L'Usine Auto

La santé des constructeurs français et internationaux, les dynamiques des marchés tout autour du globe, les défis de la voiture plus connectée, plus électrique, plus autonome, moins polluante et les innovations technologiques qui émergent pour y répondre... Tout ce qu'il faut savoir sur l'industrie automobile est traité par nos journalistes et notre réseau d'experts.

Les salariés de PSA craignent une délocalisation de la R&D en Chine

Par  - Publié le
PSA La Garenne
© PSA Peugeot Citroën

Après l’annonce de la suppression de 2100 postes en recherche et développement chez PSA, les salariés de La Garenne-Colombes s’inquiètent pour leurs conditions de travail et craignent, à terme, une délocalisation de la R&D à Shanghai ou à Sao Paulo.

"On ne va pas y arriver… Comment faire ? C’est pas possible… On aura  beau faire tous les efforts du monde, on n’y arrivera pas." Cet élu CFDT du site PSA de La Garenne-Colombes est sonné. Le directeur de la recherche du groupe, Guillaume Faury, vient d’expliquer aux élus du comité central d’établissement, que les 2 100 suppressions de postes prévues en France dans la R&D se feront à volume constant, c’est-à-dire qu’aucun programme de recherche et développement ne sera arrêté.

Le site de R&D de La Garenne-Colombes, en banlieue parisienne, se consacre aux études sur le groupe motopropulseur (GMP, moteur et boîte de vitesse), notamment sur la mise aux normes environnementale des moteurs "Euro 6". "Nous sommes déjà sous pression, épuisés par la charge de travail, poursuit le syndicaliste. Selon une enquête du CHSCT, 15% des salariés sont en souffrance, à La Garenne. Ca ne va pas arranger les choses."

A l’issue du comité central d’établissement du mardi 15 novembre, un porte-parole de la direction a confirmé les 2100 suppressions de postes en R&D en France, dont 1600 chez des prestataires extérieurs et 500 parmi les CDI de PSA. "Nous avons opté pour une sorte d’électrochoc dans la R&D car il y a un besoin de simplifier les organisations et de développer les produits de façon différente, a-t-il expliqué. On sait que le fonctionnement de nos équipes de R&D peut être optimisé."

"Ce n'est pas logique"

A La Garenne-Colombes, travaillent 2 700 salariés de PSA, auxquels s’ajoutent environ 1000 "BEX", ces salariés des bureaux extérieurs. Côté CDI, aucun chiffre n’a été avancé, mais côté prestataires, 400 contrats seront arrêtés. "J’ai une équipe de 12 personnes, la moitié en CDI, la moitié en prestataires, explique un ingénieur délégué syndical CGT.. On me demande de faire partir 4 prestataires et de réorganiser l’activité. Mais on a formé ces gens, ce n’est pas logique, et ce sont nos collègues parfois depuis des années !".

Le pire, selon lui, est l’incompréhension de fond que suscitent ces mesures : "PSA nous demande de faire mieux, de monter en gamme, et dans le même temps on supprime des emplois en R&D. Mais on a besoin de temps, pour faire émerger des idées, les développer. Il y a beaucoup de défiance de la part des salariés, qui ne croient plus aux discours qu’on leur sort."

Comme d’autres, surtout, il craint que PSA n’abandonne l’innovation. Ricardo Madeira, délégué central CFDT, se dit inquiet "qu’on touche à ce point à la R&D, qui est un gage de pérennité pour le groupe, même si on nous dit que seuls seront concernés des programmes mineurs ou anciens".

Dans la ligne de mire des syndicats : la montée en puissance de la R&D confiée aux sites lointains comme Sao Paulo et Shanghai pour le moment, et pourquoi pas l’Inde bientôt, alors qu’un site de production s’y construit. Selon les syndicats, en comité d’entreprise, la direction de PSA a confirmé qu’elle souhaitait faire monter les effectifs du centre R&D de Shanghai au niveau de ceux du centre brésilien (environ 1000 personnes).

Secrétaire du comité européen Force ouvrière, Jean-François Kondratiuk craint que cette "délocalisation du travail de recherche ne fasse perdre à PSA son potentiel technologique d’ingénierie, notamment dans le domaine de la suspension, des moteurs, et même de l’électronique". Mais selon lui, "la R&D de PSA est très chère, par rapport aux concurrents comme Volkswagen, plus compétitive".

Rendez-vous est pris à la fin du mois pour discuter, en commission, du détail des postes supprimés site par site, question qui sera officiellement abordée en comités d’établissement à la mi-décembre.

Imprimer

La fiche PSA PEUGEOT CITROEN à LA GARENNE-COLOMBES avec Industrie Explorer

lieu

TOUT SAVOIR SUR...
Ses investissements, ses actualités, ses dirigeants, sa production...

Voir la fiche

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

3 réactions

Briphil | 18/11/2011 - 09H05

Pour les actionnaires et Philippe Varin, peu importe l'avenir des 6.200 familles, des communes et régions concernées... Il n'y a que les profits et leurs dividendes qui comptent... Pourtant eux ils vivent trés bien... (première fortune de Suisse)

Signaler un abus |  CITER

Ln | 16/11/2011 - 11H21

R&D en chine, alors ça c'est intelligent, on envoie l'ingenierie en chine comme ça ils auront tout, les ateliers de production et la matiere grise, autant leur vendre Peugeot au chinois !

Signaler un abus |  CITER

Jean-Luc_VITE | 16/11/2011 - 10H10

Voilà une information indispensable pour comprendre ce qui se passe à PSA. Il y a une semaine, Moody’s menaçait de baisser la note de PSA. Résultat : alors que les bénéfices de l’entreprise progressent de 18% au premier semestre 2011, le patron jette à la rue des milliers de travailleurs pour « rassurer les marchés ».Ainsi donc la finance commande les gouvernements et les entreprises. Les agences de notations sont leurs chiens de garde. Il est temps de rassurer les productifs en empêchant les financiers de continuer à nuire.

Signaler un abus |  CITER

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les entreprises qui font l'actu

Recevez nos newsletters

Identifiez-vous