Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'usine Agro

Les nouvelles orientations stratégiques du volailler Doux face aux difficultés financières

, , ,

Publié le , mis à jour le 14/09/2017 À 06H47

Infos Reuters RENNES (Reuters) - En proie à de nouvelles difficultés financières, la direction du groupe volailler breton Doux a présenté mercredi 13 septembre, lors d'un comité central d'entreprise, un plan de réorganisation de sa production privilégiant l'exportation de poulets de qualité.

Les nouvelles orientations stratégiques du volailler Doux face aux difficultés financières
En proie à de nouvelles difficultés financières, la direction du groupe volailler breton Doux a présenté lors d'un comité central d'entreprise un plan de réorganisation de sa production privilégiant l'exportation de poulets de qualité. /Photo d'archives/REUTERS/Stephane Mahe
© Stephane Mahe

La direction du groupe volailler breton Doux a présenté lors d'un comité central d'entreprise, mercredi 13 septembre, un plan de réorganisation de sa production privilégiant l'exportation de poulets de qualité. Un investissement de 100 millions d'euros sur quatre ans, dont le financement reste à définir, devrait être consacré à la nouvelle orientation stratégique du groupe, dont l'essentiel de l'activité repose sur la production et l'exportation de poulets entiers congelés au Moyen-Orient.

Cette réorganisation a été motivée par les difficultés financières du volailler, qui a perdu quelque 35 millions d'euros en 2016 et prévoit des pertes du même ordre en 2017. "L'accentuation des difficultés économiques rencontrées par Doux obligent à une accélération de la transition de son modèle économique", a dit mercredi le volailler dans un communiqué.

Ces difficultés sont dues notamment à la grippe aviaire qui a fermé certains marchés mondiaux, à la guerre au Yémen, un marché historique de Doux, mais aussi à la concurrence des producteurs brésiliens qui exportent leurs volailles à moindre coût et ont pratiqué selon Doux en 2016 des baisses de prix allant jusqu'à 30% en Arabie Saoudite, principal marché à l'export du producteur breton.

"Mois après mois, Doux perd de l'argent à cause d'un déficit structurel qui n'est plus tenable", précise le communiqué.

Du poulet de meilleur qualité au Moyen-ORient

Le groupe Doux a néanmoins préservé l'essentiel de ses parts de marché en Arabie Saoudite qui, confrontée à des problèmes d'obésité dans sa population, serait de plus en plus demandeuse de poulets de meilleure qualité. Doux a annoncé mercredi le lancement début octobre en Arabie Saoudite d'une nouvelle gamme de poulets riches en Omega3.

L'ensemble des marchés du Moyen-Orient seraient également en attente de produits volaillers présentant de plus grandes qualités nutritionnelles et susceptibles de générer pour le groupe davantage de valeur ajoutée.

Poulet halal en frais et poulet congelé en Europe

A la suite de l'expertise menée ces derniers mois par le cabinet AlixPartners, le groupe a également défini deux autres axes de développement, avec son entrée sur le marché européen du poulet halal en frais, et un nouveau partenariat avec un "opérateur européen" plus compétitif sur le poulet congelé bas de gamme, afin de maintenir son rang sur ce marché à l'export.

Le groupe Doux est à la recherche de partenaires opérationnels et financiers pour mettre en oeuvre cette réorganisation stratégique, a précisé un porte-parole du groupe.

L'annonce de ce plan stratégique intervient une semaine après la diffusion d'une vidéo choc de l'association L214 sur les conditions d'élevage mortifères dans un poulailler de Vendée produisant pour Doux. Le groupe avait alors le lancement d'une enquête interne tout en indiquant qu'elles ne reflétaient "en aucune façon les pratiques d'élevage définies par Doux et appliquées par ses 300 éleveurs partenaires".

Doux, qui compte aujourd'hui environ 1.500 salariés, a été repris en mars 2016 par le groupe coopératif agricole Terrena et compte dans son capital le groupe saoudien Almunajem, son principal client.

En 2012, le groupe Doux avait été placé en redressement judiciaire et avait supprimé un millier d'emplois.

Pour Reuters, Pierre-Henri Allain, édité par Yves Clarisse

Réagir à cet article

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus