Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Lenovo se cramponne aux mobiles malgré leurs pertes persistantes

Ridha Loukil ,

Publié le

Pour la troisième année consécutive, les mobiles de Lenovo sont dans le rouge, avec une perte d’exploitation de 655 millions de dollars en 2016. Mais le groupe chinois n’envisage pas pour autant de sortir de cette activité jugée stratégique pour sa marque. Jusqu’à quand ?

Lenovo se cramponne aux mobiles malgré leurs pertes persistantes
Yuanqing Yang, PDG de Lenovo, peine toujours à redresser ses mobiles
© Lenovo

Lenovo n’envisage pas de sortir des mobiles. Du moins pour l’instant. Le PDG du groupe Yuanqing Yang l’a affirmé lors de la présentation des résultats trimestriels le 16 février 2016. Pourtant, la situation semble intenable. Pour la troisième année consécutive, l’activité est dans le rouge vif. Et la situation a toutes les chances de perdurer en 2017.

Des ambitions déçues

Le constructeur chinois a un exercice fiscal décalé au 31 mars de l'année. Pour avoir une idée de l’ampleur du problème, nous avons reconstitué les résultats sur les années calendaires 2015 et 2016. Ses mobiles ont terminé 2016 avec un chiffre d’affaires en chute de 14% à 8,7 milliards de dollars et une perte d’exploitation de 655 millions de dollars, légèrement inférieure à celle de 757 millions de dollars en 2015. Une persistance qui témoigne des difficultés éprouvées par le groupe à ramener cette activité à la rentabilité.

Le numéro un mondial des PC a pourtant caressé l’espoir de devenir le leader chinois des mobiles. Pour renforcer ses positions à l’international, il est allé jusqu’à racheter en octobre 2014 Motorola Mobility à Google pour 2,9 milliards de dollars, sa plus grande acquisition. Yuanqing Yang ambitionne alors de consolider la position de numéro trois mondial de Lenovo dans les smartphones puis de battre Apple et Samsung, les deux leaders du marché. Le constat doit être aujourd’hui amère. Les résultats du groupe l'éloignent chaque année un peu plus de cet objectif.

Sévère plan de restructuration

Selon TrendForce, les livraisons de smartphones de Lenovo sont tombées de 70 millions d’unités en 2015 à 60 millions en 2016. Entre temps, la marque a chuté de la quatrième place mondiale à la huitième, détrônée non seulement par le coréen LG mais aussi par ses compatriotes Huawei, Oppo, Vivo et Xiaomi. Premier constructeur chinois de smartphones en 2014, Lenovo a rétrogradé à la deuxième place en 2015 puis à la cinquième en 2016, derrière Huawei, Oppo, Vivo et Xiaomi. Une dégringolade qui l'a contraint à mettre en place une sévère restructuration avec à la clé la suppression de 3200 postes et un plan d’économie de 1,35 milliard de dollars par an.

Pour Yuanqing Yang, pas question pour autant de mettre fin à l’aventure. Les mobiles constituent l’un de ses deux axes de diversification stratégique aux côtés des serveurs. D’autant que le marché des PC,  son métier d’origine, est en déclin ininterrompu depuis 5 ans. Comme pour Sony ou LG, les mobiles sont vus également comme un vecteur essentiel de promotion de la marque auprès du grand public et un moteur d'entrainement de la vente d’autres produits comme les PC, les objets connectés ou les téléviseurs connectés (vendus uniquement en Chine). La direction place ses espoirs dans sa politique de maitrise des coûts et dans l’expansion dans des marchés porteurs comme l’Inde pour ramener cette activité au vert au quatrième trimestre 2017 ou au premier trimestre de 2018. Le patron du groupe se console d’être la deuxième marque de smartphones en Inde avec environ 10% du marché local selon IDC, derrière Samsung (23%).

Les serveurs dans le rouge aussi

Mais Lenovo n’a pas des ennuis que dans les mobiles. La division d’équipements de datacenters, formée essentiellement par le rachat en octobre 2015 des serveurs X86 d’IBM pour 2,1 milliards de dollars, est également dans le rouge, avec une perte d’exploitation de 282 millions de dollars en 2016 pour un chiffre d’affaires de 4,2 milliards de dollars. Là encore, cette activité est stratégique pour la diversification du groupe dans le monde de l'entreprise et de l'équipement d'infrastructure de cloud computing.

Ces difficultés, combinées au recul inexorable des ventes de PC, font trébucher Lenovo pour la première fois depuis la crise économique de 2008. Le chiffre d'affaires total diminue de 9,5% à 42,6 milliards de dollars en 2016. Bonne nouvelle toutefois : le groupe, qui a encaissé une perte nette de 209 millions de dollars en 2015, revient au vert, avec un bénéfice net de 600 millions de dollars. Ceci grâce à la bonne tenue des marges dans les PC.

 

Les chiffres clés de Lenovo en 2016

Effectif : 55 000 personnes

Chiffre d’affaires : 42,6 milliards de dollars (-9,5%)

Bénéfice net : 600 millions de dollars (perte de 206 millions de dollars en 2015)

Répartition du chiffre d’affaires : PC (70%), mobiles et objets connectés (18%), serveurs et équipements de datacenters (12%)

Volumes de vente :

60 millions de smartphones (70 millions en 2015)

10,9 millions de tablettes (9,7 millions en 2015)

55,5 millions de PC (57,2 millions en 2015)

Sources: TrendForce, IDC et Lenovo

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus