Niantic : le laboratoire derrière les prochains projets de Google

Par  - Publié le

  Le géant américain a lancé, vendredi 16 novembre, l'application Ingress, un jeu collectif entre internet et "vie réelle", dans le cadre de son projet Niantic.

En parallèle à ses applications FieldTrip et Ingress, Google a lancé un mystérieux jeu de piste géant baptisé Niantic Project dont l'issue sera dévoilée le 30 novembre. L'occasion de se poser des questions sur ce que prépare le "laboratoire" du groupe.

Contacté par L'Usine Nouvelle, Google France préfère ne rien déclarer pour le moment. Pourtant, l’identité de l’homme à la tête du projet n’est pas un secret : l’un des fondateurs de la société Keyhole, l'entrepreneur John Hanke. En 2001, cette entreprise a développé un logiciel de visualisation de la terre en 3D, EarthViewer. Google a racheté la firme en 2004 et l'application a été rebaptisé Google Earth.

L'année dernière, John Hanke a voulu se détacher de Google pour développer un projet "révolutionnaire" mais son PDG, Larry Page, a réussi à le faire rester, raconte un journaliste du site Forbes. L’unité du Niantic Labs a vu le jour à San Francisco, aux Etats-Unis. Formé dans le but de travailler sur les problèmes causés par les smartphones, le Niantic Labs est à la base de l'application FieldTrips, Ingress et, probablement, du projet Niantic.

Le travail de l'équipe porte sur "l'amélioration de la vie des gens dans le monde réel. Le mobile donne la possibilité de faire beaucoup de choses aujourd'hui, mais souvent, il enferme son utilisateur dans une bulle au lieu d'améliorer son quotidien" explique John Hanke dans un interview au Mercury News le 4 novembre.

Lors de cette même interview, l'homme à la tête du Niantic Labs justifie sa décision de rester au sein de Google pour développer son projet : "Niantic jouit d'une certaine autonomie et peut bouger rapidement tout en restant capable de puiser dans d'autres groupes de la société et de tirer parti des relations, des données et de l'infrastructure que nous avons à Google. C'est donc une excellente combinaison". Il explique en quoi consiste la mission principale de son équipe : explorer l'intersection entre la géolocalisation et le mobile tout en gardant un œil sur la "connectivité omniprésente".

Une collecte d'énergie mondiale

Google entretient le mystère sur ses projets. Après le lancement de l'application FieldTrip fin septembre et du "Niantic Projet" début novembre, l'équipe Google du "Niantic Lab", présente l'application Ingress vendredi 16 novembre.

Dans ce jeu collaboratif, deux clans s'affrontent. Les raisons de ce combat ? Une nouvelle force électromagnétique appelée "Power". L'utilisateur doit choisir son camp, la "Résistance" ou les "Clairvoyants", avant de passer à la "vraie vie" pour avancer dans le jeu.

Selon le blog Presse-Citron, le joueur doit s'aventurer à l’extérieur en collectant de l’énergie connue sous le nom d'"Exotic Matter" qui se trouve dans des lieux réels. Le smartphone servirait de carte sur les lieux de bataille. Le jeu devrait se dérouler au niveau mondial et pourrait durer plusieurs mois avant de connaitre l'équipe gagnante.

La connectivité non-stop

Fin septembre, c'est l’application pour Android FieldTrip qui est arrivée discrètement dans le Play store de Google. Sorte de guide touristique exploitant la géolocalisation, FieldTrip signale automatiquement à son utilisateur toute les informations susceptibles de l’intéresser. Une notification est envoyée dès qu'il passe à proximité d'un monument historique, un restaurant ou un magasin qui correspond à ses critères.

Cette expérience de "connectivité omniprésente" (ubiquitous computing en anglais) dans laquelle l’information est proposée avant même que l’utilisateur ne la demande marque une avancée dans le domaine de la recherche des réseaux neuronaux informatiques.

FieldTrip s’inspire visiblement de la technologie de certains produits du géant américain comme le projet Google Glass (lancement prévu fin novembre), Google Earth ou la version intelligente du Siri d'Apple, Google Now. Cet assistant personnel basé sur la reconnaissance vocale fonctionne sur le même principe que l'application FieldTrip. Google Now se base sur l'agenda de l'utilisateur, l'historique de ses recherches, son calendrier, ses mails et sa localisation pour envoyer des notifications. FieldTrip préfère aider son utilisateur à en apprendre davantage sur les lieux qu'il visite.

 

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous