Dossier

Les projets fous de la mobilité électrique

Les projets fous de la mobilité électrique : Solowheel, la roue réinventée

Par  - Publié le
Solowheel
© Solowheel

    Mise au point en 2006 aux Etats-Unis et commercialisée depuis fin 2011, le Solowheel se présente comme un monocycle prévu pour des déplacements en ville, moins encombrant qu'un Segway à deux roues. Ce mode de transport personnel innovant et composé d'une roue entourée d'un pneu abritant un moteur électrique et un système de stabilisation gyroscopique est l'objet du nouvel épisode de notre série consacrée aux projets fous de la mobilité électrique.

Une roue à la place des pieds. Pour éviter de marcher, le Solowheel représente une solution originale. Inventé en 2006 aux Etats-Unis, cet engin se défini comme un monocycle à propulsion électrique. Prévu pour des déplacements urbains et commercialisé depuis 2011, le Solowheel aurait déjà séduit 5 000 personnes dans le monde dont 1 000 en Europe.

Un "Segway mains libres"

Avec sa roue unique entourée d'un pneu et abritant un moteur électrique et un système de stabilisation gyroscopique, il se veut beaucoup moins encombrant (et aussi beaucoup moins cher) que le Segway. A la différence du gyropode à deux roues qui n'a pas vraiment connu le succès escompté à ses débuts, le Solowheel ne possède pas de guidon, ce qui nécessite un peu plus d'entraînement mais permet une utilisation "mains libres", pratique pour passer un coup de téléphone ou fouiller dans son sac tout en se déplaçant.

Une poignée permet de le porter à une main même si l'engin pèse tout de même 11 kilos. Le Solowheel permet d'atteindre une vitesse de 16 km/h pour une autonomie comprise entre 8 et 11 kilomètres et un temps de recharge de la batterie d'environ 1h30. Pour se l'offrir, il faut débourser 2 000 euros, contre 7 000 euros pour un Segway.

Se pencher pour se déplacer

Pour se déplacer avec le Solowheel, il faut placer ses pieds sur les petites plates-formes positionnées sur les côtés de la roue et coincer ses mollets sur la surface rouge prévue à cet effet. Ensuite, comme pour le Segway, il suffit de se pencher en avant pour avancer, en arrière pour freiner. Pour tourner, il faut effectuer un mouvement d'épaules dans le sens souhaité. Des conseils pour se déplacer en toute sécurité sont proposés sur le site du fabricant, qui évoque 3 heures d'entraînement nécessaire en moyenne et seulement 15 minutes pour les habitués des sports de glisse comme le ski ou le roller.

Julien Bonnet

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

1 réaction

Delphine | 07/08/2014 - 08H57

Très belle invention ce solowheel ! Intéressée par les véhicules 100% électriques, jai fouiné un peu sur internet et j'ai trouvé que sur le site du distributeur http://www.solowheel.fr/boutique/ cette roue coutait la modique somme de 1999e... En cherchant un peu plus j'ai trouvé des modèles d'autres marques qui semblent équivalents pour 500e (http://www.air-wheels.com/. Est-ce que vous savez quelles sont les différences ? Car la différence de prix, elle est réelle.

Signaler un abus |  CITER

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous