Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les industriels dans le viseur de la secrétaire d'Etat à l'égalité entre les femmes et les hommes

Léna Corot , , , ,

Publié le , mis à jour le 14/09/2017 À 12H13

Les dix dernières entreprises du palmarès Ethics and Boards sur la féminisation des instances dirigeantes étaient conviées pour une demi-journée de sensibilisation à l'égalité professionnelle. Simple invitation à laquelle Maurel et Prom et Sartorius Stedim Biotech n'ont pas répondues et ont par la suite été épinglés par la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa.

Les industriels dans le viseur de la secrétaire d'Etat à l'égalité entre les femmes et les hommes
La secrétaire d'Etat, Marlène Schiappa épingle deux mauvais élèves de l'égalité entre les hommes et les femmes.
© Twitter @JeunesMacron

Chose promise chose due. Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, épingle Maurel et Prom et Sartorius Stedim Biotech comme mauvais élèves de l'égalité homme / femmes. Ces deux entreprises ne se sont pas présentées mardi 12 septembre à la demi-journée de sensibilisation à l'égalité professionnelle offerte par l'Etat. Promesse de campagne d'Emmanuel Macron, la pratique du "name and shame" consiste à nommer les plus mauvais élèves pour leur faire honte.

Les dix entreprises du SBF 120 les moins bien classées au palmarès de la féminisation des instances dirigeantes des grandes entreprises publié par Ethics and Boards étaient conviées à cette demi-journée de sensibilisation. Aucune obligation de présence pour ces entreprises, mais Marlène Schiappa a épinglé les deux mauvais élèves. La société pétrolière indépendante spécialisée dans l’extraction et la production d’hydrocarbures, Maurel et Prom, rachetée par la compagnie pétrolière publique indonésienne Pertamina, avait probablement mieux à faire.

Contacté par L'Usine Nouvelle, le fournisseur d’équipements et de services dans l’industrie biopharmaceutique, Sartorius Stedim Biotech, affirme n'avoir reçu aucune invitation pour cette demi-journée de sensibilisation. Et la société précise que 52,9% de ses employés sont des femmes en France et que son conseil d'administration, dont une place est vacante, est composé de trois femmes et trois hommes. Maurel et Prom n'a pas encore répondu à nos sollicitations.

Une journée de sensibilisation réellement efficace ?

Les huit autres entreprises ont, quant à elles, fait le déplacement afin de "travailler avec le Conseil supérieur de l’égalité professionnelle (CSEP) et échanger avec des entreprises porteuses de pratiques exemplaires", comme le détaille la secrétaire d'Etat dans un communiqué. Non citées par Marlène Schiappa ces entreprises sont toutefois connues puisqu'Ethics and Boards rend public son palmarès. On y retrouve notamment LafargeHolcim, ArcelorMittal et STMicroelectronics.

Cette demi-journée de sensibilisation va-t-elle réellement faire changer les pratiques de ces entreprises ? L'utilisation du "name and shame" va-t-elle réellement inciter les sociétés à s'améliorer ? Peut-être qu'un début de réponse sera donné l'année prochaine puisque Marlène Schiappa devrait renouveler l'opération.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus