Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Les salariés de PSA à Vesoul resteront au chômage partiel

, ,

Publié le

A l’issue d’un comité d’entreprise mensuel ordinaire ce 30 mars, la direction du site de Vesoul a assuré que la suspension d’activité de pièces détachées et sous-ensembles de voitures à destination de l’Iran ne reprendrait pas.

Les salariés de PSA à Vesoul resteront au chômage partiel © Jean-Louis Salque - L'Usine Nouvelle

Les 220 salariés de l’usine de PSA vont rester au chômage partiel. Une conséquence des sanctions internationales contre le pays.
Un porte-parole du groupe contacté par l’AFP a expliqué que l’absence de flux à réaliser avec l’Iran durant le mois d’avril entraîne l’application de chômage partiel. Pour l’heure, le groupe ne précise pas ce qu’il en sera pour les mois suivants.

L’usine va redéployer temporairement tous les salariés en chômage partiel vers d’autres ateliers que celui concerné par l’activité en Iran. Pour l’heure, 60 personnes travaillent toujours sur le site. Malgré cette annonce, le responsable de la section FO du site, Antoine Pirès, estime que les salariés restent inquiets et demandent plus de clarté.

Depuis le 20 février, l’activité est à l’arrêt, ce qui prive PSA de garanties de financement, d’après la direction du groupe à Paris. "Les sanctions concernent les banques iraniennes en Europe, donc les banques européennes ne peuvent pas travailler avec ces dernières. On ne va pas expédier des pièces détachées alors qu'aucun établissement bancaire ne garantit qu'on soit payé".

Le positionnement de PSA en Iran semble aussi poser des problèmes au sein même de la nouvelle alliance avec GM. Le 29 mars, l’United Against Nuclear Iran (UANI) a accusé le groupe français de faire des affaires directement avec le régime iranien. Ce qui selon lui renforce la capacité de Téhéran à développer un programme illégal d’armes nucléaires, soutenir le terrorisme et réprimer le peuple iranien. L’organisation demande donc à GM de faire pression sur son tout nouveau partenaire.

 

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Les entreprises qui font l'actu

 

 

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle
Votre avis ?

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus