Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

Le tourangeau Socofer simplifie l'entretien des LGV

, , , ,

Publié le

Le tourangeau Socofer simplifie l'entretien des LGV
Les camions rail-route de Socofer arrivent au droit des chantiers.
© Philippe Chagnon/ Cocktail Santé

Comment mieux entretenir une voie de ligne à grande vitesse (LGV), alors que les voies de dégagement et d’accès sont limitées afin de faire des économies et de restreindre l’emprise au sol ? Mesea, filiale maintenance de la LGV Tours-Bordeaux, a trouvé la solution chez Socofer, un fabricant de "moutons à cinq pattes", selon son dirigeant, Bertrand Hallé. La PME de Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire), qui produit et entretient du matériel ferroviaire, a conçu les modul’RR, des camions rail-route. Sur des camions Volvo, Socofer a imaginé cinq modules pour onze configurations (grues et nacelles pour caténaires, ballastière, atelier, déroulage de câbles…). Plus besoin d’attendre la nuit pour acheminer l’engin, il arrivera par la route au droit du chantier, avant de s’enrailler via des plates-formes placées tous les 10 kilomètres.

"Si un gros incident caténaire survient, les cinq modules sont disponibles pour cette mission. L’idée-force, c’est la polyvalence", explique Olivier Gouin, le directeur de Mesea. Socofer a également fourni deux draisines de reconnaissance qui, chaque matin avant le passage des TGV, vérifieront les deux voies à 160 km/h. Aujourd’hui, les voies LGV sont observées par des rames vides de 400 tonnes.

L’industriel tourangeau a dû mobiliser son bureau d’études d’une quarantaine de techniciens et ingénieurs, soit plus de 25 % de son effectif de 150 salariés. Fournisseur des trains aspirateurs des métros de New York et de Caracas, de draisines et locotracteurs, Socofer (15 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016) mettra en service un nouvel atelier de maintenance en 2018, en partenariat avec l’allemand Vossloh. 7 millions d’euros y sont investis, 50 emplois envisagés. 

Stéphane Frachet

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus