Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Les cocottes Staub referment le couvercle de leur usine stéphanoise

, , , ,

Publié le

Staub Fonderie va fermer son usine de Roche-la-Molière (Loire) et investir dans un nouveau four à Merville (Nord) où seront regroupées toutes ses activités. Un investissement de 4,8 millions d'euros est prévu sur le site nordiste.

Les cocottes Staub referment le couvercle de leur usine stéphanoise © Staub

Le fabricant de cocottes émaillées Staub Fonderie va fermer son usine de Roche-la-Molière (Loire), près de Saint-Etienne. Ses cinquante-huit salariés se verront proposer un poste sur le site de Merville (Nord) où l’actionnaire allemand de la société, le groupe Zwilling, compte investir 4,8 millions d’euros dans un nouveau four spécialisé dans l’émaillage majolique.

"Le propriétaire de Staub souhaite continuer à investir et à produire en France, accroître la production et atteindre une qualité parfaite", observe un porte-parole de la direction qui souligne que Staub a investi 30 millions d'euros depuis 2008, depuis la reprise de la société par Zwilling. Après étude, il a été décidé d’implanter ce four à Merville, qui emploie quelque 300 personnes, plutôt qu’à Roche-la-Molière où des investissements supplémentaires auraient été nécessaires et auraient entrainé des coûts logistiques plus élevés.

La direction de Staub Fonderie s’est engagée à offrir des "conditions de mobilité exemplaires" aux salariés de la Loire transférés dans le Nord. La fermeture du site de Roche-la-Molière devrait se faire en deux temps : la production sera arrêtée fin août 2016, l’activité logistique en février 2017.

A Roche-la-Molière, les salariés de Staub ne comprennent pas cette décision prise dans un contexte de bons résultats économiques selon les chiffres présentés par la direction lors du comité central d’entreprise du 25 février 2016. Ils craignent que l’entreprise perde son savoir-faire en matière d’émaillage majolique, spécialité de l’usine stéphanoise. La plupart d’entre eux n’envisagent pas de partir travailler à 800 kilomètres de leur domicile. "On a l’impression d’être jetés comme des malpropres après des années au service de la cocotte Staub", pestent certains.

Vincent Charbonnier

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus