Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les ambitions de Nidec pour Leroy-Somer

Gabriel Thierry

Publié le

Le PDG du groupe japonais Nidec a confié aux salariés du fabricant de moteurs électriques charentais sa stratégie pour l’entreprise, quelques jours après son rachat définitif.

Les ambitions de Nidec pour Leroy-Somer
Shigenobu Nagamori, le PDG du groupe Nidec
© Nidec

Le japonais Nidec croit en Leroy-Somer et il le fait savoir. Quelques jours après le rachat du groupe charentais, le PDG du groupe Nidec, Shigenobu Nagamori, s’est exprimé, le 3 février, devant les salariés du numéro un mondial des alternateurs. "Nous avons de grandes ambitions pour assurer son développement et Nidec s’engage à lui apporter le soutien et les investissements requis pour y parvenir", a-t-il promis.

Le groupe japonais, qui veut devenir le numéro un mondial du moteur électrique, indique ainsi avoir "de grandes ambitions pour assurer" le développement de sa nouvelle filiale acquise pour 1,07 milliards d'euros. "Nidec s’engage à lui apporter le soutien et les investissements requis pour y parvenir", poursuit Shigenobu Nagamori. Et le PDG de préciser vouloir lancer des formations "de haut niveau" et encourager le développement des compétences.

De nouveaux marchés pour Leroy-Somer

D’ores et déjà, le rachat de Leroy-Somer par Nidec va ouvrir au premier de nouveaux marchés. "Cette association permettra désormais au groupe Nidec de proposer la totalité de sa gamme en tant que solution globale, dans tous ses secteurs d’activité stratégiques et, conjointement, rendra possible l’accès à de nouveaux marchés pour Leroy-Somer", indique l’entreprise japonaise, qui ambitionne de passer de 9,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2015 à 16 milliards en 2020.

Si le groupe japonais est aussi confiant dans l’avenir, c’est qu’il estime que les moteurs électriques et les variateurs de vitesse "deviendront le fer de lance de l’économie mondiale dans le futur". "Voyez comme s’est développée l’utilisation des robots, des véhicules électriques et des drones, souligne Shigenobu Nagamori. Tous ces matériels nécessitent des moteurs, et tous ces moteurs nécessitent des variateurs, ce qui représente de réelles opportunités de croissance pour Leroy-Somer, et au final pour Nidec."

L’avenir envisagé "avec confiance"

Un message entendu cinq sur cinq par le management de Leroy-Somer, reconduit à ses fonctions par son nouvel actionnaire. "Aux côtés d’une entreprise aussi solide et dynamique, nous ne pouvons qu’envisager l’avenir avec confiance", salue ainsi Xavier Trenchant, le président de Leroy-Somer, détenu autrefois par l’américain Emerson.

Et ce n’est pas qu’un discours de façade. Un cadre de l’entreprise charentaise se réjouissait, avant l’allocution du PDG du groupe Nidec, "d’échapper à un fonds de pension et de faire partie d’un groupe industriel dont le moteur est le cœur de métier". Ce salarié signalait également à l’Usine Nouvelle "la parfaite complémentarité" des deux entreprises "en termes de produits et de géographie".

Le groupe Nidec, spécialisé dans la fabrication des moteurs électriques pour l’automobile, les applications industrielles et le secteur tertiaire, emploie environ 140 000 personnes dans le monde. Leroy-Somer, basé à Angoulême (Charente), compte 7 900 salariés et 27 sites de production.

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus