Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Le satellite MicroCarb, l'arme européenne anti réchauffement climatique

Virginie Montmartin ,

Publié le

Le Centre National d'Etudes Spatiales (Cnes) a reçu 75 millions d'euros pour la réalisation du satellite MicroCarb. Ce dernier deviendra, lors de son lancement en 2020, le premier satellite européen à mesurer les émissions de CO2 avec une telle précision. 

Le satellite MicroCarb, l'arme européenne anti réchauffement climatique
Le lancement de MicroCarb est prévu pour 2020.
© CNES

La ministre de l’Environnement Ségolène Royal a confirmé au Cnes (Centre national d’études spatiales) vendredi 10 mars à Toulouse un investissement de 75 millions d’euros pour construire le satellite MicroCarb. Ce satellite mesurera les sources et les puits de dioxyde de carbone, premier gaz à effet de serre mis en cause dans le changement climatique. Un premier investissement de 25 millions d’euros avait déjà été annoncé en décembre dernier. Prévu pour un lancement en 2020, il deviendra le premier satellite européen de ce type, après le satellite japonais Gosat lancé en 2009 et celui américain,OCO-2, lancé en 2014.  

Couvrir toutes les zones de la planète

La plupart des mesures de CO2 sont obtenues grâce à des instruments de mesure terrestres. Sont donc exclus des mesures les océans et certaines zones difficilement accessibles comme les forêts tropicales. Or, ces endroits sont connus pour être des puits de capture du CO2. Le satellite MicroCarb permettra de couvrir toutes les zones de la planète et de voir directement les sources exactes d’émission de CO2, les puits et surtout quelle quantité de CO2 est produite ou absorbée.

Une réponse à la COP 21

Non seulement cela améliorera la connaissance du changement climatique mais surtout MicroCarb permettra un contrôle des émissions de chaque pays. En effet, lors de la COP 21, la mise en place d’outils de contrôle des promesses des différents pays signataires avait été demandée. Ce satellite est un premier pas vers la mesure concrète des émissions de chacun.  

Pour réaliser ces mesures, le satellite embarque un spectromètre à infrarouge passif et un télescope. En traversant l'atmosphère, les rayons du soleil sont en partie réfléchis par la Terre. Lors ces deux échanges, une partie du rayonnement est absorbée par le gaz carbonique. Le reste des rayons sera ainsi perçu par le spectromètre et permettra d’évaluer si la quantité de CO2 évolue dans le temps. Ce satellite sera inséré sur la plate-forme Myriade en partenariat avec Thales Alenia Space et Airbus Defense and Space.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

14/03/2017 - 10h38 -

Le flux solaire n'est PAS réfléchi par le sol. Il ne s'agit pas d'optique, mais de thermodynamique : le sol réchauffé par le flux solaire incident diffuse sa chaleur selon deux modes: contact et convection (mode le plus efficace) et rayonnement infrarouge.
Répondre au commentaire

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus