Lourde restructuration chez ST-Ericsson

Par  - Publié le
composants électroniques
© ST Ericsson

La coentreprise en difficulté de STMicroelectronics avec le suédois Ericsson vient d’annoncer ce 23 avril la suppression de 1 700 emplois dans le monde. La France est pas concernée par le transfert d'environ 650 emploi R&D vers STMicroelectronics.

Après avoir retardé de quelques heures l’annonce de son plan stratégique, le groupe a finalement annoncé une nouvelle orientation stratégique. Elle est basée notamment sur le repositionnement du modèle d'entreprise. "La nouvelle orientation stratégique s'appuie sur la capacité unique de ST-Ericsson à fournir des solutions complètes de systèmes pour smartphones et tablettes", assure le groupe.

Il ajoute comme autre mesure le transfert de son activité processeur applications et de la R&D à STMicroelectronics. "Les processeurs d'applications, modems et autres principaux éléments des systèmes seront élaborés soit directement, soit grâce à des partenariats et des alliances. L'objectif étant de limiter et d'optimiser l'effort de R & D", précise le groupe. Environ 650 postes de cinq sites en France (Paris, Sophia Antipolis, Grenoble, Rennes et Le Mans)  et un site en Inde sont concernés par ce transfert.

Selon Didier Lamouche, PDG du fabricant de composants pour téléphones portables, "la France ne sera pas touchée par la restructuration de 1700 personnes. Il y aura du transfert de personnel mais pas de suppressions d'emplois. Par contre, d'autres sites dans le monde vont fermer, mais à ce stade des négociations nous ne pouvons rien dire".

Deux accords

L'accord passé entre les deux groupes porte sur le développement de futurs processeurs d'applications. STMicroelectronics absorbera les activités R&D de ST-Ericsson qui couvrent le développement des processeurs d'applications, puis cédera sa technologie sous licence à ST-Ericsson qui l'intégrera dans ses ModAps, des solutions compétitives intégrant un processeur d'application et un modem, pour smartphones et tablettes tactiles.

Les deux sociétés ont aussi signé un accord commercial destiné à assurer conjointement la promotion et la commercialisation de processeurs d'applications autonomes et de modems de faible épaisseur auprès d'un plus grand nombre de clients couvrant toute la gamme des applications électroniques. Ce partenariat prévoit le transfert chez ST des employés hautement qualifiés de ST-Ericsson.

STEricsson va aussi prendre des mesures supplémentaires pour abaisser son point d’équilibre. Il prévoit notamment des mesures d’économies d’environ 320 millions de dollars passant par la fermeture de cinq sites (Bristol en Angleterre, Zaventem en Belgique, Zurich en Suisse, Tempere en Finlande et Shanghai en Chine), la réduction des coûts de support de 15% et la suppression de 1700 emplois (y compris les transferts vers STMicroelectronics)  sur les 6500 que compe le groupe dans le monde.

Victime collatérale

Cette situation est la conséquence de la forte baisse de la demande de son principal client Nokia. Le fabricant de téléphones portables a annoncé la semaine dernière de nouvelles réductions de coûts substantielles et le départ de son directeur des ventes après un premier trimestre marqué par une perte plus lourde que prévu.

Le groupe ST-Ericsson a été doté d’une nouvelle direction en décembre dernier. Elle avait pour mission de redresser la structure spécialisée dans le mobile. Elle s'est engagée à présenter un plan stratégique à long terme d'ici le printemps après avoir conduit un audit et une revue de portefeuille de la société. St-Ericsson a accusé une perte nette de 177 millions d'euros au quatrième trimestre 2011, qui a pesé sur les résultats de STMicroelectronics.

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous