Midi-Pyrénées serait en tête de la croissance française en 2011

Par  - Publié le
Toulouse - Airbus
© D. R.

La région Midi-Pyrénées pourrait connaître pour cette année une croissance de 2,3 %. Soit une performance largement au-dessus de bien des régions française. C'est ce qui ressort des dernières prévisions du cabinet d'analyse économique Asterès.

L'étude sur les perspectives de croissance régionale montre des différences plus marquées qu'en 2010. Selon Nicolas Bouzou, ces différences seraient liées à deux facteurs : des spécialisations sectorielles plus ou moins efficaces dans la concurrence internationale et une dimension équilibrée de l'économie locale.

« Midi-Pyrénées est un exemple de ce qu'il faudrait faire au niveau national : un secteur puissant à forte valeur ajoutée tournée vers l'export, l'aéronautique, une économie diversifiée avec de l'industrie mais aussi du tourisme, et des financements » souligne l'économiste.

Une nouvelle carte industrielle de la France se redessine donc peu à peu avec des tendances de fond déjà à l'œuvre mais qui ont été accélérées par la crise. Certaines régions du Nord ou de l'Est comme la Picardie, la Lorraine et la France-Comté plutôt positionnés sur les biens intermédiaires, la chimie, la métallurgie, ont du mal à rebondir.
Le Sud-ouest en général et Rhône-Alpes, qui ont su amplifié leur positionnement sur des industries à forte valeur ajoutée, connaissent des taux de croissance et  des perspectives beaucoup plus réjouissantes.

Un dynamisme au Sud et à l'Ouest

Certaines régions émergent sur de nouveaux créneaux. Les Pays de Loire avaient déjà dépassé la Lorraine comme région plus industrielle depuis 200. Ils continuent d'être tirés par l'aéronautique emmenant dans son sillage des SSII ou des spécialistes des matériaux. La région compte aussi une industrie agro-alimentaire de produits transformés à valeur ajoutée. Un secteur qui bénéficie d'une concurrence internationale moins féroce que dans les biens intermédiaires.

Des régions perçues comme un peu ringardes ont su se positionner sur des secteurs dynamiques : « L'Auvergne tire ainsi un effet très positif  du développement de la pharmacie et des biotechs qui percole sur l'économie locale»  explique Nicolas Bouzou. Il souligne aussi le dynamisme de l'Aquitaine qui, comme Midi-Pyrénées, fait beaucoup d'effort sur le financement de l'économie avec « un pool de capitaux risqueurs et une implication des conseils régionaux sur le sujet.»

Les taux de croissance annuel moyen régionaux sur dix ans calculés par Asterès montrent une France dont le dynamisme se concentre au Sud et à l'Ouest. C'est justement ces régions qui connaissent une démographie vigoureuse. Ne serait-ce donc pas la hausse de la population qui fait la croissance plus que la spécialisation industrielle ? Ce n'est pas l'avis de Nicolas Bouzou : « On peut tergiverser sur la poule et l'œuf mais au final la population se déplace vers des zones où il y a de l'emploi et une croissance des entreprises. Je parle de la population active. Les retraités ont eux des déterminants plus … climatiques. »

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Identifiez-vous