Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

Les tapis carrossables du jurassien Emco France

, ,

Publié le

Made in France

Les tapis carrossables du jurassien Emco France
Le tapis Emco X-Treme supporte jusqu’à 7,5 tonnes de charge.
© D.R. ; Atelier du Cyclope

Lorsque les passagers entrent dans l’aéroport Lyon Saint-Exupéry, ils piétinent des tapis made in Jura fabriqués par la société Emco France. Depuis 2002, cette PME implantée à Dampierre (Jura) fabrique des tapis d’entrée pour les bâtiments publics. Jusqu’à présent, ceux-ci étaient capables de retenir les salissures au passage de piétons uniquement. Aujourd’hui, l’entreprise propose un tapis résistant au trafic de charges sur roues (chariots, valises, transpalettes).

"Nous voulions répondre à une demande d’industriels soucieux de la sécurité et de la propreté de leurs bâtiments", explique Anselme Hoffmann, le directeur général d’Emco France. Le tapis Emco X-Treme supporte jusqu’à 7,5 tonnes de charge. Il est composé de modules rectangulaires qui s’assemblent en fonction de la surface à couvrir. Chaque module est doté de brosses disposées en quinconce et positionnées en "X" fixées sur un profilé cintré souple en résine composite. Les brosses s’actionnent de manière mécanique à chaque passage de roue et génèrent un mouvement latéral qui permet d’éliminer les salissures. Celles-ci tombent dans un bac de récupération en inox.

Cinq années de R & D ont été nécessaires pour mettre au point ce tapis. Grâce à cette innovation, les tapis d’Emco France font leur entrée dans les bâtiments industriels. Filiale du groupe Emco (1 200 salariés, cinq sites de production) dont la maison mère est implantée à Lingen, en Allemagne, la PME jurassienne employait à l’origine trois personnes. Aujourd’hui, 35 salariés y travaillent et 15000 mètres carrés de tapis sortent chaque année de ses ateliers de fabrication. Le chiffre d’affaires, en constante progression, s’établit à 5 millions d’euros. 

Lucie Thiery

Réagir à cet article

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus