Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le train chinois qui permettrait de faire un Paris-Moscou en une heure

, , , ,

Publié le

Le mot "impossible" n'existe pas dans le dictionnaire chinois : des scientifiques ont développé dans l'Empire du Milieu un prototype de train à suspension magnétique, théoriquement capable d'aller de Paris à Moscou en une heure.

Le train chinois qui permettrait de faire un Paris-Moscou en une heure © Imaginechina/REX

Une équipe de scientifiques de l'université de Jiaotong du sud-ouest, située à Chengdu en Chine, a construit un prototype de train à sustentation magnétique (maglev), théoriquement capable de se déplacer à 2 900 kilomètres par heure. Il utilise les forces magnétiques pour bouger sur un monorail. Le train maglev le plus rapide actuellement commercialisé, le Transrapid de Shanghai, ne peut aller que jusqu'à 431 km/h. Le record du monde plafonne à 581 km/h.

La vitesse de circulation du prototype est actuellement limitée par la taille de la plate-forme de test, comme le montre la photo ci-dessous. Avec un équipement plus grand, elle pourrait être plus de trois fois supérieure à celle des trains maglev circulant aujourd'hui, car le tunnel dans lequel la machine se déplace est quasiment vide (near-vacuum).

 

Un train silencieux

Les scientifiques ont fait en sorte que la pression atmosphérique dans ledit tunnel soit dix fois inférieure à celle que l'on peut mesurer au niveau de la mer. La résistance de l'air au déplacement du train est donc nettement réduite et l'énergie qu'il consomme également.

"Lorsque la vitesse de circulation d'un train dépasse les 400 km/h, plus de 83% de l'énergie de traction de l'appareil est utilisée inutilement, pour lutter contre la résistance de l'air", détaille le directeur du projet, Dr Deng Zigang dans un communiqué de presse. Vaincre la résistance atmosphérique est un processus bruyant, qui rend le voyage inconfortable pour les passagers.

Lélia de Matharel

Réagir à cet article

 

 

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle
Votre avis ?

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus