Mobiles : Free casse le marché

Par  - Publié le
Xavier Niel - Free Mobile
© D.R.

Free jette, comme prévu, un pavé dans la mare mobile. Grands opérateurs et MVNO peuvent trembler. Free Mobile est là et met en application ses menaces de diviser par deux la facture mobile des francais avec une formule illimitée sans engagement, avec SMS et MMS illimités, les appels gratuits vers 40 destinations à l'étranger pour 19,99 euros mensuels.

Ce serait 2,5 fois moins cher que le prix le plus bas du marché, l'offre sosh d'orange. Le forfait tombe à 15,99 euros pour les Freenautes. Enfin, l'opérateur propose un forfait de 60 minutes à 2 euros avec 60 SMS, qui sera tout simplement gratuit pour les Freenautes.

Côté téléphone, pas de mobile subventionné mais  des crédits sur 12, 24 ou 36 mois pour acquérir un iPhone, un galaxy S de Samsung ou même des Smartphones ZTE et Huawei.

Certes, Orange, SFR et Bouygues Telecom avaient pris les devants en proposant de nouveaux abonnements à bas prix. Et ils ne manqueront pas d'interroger sur la viabilité d'un tel modèle économique qui sous-tend une offre aussi peu chère. On peut aussi s'inquiéter des capacités de Free à assurer le service après-vente, après ses déboires sur les livraisons des freebox l'an dernier.

Mais l’opérateur fondé par Xavier Niel n’est ni un petit nouveau avec ses 4,5 millions d’abonnés à Internet, ni un MVNO de plus (ces opérateurs coucous qui se nichent dans le réseau des autres). Certes, il a signé en 2011 un accord d’itinérance de six ans pour utiliser les réseaux 2G et 3G d’Orange. Mais c’est pour compléter sa propre infrastructure qui ne couvre que 27% du territoire. Pour la future 4G, il empruntera le réseau SFR.

Outre le déploiement de son réseau, Free a dû investir dans des fréquences disponibles. Il dispose de deux lots pour la téléphonie 3G et en a obtenu un autre aux enchères pour la 4G en septembre 2011 pour la modique somme de 271 millions d’euros. Cette partie de la bande 2,6 GHz est particulièrement adaptée aux zones urbaines.

En décembre, en revanche, il a été évincé de la distribution de fréquences de la bande des 800 MHz –moins nombreuses et mieux adaptées aux zones rurales- Malgré la concurrence sur les tarifs, Orange et SFR tireront ainsi du revenu du potentiel succès mobile de Free. Ce sera plus difficile pour Bouygues Télécoms. Moins apte à réagir aux tarifs de Xavier Niel, il est le seul à ne pas bénéficier des abonnements contractés chez le nouvel opérateur mobile par le biais d’un accord d’itinérance.

 


Free : lancement de l'offre mobile par Free
Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

1 réaction

mich | 10/01/2012 - 11H52

merci de préciser : moi je suis free ADsl depuis mai 2006 alors si j(opte pour free teleph mobile combien j'aurai de temps de communication et quel cout ??

Signaler un abus |  CITER

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous