Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Les trois défis d'Onxeo, la biotech française spécialiste des cancers rares

Astrid Gouzik ,

Publié le

La biotech Onxeo, spécialisée dans le développement de médicaments innovants pour traiter les cancers dits rares ou résistants, a présenté ses résultats annuels, le mercredi 8 mars.

Les trois défis d'Onxeo, la biotech française spécialiste des cancers rares © Onxeo

En 2017, Onxeo devra relever trois grands défis. Avec un premier rendez-vous important à la mi- année pour la start-up française spécialisée dans les biomédicaments innovants dans le traitement des cancers orphelins. La biotech pourra livrer les résultats préliminaires d'efficacité dans la phase III de l'étude ReLive en milieu d'année et les résultats des études précliniques pour son Livatag afin d’évaluer le potentiel du produit dans de nouvelles indications. Le Livatag est "notre produit le plus avancé sur le plan clinique, dans le traitement de 2ème ligne du carcinome hépatocellulaire avancé", affirme Judith Greciet, la PDG de la société.

Deuxième objectif pour l’année à venir : développer une nouvelle formulation par voie orale de Béléodaq, son traitement du lymphome à cellules T. La société devra également évaluer l'intérêt de l'association de Béléodaq avec d'autres agents anticancéreux, notamment des agents d'immuno-oncologie dans des tumeurs autres.

Enfin Onxeo devra poursuivre le développement d’AsiDNA, la molécule tombée dans son escarcelle après le rachat en 2016 de DNA Therapeutics. Onxeo devra notamment apporter la preuve de concept in vivo de cette activité par voie systémique (intraveineuse), et évaluer l'intérêt des associations d'AsiDNA avec différents agents anti-cancéreux sur différents modèles de tumeurs chez l'animal. "Nous travaillons aussi à l’optimisation  des processus de production d'AsiDNA avant la mise en place d'une étude clinique de phase I", a expliqué Judith Greciet. AsiDNA agit en amont des multiples voies de réparation de l'ADN, au niveau de la détection et de la signalisation des dommages, et brise ainsi le cycle de réparation de l'ADN des cellules tumorales, sans que les cellules saines ne soient touchées. Onxeo a tenu à rassurer ses investisseurs en rappelant que le brevet protégeant cette technologie clé avait été étendu jusqu’en 2031 aux Etats-Unis.

La société a publié un chiffre d’affaires stable à 4,4 millions d’euros. Les revenus récurrents, provenant de la vente des produits enregistrés, ont progressé de 26% pour atteindre 3,5 millions d'euros notamment grâce à la commercialisation aux États-Unis de Beleodaq. "La trésorerie n’est jamais suffisante, mais elle est suffisante pour nous permettre de mener nos programmes jusqu’en 2018", a assuré Judith Greciet.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus