Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les tissus de rêverie de Pierre Frey

Publié le

Marre de la grisaille de l’hiver. Allez prendre un bain de gaieté  dans l’enchanteresse exposition sur les tissus Pierre Frey que propose le musée des arts décoratifs de Paris du 25 janvier au 12 juin. Une plongée dans l’univers d’un éditeur de tissus qui dialogue depuis 1934 avec son époque et ses artistes.

 

C’est à une explosion de couleurs que nous convie le musée des arts décoratifs avec l’exposition "Tissus imprimés, Pierre Frey". Une visite qui permet de parcourir 80 ans de création d’une maison qui incarne plus qu’aucune autre le métier d’éditeur de tissus.

Car depuis 1935, sous l’impulsion de son créateur Pierre Frey, puis de son fils Patrick Frey, la maison fait collaborer dessinateurs, tisserands, graveurs, imprimeurs ou brodeurs. C’est en explorant toutes les possibilités de l’imprimé que l’entreprise a assis son succès. La première salle illustre avec pédagogie les méthodes de fabrication car la marque s’implique jusqu’à la production. Elle a racheté en 1989 le tisseur Denimal dans le Nord-Pas-de-Calais avec qui elle collaborait depuis 1961.

Collaborations avec les artistes

Les salles suivantes nous emmènent dans un voyage à travers le temps en faisant revivre toutes les tendances artistiques et culturelles de l’après-guerre (la période où l’éditeur s’installe comme une marque incontournable) jusqu’à aujourd’hui. Avec un goût marqué pour les motifs floraux ou animaliers, qui ne dédaigne pas non plus les créations plus géométriques en tirant souvent vers l’onirisme.

De nombreux tissus sont présentés avec des pièces du musée, comme par exemple une robe de Delacroix ou une petite chaise de Garouste, pour montrer le dialogue incessant et fécond des arts différents décoratifs. La marque de fabrique de Pierre Frey est la collaboration avec des artistes à qui elle demande des dessins. Cette stratégie débute dès les années 1940 où Pierre Frey achète des cartons à l’affichiste et décorateur de théâtre Jean-Denis Maclès et se poursuit toujours aujourd’hui avec  le styliste Vincent Darré ou l’artiste de street Art Toxic. Spécialement pour l’exposition, la maison a sollicité 4 artistes qui proposent chacun une création en utilisant les techniques les plus contemporaines comme ce très poétique tissu nuages "en impression numérique sur fils posés gaufrés" de Benjamin Graindorge.

 

 

 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus