Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Le transfert d'activité de Basse-Indre vers Florange confirmé par ArcelorMittal

Elodie Vallerey , , ,

Publié le

Les rumeurs étaient fondées : le groupe sidérurgique compte bien optimiser les flux et répartir à nouveau les activités entre les deux sites.

Le transfert d'activité de Basse-Indre vers Florange confirmé par ArcelorMittal

Une source proche de la direction d'ArcelorMittal et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault ont tous deux confirmé les informations véhiculées par les syndicats le 3 décembre. 

Si le Premier ministre a tenu à démentir, lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale le 4 décembre, tout accord secret avec ArcelorMittal privilégiant un site du groupe, il a confirmé le transfert d'activité du site de Basse-Indre, en Loire-Atlantique, vers Florange, en Moselle.

"Vous avez rapporté des mensonges, je tiens à les démentir de la façon la plus solennelle", a-t-il répondu au député UMP Christian Jacob, comme le rapporte l'AFP. Pas d'"accord secret" avec Mittal, mais la confirmation qu'"une partie des activités de packaging" de Basse-Indre "(est) envoyée(s) à Florange".

"Dans un contexte de surcapacités dans le secteur de l'acier pour emballage, il faut optimiser les flux" entre les deux sites, a confirmé à l'AFP une source proche de la direction d'ArcelorMittal.

Une réorganisation qui implique un "arrêt temporaire" des activités de laminage et d'étamage de Basse-Indre "sans conséquence en termes d'emplois directs", précise la source, grâce à un "redéploiement des effectifs de l'amont (transformation) vers l'aval (finition)", qui concerne entre 40 et 50 personnes.

Ainsi, selon la source de l'AFP, le site de Basse-Indre se concentrerait sur l'acier pour les boîtes de conserve, tandis que celui de Florange fabriquerait de l'acier pour les canettes de boissons.

Le délégué syndical CGT d'ArcelorMittal à Basse-Indre, Frédéric Gautier, expliquait hier la stratégie détaillée devant les syndicats par le groupe : "La direction a décidé de transférer les étapes en amont du travail de l’acier vers Florange. Le décapage et le laminage à froid sur les bobines brutes d’acier n’emploient que 60 personnes mais c’est le cœur de notre métier", regrettait-il dans les colonnes d'Ouest-France.

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus