Le transport aussi va avoir son triple A

Par  - Publié le
Poids lourds
© D.R.

La première agence européenne de notation sur le transport va voir le jour. L'idée n'est pas de sanctionner mais d'aider les industriels à faire les bons choix.

L'European TK'Blue Agency, c'est son nom, délivrera chaque année une notation extra financière aux chargeurs et commissionnaires de transport. Elle analysera les progrès accomplis dans l'utilisation des transports les mieux adaptés à l'environnement.

Cette agence de notation devra être claire et transparente dans ses verdicts. "C'est une organisation que nous avons voulu simple, transparente et génératrice de progrès", confirmait hier au Sénat, Philippe Mangeard, le président-fondateur de Modalohr qui dirige l'équipe d'European TK'Blue Agency.

L'idée est de développer "l'optimodalité", c'est-à-dire de choisir les modes de transports les moins polluant autant que possible. Car on ne peut pas toujours se passer de la route.

Ce projet d'origine française doit être réalisé à l'échelle européenne. Deux projets pilotes vont être développés en 2012. Ils devraient concerner l'industrie agro-alimentaire et la grande distribution.

Un but pédagogique

Dès le premier trimestre, le dispositif de notation devrait concerner la France, mais aussi l'Espagne, l'Italie et la Suisse. En 2013, viendront s'y joindre l'Allemagne, le Benelux et le Royaume-Uni.

A ceux, qui pourraient s'inquiéter en cette période troublée par les dégradations des notes des pays européens, de l'apparition d'une nouvelle agence de notation, Geneviève Ferone, la directrice du développement durable de Veolia Environnement, rappelle que "les agences de notation financières ont un statut d'agence de presse. Elles délivrent une opinion et ne peuvent pas être attaquées."

L'European TK'Blue Agency pourra dégrader sans problème la note d'un industriel utilisant des moyens de transport et de logistique peu vertueux. Le but de cette agence est pédagogique. Elle doit faire progresser les entreprises, chargeurs et transporteurs, dans le domaine de l'environnement.

Mais il n'est pas question de fragiliser le transport européen qui représente 10 % du PIB, 10 millions d'emplois, et … plus de 30 % des émissions de CO2.

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous