Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Le spécialiste du câblage, Acome investit 25 millions d'euros à Tanger

, , , ,

Publié le

A l'occasion du salon de la sous-traitance automobile à Tanger le fabricant français de câbles à forte valeur ajoutée, Acome a réalisé la pose de la première pierre de sa future usine dans la zone franche TFZ. Coût global : 25 millions d'euros pour ce site qui produira des câbles fins pour l'automobile destinés à l'export et aux fabricants des faisceaux installés au Maroc. Le site doit ouvrir avant la fin d'année.

Le spécialiste du câblage, Acome investit 25 millions d'euros à Tanger
Jacques de Heere, (à droite) avec les officiels marocains le 20 avril à Tanger.
© dr acome

C'est parti. Entre deux averses, mais sous le soleil le fabricant normand de câbles spéciaux pour l'automobile Acome a posé la première pierre de sa future usine à Tanger Free Zone, mercredi 20 avril en marge du troisième édition de la sous-traitance automobile de Tanger.

Ce lancement était conduit par Jacques de Heere, PDG de la Scop française qu'il dirige depuis début 2011 et Moulay Hafid Elalamy, ministre marocain de l'Industrie.

"C'est un projet important pour renforcer notre présence internationale dans l'industrie automobile. Le but de se positionner ici au Maroc est de se rapprocher d'un pays où se trouve le quart du marché européen de la fabrication de faisceaux automobiles", justifie Jacques de Heere à L'Usine Nouvelle.

Le coût global du projet est de 25 millions d'euros, dont 20 millions d'investissements matériels (capex). L'Etat marocain a accordé des subventions directes d'environ 15%, notamment via le Fonds Hassan II.

Implanté en zone franche sur une surface de 17000 m2 d'usine sur un terrain de 2 ha acquis par Acome, le site sera équipé en machines neuves. Il va fabriquer des fils haute performance.

"Il s'agit de fils électriques fins pour faisceaux automobiles de dernière technologie qui répondent notamment à des problématiques d'allègement du véhicule", expose le PDG d'Acome. "Ce ne sont pas des produits banalisés. Nous réalisons ici un véritable transfert de savoir-faire", appuie-t-il.

L'usine, très automatisée, tournera en 3X8. Elle sera conduite par le tunisien Mohamed Ali Enneifer, ancien directeur de l'usine du groupe Coficab à Tanger et désormais directeur général d'Acome Maroc. Le projet dénommé "Arganier" a été conçu dans une optique zéro rejet et sera en partie alimenté en électricité d'origine renouvelable.

Quant au marché, Acome va cibler tous les grands fabricants de faisceaux implantés au Maroc comme Yazaki, Sumitomo, Leoni ou Delphi, Mais l'essentiel de la production du site  de Tanger sera néanmoins exporté.

"Pour donner un ordre de grandeur ce sera à terme une usine qui pourra équipera 1,5 millions de véhicules par an" précise Jacques de Heere.

Le ministre de l'Industrie Moulay Hafid Elalamy s'est félicité de ce projet qui permet la montée en gamme de l'industrie et de "l'écosystème" du câblage, secteur qui emploie plus de 40 000 salariés au Maroc. Il s'inscrit dans le cadre plus large du fort développement de la filière automobile qui a connu au Maroc une croissance de 23% l'an dernier à 4,5 milliards de chiffre d'affaires grâce notamment à l'usine Renault de Tanger, au projet de PSA à Kenitra et l'arrivée d'équipementiers et sous-traitants.

Outre le Maroc, L’entreprise normande est déjà présente en Chine avec deux usines et au Brésil. "Ce projet important pour le groupe viendra en soutien de notre croissance", indique Jacques de Heere. "Nous avons fini l'année 2015 à 428 millions d'euros avec une progression de 5% avec une part de l'activité internationale de 60%", révèle le PDG d'Acome.

D'ici à 2017, le groupe français compte employer 160 salariés dans son usine tangéroise qui doit démarrer au quatrième trimestre de cette année 2016, soit un planning extrêmement serré.

Il est prévu qu'une partie des cadres marocains soient formés à Mortain, dans la Manche au siège d'Acome, des experts du groupe viendront aussi assurer la formation des opérateurs marocains.

Pour rappel, Acome est la plus grosse coopérative ouvrière (Scop) de France -c'est la première usine qu'Emmanuel Macron visita losqu'il devint ministre de l'Economie- et le management a dû exposer et justiier le projet aux salariés coopérateurs normands.

"Il va permettre le développement du groupe, tout le monde l'a bien compris pointe Jacques de Heere mais aussi générer directement un surcroit d'activité en Normandie par exemple dans nos métiers très pointus de la chimie pour la fabrication des composants de gaines de câbles qui seront exportés au Maroc", conclut-il.

Pierre-Olivier Rouaud, à Tanger

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus