L'Usine de l'Energie

L’Energie, c’est aussi l’affaire de l’industrie. Pour comprendre les enjeux de la transition énergétique, suivre le développement des énergies renouvelables, décrypter les politiques environnementales et mesurer l’impact de ces changements sur la compétitivité des usines, L'Usine Nouvelle donne la parole aux industriels. Solaire, éolien, gaz de schiste, nucléaire, hydrogène, pétrole, charbon, biomasse, énergies offshores, isolation des bâtiments… toutes les énergies et les sujets seront traités par nos journalistes et notre réseau d’experts.
 

L'Usine de l'Energie

Les émergents "verdissent" plus leur énergie que les pays matures

Par  - Publié le
Eoliennes au crépuscule
© Dustin Gaffke - Flickr - C.C.

  Selon une étude publiée par le World Economic Forum à l'occasion du Forum de Davos, les pays émergents ont investi massivement dans les énergies renouvelables durant les sept dernières années.

Les investissements dans les énergies renouvelables ont progressé de 47 % par an en moyenne dans les pays émergents entre 2004 et 2011. Un taux bien plus élevé que celui de +27 % par an enregistré dans les pays de l’OCDE. Ce sont les chiffres qui ont été présentés dans l’étude "The Green Investment Report : The ways and means to unlock private finance for green growth", publiée par le World Economic Forum à l’occasion du Forum de Davos (voir document ci-dessous).

Bien sûr, en valeur absolue, en 2011, les pays matures ont plus investi que les émergents, ces derniers partant avec plusieurs longueurs de retard. Sur les 257 milliards de dollars investis dans le monde en 2011, environ 147 milliards venaient des pays de l’OCDE. Mais en 2012, il est vraisemblable que les pays du sud soient passés devant, notamment sous l’impulsion de la Chine (67 milliards d’euros investis en 2011) et de l’Afrique du Sud.

Cette somme de globale de 257 milliards de dollars en 2011 marque bien évidement un record. Ces investissements ont progressé de 93 % par rapport à 2007, et de 600 % par rapport à 2004. Les auteurs jugent que si ces chiffres montrent qu’une vraie transition est en cours, le mouvement reste trop lent pour limiter le réchauffement climatique, estimé à 4 °C à la fin du siècle.

Ludovic Dupin

WEF GreenInvestment Report 2013 by L'Usine Nouvelle

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les entreprises qui font l'actu

Recevez nos newsletters

Identifiez-vous