Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Orange déporte une partie de sa Livebox dans le cloud, quelles menaces pour les constructeurs de décodeurs ?

Ridha Loukil , , ,

Publié le

Orange se prépare à lancer en 2018 une Livebox dont les fonctions vidéo et stockage sont déportées dans son cloud. Une évolution qui menace à long terme des constructeurs de décodeurs comme Samsung, Technicolor ou Sagemcom.

Orange déporte une partie de sa Livebox dans le cloud, quelles menaces pour les constructeurs de décodeurs ?
Livebox d'Internet
© D.R.

A l’occasion de son évènement Hello, qui s’est déroulé le 20 avril 2017, Orange a dévoilé sa Livebox virtualisée, un nouveau concept de Box internet dont certaines fonctions le stockage sur disque dur sont reportées dans son cloud. Le décodeur s'allège. Une étape avant sa disparition complète au profit du réseau.

Déjà réalité en Roumanie

Cette révolution est déjà une réalité en Roumanie, affirme l’opérateur télécom historique. Le déploiement en France est prévu à partir début 2018. Une expérience qui devrait faire des émules parmi les opérateurs télécoms et fournisseurs d’internet en France.

« Avec la guerre des prix dans les services mobiles et internet, le opérateurs télécoms sont sous pression, explique Stéphanie Baghdassarian, analyste chez Gartner. A la base, la virtualisation est une technologie d’optimisation des ressources et de réduction des coûts. Elle devrait aider Orange à défendre ses marges en centralisant dans son réseau le stockage, la maintenance et la mise à jour. »

Bonus écologique

« La virtualisation donne de la flexibilité à Orange pour déployer, distribuer et exploiter les capacités de son réseau, ajoute Stephanie Baghdassarian. Elle est également bénéfique pour l’usager qui pourra s’affranchir par exemple des limites de stockage en local. Elle offre enfin un bonus écologique puisque une partie des composanst du décodeur disparait, dématérialisée dans le réseau. » Selon l’analyste de Gartner, le modem devrait être boosté pour garantir la qualité de connexion. « C’est la condition sine qua none de la mise en œuvre de la virtualisation. Le réseau doit être plus costaud et la connectivité plus stable. Sinon ça ne marchera pas. »

Avec la généralisation de la fibre optique et la montée des débits à 1 gigabit par seconde, le réseau d’accès est en train de se mettre au niveau requis par la virtualisation. Orange a en plus une solution dans sa besace : l’Extender, un petit boitier relais destiné à prolonger la couverture internet dans les maisons anciennes ou à étages. « On connait assez peu ce genre de boitier, note Stéphanie Baghdassarian. Dans le cadre de la virtualisation de la Livebox, on va en avoir besoin pour disposer d’une connectivité optimale. »

Mauvaise nouvelle pour Sagemcom et Technicolor

Cette évolution, si elle se généralise et va jusqu'au bout, risque d’ébranler l’industrie des décodeurs. Le marché s’est aujourd'hui concentré autour de quatre acteurs : l’américain Arris, le coréen Samsung Electronics, et les français Technicolor et Sagemcom. Orange fait construire ses derniers décodeurs par Sagemcom. « Pour les constructeurs, la virtualisation est clairement une mauvaise nouvelle, avertit Stéphanie Baghdassarian. Mais le déploiement ne va pas se faire du jour au lendemain, et dans de nombreux pays les réseaux sont loin d’être au niveau. Tout cela leur laisse du temps de s’adapter. »

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus