Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les grandes entreprises séduites par l'économie du partage

, , , ,

Publié le

Les grands groupes regardent avec de plus en plus d'appétit le monde de l'économie du partage. Ils rachètent des start-up issues de cet écosystème et s'inspirent même de logiques de la consommation collaborative pour faire évoluer leur structure interne.

Les grandes entreprises séduites par l'économie du partage © D.R.

L'économie collaborative, qui permet au consommateur de payer un bien pour son usage lorsqu'il en a besoin, plutôt que de le posséder 24 heures sur 24, fait des émules dans de nombreux secteurs de l'économie. Selon une étude réalisée par Deloitte University Press, et reproduite à la fin de cet article, 40% des Américains auraient utilisé au moins un service collaboratif en 2013. Des entreprises de capital risque ont investi 2 milliards de dollars dans plus de 500 jeunes pousses de l'économie collaborative depuis 2012, à l'échelle mondiale.

Mais les start-up ne sont pas les seules à truster les premières places de ce business florissant : de gros groupes entrent dans la course "pour accéder à de nouvelles sources de revenus. Dans certains cas, cela leur permet de limiter la désintermédiation qui découle de ce mouvement et la baisse d'activité qu'elle implique", détaille l'étude. Plus de 25 grandes sociétés, dont le groupe agroalimentaire Nestlé ou le géant de l'hôtellerie Hyatt, ont adhéré à Crowd companies. Ce réseau d'entreprises réfléchit à des stratégies pour percer dans le secteur de l'économie du partage.

500 millions de dollars pour Zipcar

De grosses firmes font des investissements stratégiques dans le secteur. La compagnie de location de voiture Avis a déboursé autour de 500 millions de dollars pour mettre la main sur Zipcar, une start-up de location de véhicules entre particuliers. General Electric a misé 30 millions de dollars sur Quirky, une jeune pousse qui sollicite des inventeurs pour qu'ils inventent de nouveaux objets connectés. Elle soumet ensuite ces idées à la foule, qui élit les meilleurs projets. Les concepts gagnants sont fabriqués puis commercialisés chez d'importants distributeurs.

Concurrence croissante, perte de confiance des utilisateurs et surtout problèmes règlementaires… Ces embuches pourraient entraver la croissance de l'économie du partage. Mais les grandes entreprises sont prêtes à prendre le risque. Elles s'inspirent même des logiques de ce secteur pour faire évoluer leur propre structure.

26 millions d'utilisateurs en 2020

Certaines sociétés (notamment les constructeurs automobiles) habituées à vendre leurs biens directement aux consommateurs, créent des services de location temporaire. Ford, avec son Ford2go, mais aussi Toyota, Volkswagen, Daimler et BMW ont développé des plates-formes de partage de véhicules. Un marché neuf qui devrait avoir, d'ici 2020, 26 millions d'utilisateurs, souligne l'étude de Deloitte University Press. Cela permet à ces groupes de créer une relation plus étroite avec leurs clients et surtout de conquérir de nouveaux segments de marché, pas forcément intéressés par l'achat direct d'un véhicule.

Les entreprises commencent aussi à développer des plates-formes d'achat-vente de produits d'occasion de leur marque. Ikea a par exemple lancé en 2010 en Suède un site dédié aux meubles Ikea deuxième main. Objectif ? Toucher une nouvelle clientèle et améliorer son image de marque en contrôlant la deuxième vie de ses produits.

Economie Collaborative Deloitte University Press by L'Usine Nouvelle

Lélia de Matharel

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus