Les salariés de TIGF refusent le projet de cession et se mettent en grève

Par  - Publié le
Gazoduc Artère du Béarn
Gazoduc Artère du Béarn
© D.R.

Le groupe Total mène une étude sur la cession éventuelle de sa filiale. Les salariés opposés au projet ont déposé un préavis de grève pour le 14 septembre.

La tension monte au sein de TIGF, spécialisé dans l’exploitation des installations de transport et de stockage de gaz naturel dans le sud-ouest de la France. Pour manifester leur totale opposition à l’étude lancée par le groupe Total sur la possible cession de leur entreprise, les salariés seront en grève ce vendredi 14 septembre. A 13 heures, ils sont appelés à se mobiliser devant le siège de l’entreprise, à Pau (Pyrénées-Atlantiques), pour marteler une nouvelle fois leur désaccord.

C’est en juillet dernier qu’ils ont appris le projet de Total. Ce dernier a lancé une étude d’opportunité de cession de TIGF, qui va être rendue d’ici la fin de l’année. La réplique des salariés n’a pas tardé. Le 3 août, 90 % du personnel était en grève.

TIGF est implantée sur quinze départements du sud-ouest de la France. L’entreprise emploie 320 salariés au siège à Pau et 180 qui sont répartis sur onze secteurs d’exploitation. Propriétaire de 5 000 km de réseaux, soit 14 % des infrastructures de transport de gaz dans l’Hexagone, dotée de stockages de gaz qui représentent 22 % de la capacité française, TIGF est une entreprise profitable. "Nous sommes en bonne santé. Le chiffre d’affaires avoisine les 350 millions d’euros pour un résultat net de 100 millions d’euros. Nous avons des projets d’investissements. 300 millions d’euros sont injectés dans la construction de gazoducs. Nous ne comprenons pas ce choix d’une possible cession", s’interroge, au nom de l’intersyndicale, Jean-Marie Paget Blanc, délégué syndical CFDT.

Un conseil d’administration le 3 septembre, puis un comité d’entreprise qui s’est tenu le 11 septembre, n’ont pas apporté de réponses aux questions des salariés. Hier, les syndicats de TIGF, accompagnés de Martine Lignières-Cassou, maire (PS) de Pau et du député socialiste David Habib, ont rencontré un conseiller d’Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif.

Contactée par téléphone, la direction de TIGF n’a pas donné suite à notre demande d’entretien.

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Identifiez-vous