Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Les européens consomment moins d'énergie mais restent adeptes des fossiles

Aurélie M'Bida , , , ,

Publié le

Encore loin d'atteindre les objectifs de réduction de consommation énergétique fixés par l'Union européenne pour 2020, la consommation en énergie des Etats membres a nettement baissé en 2015, d'après les dernières données publiées par Eurostat. Les énergies fossiles représentent, quant à elles, encore près des trois-quarts de l'énergie consommée en Europe.

Les européens consomment moins d'énergie mais restent adeptes des fossiles

Les Européens ont nettement moins consommé d'énergie en 2015, la consommation énergétique de l'Union européenne atteignant même son niveau le plus bas depuis 1990. En effet en 2015, la consommation brute d'énergie intérieure, c'est-à-dire celle qui reflète les quantités d'énergie nécessaires pour satisfaire la consommation de l'ensemble de l'UE, a totalisé 1 626 millions de tonnes d'équivalent pétrole (Mtep), soit 2,5 % de moins qu'en 1990 et -11,6 % par rapport à son pic de près de 1 840 Mtep en 2006, selon les derniers chiffres publiés par Eurostat ce lundi 20 février.

Se taillant la part belle dans le mix énergétique, les combustibles fossiles continuent de représenter la principale source d'énergie, à plus de 73 % en 2015 (en baisse toutefois de 10 points par rapport à 1990).

L'Allemagne plus gros consommateur de l'UE

Avec quelque 314 Mtep (soit 19 % de la consommation totale d'énergie dans l'UE), l'Allemagne reste en 2015 le principal client de l'énergie dans l'UE, devant la France (253 Mtep; 16 %), le Royaume-Uni (191 Mtep, soit 12 %), l'Italie (156 Mtep; 10 %), l'Espagne (121 Mtep; 7 %) et la Pologne (95 Mtep; 6 %), relève l'agence de statistiques européennes.

Par rapport à 1990, les plus fortes baisses de consommation d'énergie en 2015 ont été enregistrées dans les trois pays baltes de l'UE: la Lituanie (- 57 %), la Lettonie (- 45 %) et l'Estonie (- 37 %), ainsi qu'en Roumanie (- 44 %) et en Bulgarie (- 33 %). En revanche, les plus fortes hausses ont été enregistrées à Chypre (+ 41 %), en Irlande (+ 38%), en Espagne (+ 35 %) et Autriche (+ 33 %).

Moins de la moitié de combustibles fossiles  pour la France, la Suède, et la Finlande

Dans chacun des États membres de l'UE, la part des combustibles fossiles dans la consommation d'énergie a diminué au cours de la période 1990-2015, notamment au Danemark (de 91 % en 1990 à 69 % en 2015), en Lettonie (de 83 % à 61 %) et de la Roumanie (de 96 % à 74 %). Mais la grande majorité des États membres reste très dépendante de ce type d'énergie au détriment des énergies renouvelables, relève Eurostat. Exceptions en 2015, les combustibles fossiles ont représenté moins de la moitié de la consommation d'énergie dans trois pays : la Suède (30 %), la Finlande (46 %) et la France (49 %).

Objectif d'efficacité énergétique de 20 % d'ici à 2020

L'Union européenne s'est engagée à réduire de 20 % sa consommation d'énergie d'ici à 2020 par rapport aux projections de référence, rappelle Eurostat. Egalement connu sous le nom d'objectif de 20 % d'efficacité énergétique, il vise une consommation d'énergie primaire ne dépassant pas 1 483 Mtep et une consommation finale d'énergie de 1 086 Mtep en 2020. L'écart par rapport à cet objectif de 20 % d'efficacité énergétique pour la consommation d'énergie primaire (l'ensemble des produits énergétiques non transformés), s'est réduit à un niveau record en 2014 (à seulement + 25,3 Mtep; soit 1,7 % de plus que l'objectif). En 2015, en raison de l'augmentation de la consommation d'énergie primaire, la consommation énergétique globale a totalisé 46,6 Mtep de plus que l'objectif d'efficacité énergétique de 1483 Mtep (+ 3,1 %).

Quant à la consommation d'énergie finale (énergie distribuée au client final), son niveau en 2014 et 2015 s'est révélé inférieur à l'objectif de 1 086 Mtep pour 2020. Ainsi la consommation d'énergie finale en 2014 a totalisé un écart de 2,4 % (26,4 Mtep) par rapport à l'objectif de 2020. En 2015, celle-ci ne s'est écartée que de 0,4 % par rapport à l'objectif (soit + 3,8 Mtep).

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

 

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus