Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Maroc : Innov Invest, le fonds d’amorçage pour les startups n'attend plus que le feu vert de la Banque mondiale

,

Publié le , mis à jour le 14/09/2016 À 15H42

Après le déclocage par la Banque mondiale d'un prêt prévu le 15 septembre, le lancement du fonds Innov Invest dédié au financement des start-ups en phase d’amorçage 

Maroc : Innov Invest, le fonds d’amorçage pour les startups n'attend plus que le feu vert de la Banque mondiale
La Banque mondiale est déjà très active au Maroc, notamment dans l'entrepreneuriat agricole
© dr

Au Maroc, le lancement du fonds Innov Invest annoncé le 1er juillet par le ministre de l'Economie Mohammed Boussaïd (photo) attend toujours l’adoption du prêt de 50 millions de dollars promis par la Banque Mondiale. La décision du conseil d’administration est prévue pour le 15 septembre, selon le dernier document d’information de la Banque, mais son bureau au Maroc précise que cette date n’est qu’indicative, l’approbation devant intervenir en tout état de cause avant la fin de l’année.

Le principe de ce fonds de capital-risque avait été dévoilé dès mars 2015, par l’Association marocaine des investisseurs en capital (AMIC). Mais 18 mois plus tard, fonds Innov Invest, qui sera confié par le ministère de l’Economie et des Finances à la Caisse Centrale de Garantie (CCG), organisme publique spécialisé dans le financement des TPE et PME, est beaucoup plus vaste qu'initialement prévu. Le financement des start-ups au tout début de leur existence (amorçage) reste l’objectif premier, mais la CCG prévoit d’ajouter des financements par la dette aux investissements en fonds propres (equity) offerts par la Banque mondiale.

Seule la partie equity devrait donc, si tout va bien, être financée pour 50 millions de dollars par la BIRD, filiale de la Banque mondiale sur 6 ans. 42 millions de dollars seront placés dans des fonds d’investissement en capital. « 12 millions iront renforcer le secteur actuellement très faible du financement providentiel (amorçage) à travers des transactions de cofinancement de l’ordre de 100 000 à 500 000 dollars », indique la BM dans son document d’information.

Ecosystème marocain

30 millions seront investis dans le cadre du capital-risque en « transactions de 500 000 à 1,5 millions de dollars, ceci au profit d’entreprises déjà établies qui entrevoient une expansion de leurs affaires à un niveau supérieur », indique la Banque. Selon le gouvernement marocain, l’objectif est de parvenir à aider ainsi une centaine de jeunes entreprises.

Six millions de dollars de subventions seront enfin accordés aux organisations qui forment l’écosystème marocain de soutien au start-ups. Les deux millions restant iront à la gestion du projet de financement. « Elle financera également les dépenses reliées aux appels d’offres, à l’évaluation et à la sélection de fonds partenaires », note la banque.

Début septembre 2016, les sociétés gestionnaires de fonds attendaient toujours l’appel à manifestation d’intérêt que doit justement lancer la CCG. "La CCG va le lancer dans les semaines à venir pour la sélection de deux sociétés de gestion sur la base d’un dossier de candidature, précise à L'Usine Nouvelle son service communication. En plus de permettre la sélection de gestionnaires, l’AMI vise à mobiliser des investisseurs privés à travers une série de mesures incitatives (partage du risque, asymétrie du rendement...). »

Ces sociétés ne devraient cependant pas être les seules à gérer les 42 millions de dollars accordés par la Banque mondiale. La CCG prévoit aussi d’initier elle-même de nouveaux fonds d’investissement spécialisés en capital-risque et amorçage et de réaliser des co-investissements avec d’autres Busines Angels.

Pour la partie financement par la dette, la Caisse devrait tout gérer elle-même puisqu’il s’agit là de son cœur de métier. Elle prévoit 4 types de prêts en fonction du niveau de maturité atteint par la start-up. La catégorie Innov Idea devrait accorder des aides financières allant jusqu’à 100 000 dirhams (1000 dirhams = 92 euros) . Innov Start accordera des prêts d’honneur allant jusqu’à 250 000 dirhams. Innov Risk accordera des avances remboursables jusqu’à 2 millions de dirhams et Innvo Dev des prêts participatifs jusqu’à 3 millions de dirhams. L’objectif est de toucher au total près de 300 entreprises.

Cette partie du fonds Innov Invest ne devrait donc pas être financé par la Banque mondiale qui n’en fait pas mention, mais par d’autres bailleurs de fonds. Aucun ne s’est encore manifesté, mais un représentant de la Banque Africaine de Développement était présent lors de la cérémonie de lancement du prêt en juillet.

"Cela ouvre une perspective"

Dans le contexte marocain, le fonds Innov Invest devrait venir combler le vide laissé par le fonds semi-public Maroc Numeric Fund (MNF), lorsqu’en 2013 il a porté son ticket moyen d’investissement de 4 à 8 millions de dirhams abandonnant les primo-investissements de 1 à 4 millions de dirhams. « Je fonde de vrais espoirs concernant ce fonds. Ça ouvre une perspective pour les startups », s’est réjoui cet été Naoufal Chama, fondateur du réseau Start-up Maroc dans un entretien à L'Usine Nouvelle.

Sur le créneau de l'amorçage, le lancement du club MNF Angels avec le soutien financier de OCP Entrepreneurship Network de la Fondation OCP a également été annoncé le 14 juillet dernier. Ce club « a pour vocation de sélectionner les projets à fort potentiel de croissance et d’accompagner leurs porteurs dans la préparation de leurs dossiers d’investissement afin de les présenter aux membres du Club lors de séances de pitching dédiées », indique Dounia Boumehdi, directrice générale de MITC Capital, gestionnaire de MNF. Il compte une dizaine de membres aujourd’hui qui devraient accorder des tickets d’investissements allant de 100 000 à 1 million de dirhams. De quoi susciter des vocations chez les "startupers" et autres entrepreneurs?
Julie Chaudier, à Casablanca

Réagir à cet article

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus