Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Le toulousain Orme détecte les chutes des personnes âgées

, , , ,

Publié le

Made in France

Le toulousain Orme détecte les chutes des personnes âgées
Luc Oriat présente son capteur de profondeur infrarouge.
© Pascal Guittet ; photopqr / La dépêche du midi

À la résidence de personnes âgées La Cocagne, à Sainte-Foy-d’Aigrefeuille, dans la proche agglomération toulousaine (Haute-Garonne), l’équipe médicale joue la carte de l’innovation. Depuis quelques semaines, le service de nuit bénéficie d’une aide très particulière : un capteur de profondeur infrarouge équipe une dizaine de chambres. Il détecte les chutes en respectant l’intimité des personnes.

Pas d’image vidéo, pas d’enregistrement. C’est le point fort de ce capteur non intrusif. En revanche, en cas de chute, il donne l’alerte. "Le capteur recon­naît le volume de la personne et analyse ses mouvements. Cela permet de détecter très précisément tous les types de chutes, y compris les chutes lentes", souligne Luc Oriat, cofonda­teur et coprésident de la société Orme (1 million d’euros de chiffre d’affaires, 15 salariés), à l’origine de cette innovation.

Après une phase de tests concluante, la commercia­li­sation est lancée. D’autres Ehpad (établisse­ments d’hébergement pour personnes âgées dépendan­tes) devraient très vite être équipés. Orme est par ailleurs en contact avec des entre­pri­ses de domotique spéciali­sées dans les milieux de la santé et cherche des parte­naires pour accélérer son entrée sur ce nouveau marché.

Créée en 1996 à Labège (Haute-Garonne) et spécialisée dans le dévelop­pement de systèmes d’acqui­sition et d’analyse des images, elle travaillait jusque-là principalement pour l’aéro­nautique, la défen­se, le spatial et l’automobile, avec des savoir-faire recon­nus dans l’analyse des essais. Plusieurs autres projets sont en cours pour le secteur de la silver économie. "Nos capteurs pourront bientôt détecter les change­ments de compor­te­ments pour alerter les équipes médicales sur la difficulté d’une personne à se lever ou détecter des déam­bula­tions nocturnes", précise Luc Oriat.

Marina Angel

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus