Dossier

La France du numérique : tout le potentiel digital de nos régions

Les France du numérique

Par  - Publié le | L'Usine Nouvelle n° 3306
Lapins Crétins
© Ubisoft

  Si on en doutait encore, le tour de France du numérique que "L'Usine Nouvelle" a réalisé le confirme. Cette nouvelle activité se diffuse partout. À chaque région son terroir digital... et ses pépites.

Dresser le panorama de l'économie numérique en France est un défi. Aucun chiffre compilé n'est disponible. L'observatoire du numérique, créé en novembre 2011 par un arrêté, ne renvoie que sur une étude TIC de l'Insee datant de 2008 et portant principalement sur les usages des entreprises. Et pour repérer celles du secteur, pas moins de 36 codes NAF ! Quant aux associations professionnelles, elles sont légion. Le seul Collectif du numérique, qui s'est constitué début 2012 pour représenter la filière durant la campagne présidentielle, en rassemble 22 ! C'est sans compter les clusters et grappes d'entreprises régionaux, voire départementaux, dont 12 se sont rassemblés en 2010 au sein de France IT, pour se doter d'un label et travailler sur la professionnalisation et l'accompagnement à l'international. "Sur les 2 080 entreprises de France IT, 75% ne dépassent pas les dix salariés", reconnaît Armand Lulka, le président de France IT et du cluster Numelink dans le département de la Loire.

Cinq écosystèmes

Le numérique en France, ce sont donc beaucoup de TPE, difficiles à comptabiliser. Mais si l'exercice du panorama complet est aussi compliqué, c'est pour une autre raison. Il n'existe pas en France, ni ailleurs, une industrie du numérique aux contours clairement définis. "Le numérique n'est pas seulement un secteur industriel, c'est une transformation économique et sociale complète. Une révolution industrielle plus grande que la précédente", a rappelé Henri Verdier, le président du pôle de compétitivité Cap Digital, à l'occasion d'une conférence sur "Le numérique, pour l'emploi et la croissance", organisée à l'Assemblée nationale. Une révolution dans laquelle l'expression industrie du numérique n'a pas vraiment de sens. Il faut parler d'écosystème. "Et il n'y a pas un seul écosystème face à nous. Il y en a cinq, mais pas facilement mesurables", observe Henri Verdier.

Les entreprises se numérisent...

86% télédéclarent la TVA

22% des entreprises de plus de 10 salariés utilisent un outil de CRM

24% un logiciel de gestion intégré

13% vendent en ligne

27% achètent en ligne

 

Le premier d'entre eux est le plus connu, le plus ancien aussi. Il rassemble tous les acteurs des TIC, éditeurs de logiciels, sociétés de services informatiques et de télécommunications. En France, il représente 700 000 emplois. Le deuxième se tisse dans les industries culturelles et créatives et emploie 300 000 personnes dans sa partie numérique. Le troisième identifié par Henri Verdier serait celui des start-up internet. Là, plus aucun chiffre. Mais le président de Cap Digital estime à au moins 10 000 leur nombre en France. Elles emploieraient en moyenne une dizaine de salariés. C'est un écosystème crucial : "La France est le pays qui fabrique les plus belles start-up non américaines, comme Deezer, Dailymotion créé avant YouTube, Criteo ou encore Ventesprivées.com, qui a inventé un business model." Le quatrième écosystème concerne l'hybridation du monde, avec les nouveaux objets communicants et la robotique de service. Diffus, émergent, il affiche déjà en France de belles réussites comme Autolib, le robot Nao d'Aldebaran Robotics et les produits connectés de Withings ou de Magnien, qui se placent parmi les objets les plus vendus sur l'Apple Store ! Enfin, encore plus flou, le cinquième concerne toute la transformation industrielle. "L'industrie d'après le numérique sera complètement différente de celle d'avant le numérique", prévient Henri Verdier. Et il ne s'agit pas uniquement de communiquer autrement avec ses clients ou les fournisseurs, ni de connecter ses produits ou de développer des e-services, mais bien d'adopter les nouvelles façons de travailler inventées par le numérique comme l'open source, le lean start-up... "Là, on ne compte pas les emplois créés, mais ceux que l'on ne perdra pas."

... et innovent

9 pôles de compétitivité spécialisés dans les TIC, avec

2 477 entreprises adhérentes

2 000 projets de R et D financés depuis 2005

6 milliards d'euros d'investissements

Sources : OCDE, Collectif Numérique, FEVAD, IAB, GFK, Datacentermap, Eurostat

 

Richesse et diversité des acteurs

La création des pôles de compétitivité en 2005 a permis d'identifier de fortes concentrations d'acteurs sur ces écosystèmes. En Île-de-France, bien sûr, Cap Digital et Systematic Paris région ont permis de mesurer la richesse et la diversité des acteurs dans les cinq écosystèmes identifiés. En Provence-Alpes-Côte d'Azur, le pôle SCS (solutions communicantes sécurisées) a étendu la dynamique de la technopole Sophia-Antipolis. À Lyon, le pôle Imaginov a braqué les feux sur l'écosystème de création d'images numériques. En Normandie, le pôle TES (transactions électroniques sécurisées) a pointé la concentration de savoir-faire sur les connexions sans fil et en Bretagne, le pôle Images et Réseaux, l'héritage foisonnant des laboratoires de France Télécom. Enfin, en Midi-Pyrénées, le pôle Aerospace Valley relaie le fort effet d'entraînement du spatial et de l'aéronautique sur la filière numérique locale.

L'implantation de neuf pôles spécialisés dans les TIC, qui comptabilisent près de 2 500 entreprises adhérentes, donne, toutefois, une image tronquée des forces numériques des régions. Ils ne comptent pas le pôle S2E2 (Sciences et système de l'énergie électrique) dans la région Centre, qui a pourtant pris un virage radical vers les smart grids et l'efficacité énergétique. Ils ne permettent pas d'identifier la très forte dynamique e-santé née en Aquitaine et en Languedoc-Roussillon. Ou l'émergence d'un fort pôle jeux vidéo, avec un festival, à Montpellier, tiré par Ubisoft. La carte des pôles ne permet pas non plus de découvrir que la Picardie mise sur le logiciel libre, la Bourgogne sur l'e-learning ou le Nord - Pas de Calais sur l'e-commerce. Ni que l'Auvergne est la première région de France couverte à 100% en très haut débit, ce qui lui a notamment permis d'attirer quelques grands acteurs du secteur des services. En revanche, la carte des datacenters, ces nouvelles usines du numérique, indique bien où, en France, les entreprises utilisent le plus le numérique. Elles montrent peut-être mieux que tout, comment se développe ce cinquième écosystème qu'est la transformation industrielle...

Imprimer
Afficher tous les magazines par année

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous