Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Le vendômois Neuro France Implants met du titane dans les sternums

, , ,

Publié le

Made in France

Le vendômois Neuro France Implants met du titane dans les sternums
Le titane est utilisé pour son élasticité, sa légèreté et sa résistance.
© D.R.

Le patron est parfois le premier commercial de l’entreprise. Et le contrat va souvent au bout quand il dirige aussi la R & D. Cela se confirme chez Neuro France Implants (NFI), une PME de 22 salariés, fondée en 1998 et implantée à La Ville-aux-Clercs, près de Vendôme (Loir-et-Cher).

Après de longs échanges avec le professeur Elie Fadel, le chef du service chirurgie thoracique de l’hôpital Marie-Lannelongue au Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine), le dirigeant de NFI, Patrice Moreau, a mis au point une nouvelle gamme d’implants du sternum. Cette cage de protection du poumon et du cœur est parfois endommagée après un cancer du poumon ou du sein. Jusqu’à présent, les chirurgiens la reconstruisaient sur mesure.

Depuis quelques mois, l’industriel vendômois spécialiste des prothèses compliquées en métal et en titane pour le rachis et les vertèbres fabrique un implant de cage thoracique en série sur ses machines d’usinage de grande précision. Léger et ultrarésistant, le titane conserve un peu d’élasticité lorsqu’il faut l’agrafer. Après trois ans de développement et plus de 800 000 euros investis, la PME, qui réalise moins de 2 millions d’euros de chiffre d’affaires, a déposé un brevet international pour Trionyx, sa gamme de remplacement complet du sternum. "C’est une somme très conséquente pour une entreprise de notre taille, souligne Patrice Moreau. Sans le Crédit impôt recherche et une aide à l’innovation de la Région, cela aurait sans doute pris plus de temps."

NFI va s’appuyer sur des distributeurs pour exporter sa solution. Depuis l’été dernier, une dizaine de prothèses de sternum ont été posées dans des hôpitaux en France (Paris, Rennes, Lyon) et deux en Suisse.

Stéphane Frachet

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus