LORRAINELa Slag crée son unité la plus importante

Publié le | L'Usine Nouvelle n° 2598

LORRAINE

La Slag crée son unité la plus importante



Plus de 100 millions de francs pour une usine de concassage-criblage de laitiers de hauts-fourneaux : à Moyeuvre-Grande, en Moselle, la Société lorraine d'agrégats (Slag) vient d'engager le plus gros investissement de son histoire. " Il s'agit de l'une des plus importantes installations de concassage-criblage construites en France au cours des cinq dernières années ", affirme Patrick Bruncher, directeur adjoint de la Slag. L'usine, qui sera opérationnelle en juin 1998, remplacera les deux installations de la Slag en voie de fermeture, à Moyeuvre et à Hayange. La matière première de ce site sera fournie par les 40 millions de tonnes du crassier Perotin de Joeuf (Meurthe-et-Moselle). A raison de 2 millions de tonnes par an, cette extraction devrait s'achever aux alentours de 2018. Les crassiers lorrains datent d'avant la dernière guerre, à une époque où la sidérurgie produisait 1 tonne de laitier pour 1 tonne de fonte. Les hauts-fourneaux construits depuis lors - en particulier à Fos et à Dunkerque -, produisent 300 kilos de laitier pour 1 tonne, ce qui permet l'exploitation du résidu en temps réel. La Sarre, confrontée à un marché intérieur morose, écoule une partie de sa production de laitier dans l'Est mosellan. Tandis que la PME locale Eurogranulat, créée au début de la décennie, tente une percée sur le marché de la valorisation des scories d'aciéries : des produits qui, selon la Slag, ne présentent pas les mêmes qualités que les laitiers, ce qui risque de dévaloriser ces derniers. Cette concurrence locale vivace oblige l'entreprise à une stratégie commerciale offensive, dont témoigne le raccordement ferroviaire " toffu " du nouveau site. C'est la fabrication de couches de forme et d'enrobés routiers qui demeure le principal marché de l'entreprise lorraine depuis sa création. Mais, grâce à la capacité du laitier à abaisser le point de fusion de la laine de roche, la Slag vend également une partie de sa production (5 % du chiffre d'affaires) aux fabricants de ce matériau, et ce jusque dans le Massif central. De plus, la Slag espère un renchérissement des sables et graviers alluvionnaires locaux pour augmenter sa part dans le marché des produits préfabriqués du bâtiment, qui représentent actuellement 30 % de son chiffre d'affaires. Pour mener à bien son projet, la Slag bénéficie d'un régime administratif plus léger que les autres industriels des carrières : " L'extraction du laitier aura pour effet de restituer la topographie de la vallée telle qu'elle se présentait avant l'allumage du haut-fourneau de Joeuf, à la fin du siècle dernier. Nous n'aurons donc pas à remettre le site dans son état originel après sa fermeture ", explique Patrick Buncher.

10 000 tonnes de laitiers seront stockées

L'industriel a confié la réalisation de l'usine, construite sur un site de 10 hectares, au leader français de l'ingénierie du concassage-criblage, le francilien CFBK, acheté en mai par le suédois Svedala. Huit silos de 35 mètres de haut, connectés avec des installations de chargement automatique sur trains et wagons, permettront le stockage d'environ 10 000 tonnes de laitiers. Malgré les économies d'échelle, la mise en service de ce site de 40 salariés n'entraînera pas de suppres- sions d'emploi : les 3 kilomètres qui séparent le crassier de l'usine entraînent la création de postes de chauffeurs.



L'enjeu

100 millions de francs d'investissements pour la construction d'une usine de concassage- criblage de laitiers de hauts-fourneaux à Moyeuvre-Grande (Moselle) d'ici à juin 1998.

La Société lorraine d'agrégats se concentre ainsi sur trois sites au lieu de quatre, sans réduire sa production annuelle, comprise entre 2,5 et 3 millions de tonnes de laitiers de hauts-fourneaux.

La Société Lorraine d'Agrégats

Chiffre d'affaires 100 millions de francs

Effectif 64 personnes dont 40 dans la future usine

de Moyeuvre-Grande.

Les groupes

Cochery (filiale de la SGE, du groupe Compagnie générale des eaux) et Jean Lefèvre (filiale de GTM Entrepose, du groupe Suez Lyonnaise) se sont alliés en 1989 avec l'entreprise régionale de travaux publics et de manutention Leclerc pour créer la Société lorraine d'agrégats (Slag), société anonyme au capital de 14 millions de francs.

USINE NOUVELLE N°2598

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous