Les salariés de Fessenheim interpellent à nouveau François Hollande

Par  - Publié le
Fessenheim
© Florival fr - Wikimedia commons - c.c.

Le candidat socialiste s’est engagé en cas d’élection à fermer la plus vieille centrale nucléaire française.

Les salariés du site ont indiqué via un courriel envoyé à l’AFP ce 27 avril que le candidat socialiste n’a pas pris contact avec eux. Et ce, malgré une sollicitation la semaine dernière des délégués de la CGT.

Les salariés ont donc rappelé ce vendredi à François Hollande qu’ils attendaient toujours de le rencontrer avant le second tour de la présidentielle. "S'il ne nous répond pas, peut-être envisagerons-nous d'autres actions, comme de nous inviter à une de ses réunions publiques", a dit à l'AFP Jean-Luc Cardoso, de la CGT de Fessenheim.

Le candidat socialiste s’était engagé en mars dernier à prendre rapidement contact avec eux. C’était à l’occasion d’une rencontre avec les représentants des salariés à son QG de campagne.  A l’époque les syndicats assuraient que le candidat était prêt à mettre en place un groupe de travail entre le PS et les élus de Fessenheim ainsi que d’ouvrir un large débat sur l’énergie.

Pour l’heure, l’équipe de campagne du candidat socialiste n’a pas souhaité commenter l’information.

François Hollande a annoncé son intention de fermer Fessenheim, "parce que c'est la plus vieille centrale", et qu'elle est située en zone sismique, une position qualifiée de "dogmatique" par les représentants des salariés.

 

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

1 réaction

Marc Saint Aroman | 05/05/2012 - 00H54

Si des syndicalistes, contrairement à leurs homologues allemands d'IG Metal, persistent dans l'autisme vis-à-vis de la réalité nucléaire et se réfugient derrière l'ASN pour les décisions, heureusement qu'il reste des salariés d'EDF - probablement inquiets de la situation réelle dans les centrales atomiques - pour informer les antinucléaires sur la réalité du parc atomique français. (*)

Merci donc à L'Usine Nouvelle (**) à avoir été un des rares médias - jusqu'à maintenant - à avoir révélé les informations sur la menace terrible que fait peser actuellement le parc nucléaire des réacteurs de 900 MWé : selon les scénarios élaborés en interne par EDF, un risque permanent de rupture de cuve contenant le combustible nucléaire pourrait survenir en moins de 90 minutes : les opérateurs de la centrale observeraient alors se dérouler la catastrophe... totalement impuissants !

(*) http://groupes.sortirdunucleaire.org/Vulnerabilite-reacteurs

(**) http://www.usinenouvelle.com/article/un-doute-sur-les-robinets-des-centrales-nucleaires.N173963

Signaler un abus |  CITER

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Identifiez-vous