Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Lectra veut convertir le textile à l’industrie 4.0 pour assurer sa croissance

Marine Protais , ,

Publié le

Après des résultats 2016 record, Lectra, le spécialiste de la machine-outil textile haut de gamme, mise sur le virage de la mode et de l’ameublement vers l’industrie 4.0 pour assurer la hausse de son activité entre 2017 et 2019.

Lectra veut convertir le textile à l’industrie 4.0 pour assurer sa croissance © Copyright:nicolas louis

Industrie du futur rime plus facilement avec aéronautique ou automobile qu’industrie textile. Lectra, le champion français de la machine-outil de découpe de matériaux souples a l’intention de faire bouger les lignes. L’ETI parisienne a annoncé vendredi 24 février la sortie d’une nouvelle gamme "compatible industrie 4.0" de machines et logiciels pour 2018.

L’industriel n’a pas dévoilé beaucoup de détails sur ces nouveaux produits, qui sont pour le moment en test chez quelques clients pilotes de la mode, de l’ameublement et de l’automobile. Les trois secteurs phares de Lectra. "L’offre comprendra notamment de nouvelles fonctions pour nos logiciels. Celles-ci permettront de stocker les données des anciennes collections dans le cloud, de gérer la production à distance et de mieux optimiser l’utilisation de matière", a toutefois précisé Daniel Harari, le directeur général de Lectra.

De très bons résultats 2016

Le fabricant français, qui a connu des années difficiles en 1990, est aujourd’hui reconnu comme la référence de la machine de découpe de matériaux souples haut-de-gamme. Pour survivre à la crise de 2008, Lectra avait fait le choix d’investir dans la R&D en France, plutôt que se délocaliser à l’étranger. Une stratégie payante. Les résultats de l’ETI en 2016 confirment sa place de leader : un chiffre d’affaires de 260,2 millions d’euros en hausse de 11% et un résultat net de 26,7 millions d’euros en hausse de 14 %.

Pour les trois prochaines années, Lectra souhaite voir son chiffre d’affaires croître de 6 à 12% par an. Pour ce faire, le fabricant mise beaucoup sur le virage de ses clients vers l’industrie 4.0. La moitié est dans la mode et l’ameublement, des secteurs dont l’outil industriel reste peu modernisé. "Nos clients doivent prendre l’industrie 4.0 comme une opportunité, elle leur permettra de faire des productions personnalisées au coût de revient de la production de masse", avance Daniel Harari.

Le fabricant de machine-outil pense être bien positionné pour aider les industriels du textile à prendre ce virage. "Nous avons une expérience de dix ans dans l’internet des objets. 3 000 de nos machines sont déjà connectées à internet et sont capables de prédire quand une pièce va casser", argumente Daniel Harari. Lectra a aussi un savoir-faire dans le logiciel, puisque l’ETI développe ses propres solutions de CAO et de PLM. De quoi devenir selon le directeur général "un acteur majeur de l’industrie 4.0". L’industriel compte également intensifier ses investissements en R&D, qui représenteront 10 % de son chiffre d’affaires 2017-2019.

Entre luxe et industrie 4.0 : "un choc culturel"

Lectra convient que convertir l’industrie de la mode et de l’ameublement à l’industrie du futur n’est pas une mince affaire. Notamment dans le luxe, où il y a en France "un choc culturel" entre le secteur et les nouveaux modes de fabrication. "Le secteur du luxe a beaucoup investi il y a une dizaine d’années dans son outil de production, mais maintenant les entreprises se sont endormies, estime Daniel Harari. En France, la majorité de nos clients mettront du temps à bouger", estime le PDG, notant qu’en Italie, les grands acteurs du luxe ont déjà commencé leur transformation digitale. 

Daniel Harari reste par ailleurs prudent sur certaines technologies de l’industrie du futur comme l’impression 3D. "Je ne crois pas pour le moment à son utilisation pour le textile. La technologie n’est pas assez mature", tranche-t-il. Outre, l’industrie 4.0, Lectra mise aussi sur la montée en gamme de l’outil de production chinois et l’utilisation croissante du cuir dans l’automobile pour assurer sa croissance.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus