Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

LTR industries supprimera 68 emplois dans la Sarthe

, , ,

Publié le

Le spécialiste du tabac reconstitué pâtit d'une baisse des ventes, attribuée à une concurrence mondiale plus agressive. Les campagnes de prévention et la cigarette électronique ont participé à ce recul.

LTR industries supprimera 68 emplois dans la Sarthe © azrasta - Flickr - C.C

LTR industries a annoncé le 14 novembre, lors d'un comité d'entreprise, un plan social visant à supprimer 68 emplois dans son usine de Spay, près du Mans (Sarthe). Ce site qui emploie 380 salariés est spécialisé dans la production de tabac reconstitué à base de sous-produits de tabac (poussières, côtes…) qu'elle transforme en feuilles selon des procédés de papeterie, le volume annuel de production avoisinant désormais les 50 000 tonnes. Ces feuilles sont ensuite vendues aux cigarettiers dans le monde entier, 90 % de la production étant exportée.

Prévention et concurrence

Aujourd'hui, le sureffectif estimé est lié à une baisse des ventes de l'ordre de 40 % depuis trois ans, après plusieurs années de croissance. Ce recul est attribué à une baisse de la consommation, du fait des campagnes publiques de prévention et à la concurrence de la cigarette électronique avec, pour conséquence, un durcissement de la concurrence.

L'une des deux machines de l'usine ne fonctionnera plus qu'à 50 % de sa capacité. Le plan, qui entrera en vigueur en 2015, prévoit un dispositif de cessation anticipée d’activité concernant 22 personnes. Les autres postes supprimés entreront dans le cadre d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE). La direction affirme qu'elle favorisera un maximum de reclassements en interne et qu'elle mettre en œuvre un dispositif d'accompagnement.

LTR industries, filiale de l'américain SWM (Schweitzer-Mauduit International), dispose d'une papeterie à Qimperlé (Finistère), forte de 640 salariés, et d'une autre à Saint-Girons (Ariège), employant 270 personnes. Depuis l'annonce de ce plan, plusieurs débrayages ont eu lieu. L'usine était de nouveau bloquée lundi 17 novembre, les syndicats souhaitant que les primes de départ soient réévaluées.

Emmanuel Guimard

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus