom profil

09/09/2017 - 10h22 -

La ministre de la santé nous indique que nous n'allons pas revenire sur l'ancienne formule? MADAME, PRENEZ VOUS DU LEVOTHYROX ? si oui il vous convient tant mieux sinon GARDEZ VOS IMPRESSIONS ET LAISSEZ LES FRANCAIS SEULS JUGES DE LEUR SANTE!!!
Répondre au commentaire
Nom profil

09/09/2017 - 17h29 -

D'autant plus que cela a été demandé par l'ANSM elle-même ??!! ... Le chien qui se mord la queue
Répondre au commentaire
Nom profil

08/09/2017 - 14h50 -

Quand il s agit de fric.....le peuple reste impuissant
Répondre au commentaire
Lire la suite

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus