L'Usine de l'Aéro

Montée des cadences de production des grands programmes aéronautiques, émergence de nouveaux acteurs, intégration des technologies numériques, relations entres les sous-traitants et les donneurs d’ordre : le secteur aéronautique ne manque pas de défis. La mission de ce site ? Décrypter les stratégies des grands avionneurs que sont Airbus et Boeing, comprendre la montée en puissance d’acteurs comme Comac, Bombardier, Embraer et Sukoi, scruter l’émergence de nouvelles tendances (des drones aux solutions numériques) et analyser la bataille des motoristes (Safran, Rolls-Royce, Pratt & Whitney, General Electric).

 

 

L'Usine de l'Aéro

Le robot plongeur Hulltimo nettoie les coques

Par  - Publié le
Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Hulltimo Pro
© Hulltimo

Pour éviter de sortir les bateaux de l’eau pour nettoyer leur coque, la start-up Hulltimo a mis au point un robot qui travaille sous l’eau.

Sur le stand Hulltimo du Nautic de Paris (du 8 au 16 décembre 2012), le robot travaille inlassablement à l’intérieur de son cube de plexiglas rempli d’eau. La démonstration est éloquente : grâce à ses deux brosses rotatives, il crée à la fois la dépression lui permettant d’accrocher aux parois et de les nettoyer. L’Hulltimo Pro est le premier robot conçu pour le nettoyage sous l’eau des coques de bateaux de plaisance. En une heure, il s’acquitte de sa tâche pour une coque d’une dizaine de mètres. Il n’est donc plus nécessaire de faire appel à des plongeurs, de sortir le bateau au sec ou de l’échouer contre un quai pour nettoyer la coque. Des solutions soit coûteuses, soit immobilisant le bateau, voire les deux.

Pour respecter l’environnement et les règlements, les débris sont aspirés par un flux d’eau et filtrés dans un sac jetable, à la manière d’un aspirateur. Et à la différence du système existant de nettoyage par jets d’eau sous pression ou de brosses, il ne nécessite aucune installation portuaire et peut être utilisé sur des bateaux au mouillage. Sa consommation de 450 Watts se suffit d’un petit bloc électrogène pour l’alimenter.

 

Le robot est relié à un boîtier par un câble électrique de 18 mètres de long qui assure l’alimentation et la liaison informatique par l’intermédiaire d’une technologie de courant porteur en ligne (CPL). L’opérateur dirige le robot depuis une sacoche de commande reliée en Wi-Fi au boîtier. Celle-ci abrite une tablette numérique sous Android et un clavier simplifié pour diriger le robot. Un pilotage facile, grâce à un système embarqué de correction de trajectoire reposant sur des capteurs d’inclinaison qui permet au robot d’avancer droit sous une coque aux formes courbes. Sur la tablette, l’opérateur suit en vidéo les opérations grâce aux deux caméras embarquées et un éclairage à LED.

La principale limite d’Hulltimo, c’est son incapacité à nettoyer des coques très sales, par exemple avec des coquillages encastrés. Mais, après un carénage traditionnel, il pourra efficacement conserver la coque propre, à condition de réaliser deux à trois passages par an, chose rendue possible par le coût accessible de l’intervention, de l’ordre de 200 euros pour un bateau de dix mètres.

Commercialisé depuis quelques mois auprès de professionnels du nautisme, l’Hulltimo pourrait susciter la création d’entreprises de service, c’est au moins ce qu’espère Éric Tardy, le cofondateur d’Hulltimo, qui annonçait, à la veille de l’ouverture officielle du Nautic, la vente d’une vingtaine de produits. Des produits « made in France », assemblés à Apprieu (Isère) à partir d’éléments sous-traités à 98% à des entreprises françaises, dont 80% dans la région Rhône-Alpes. La jeune société est déjà présente en Italie, en Espagne et au Brésil. Viendront ensuite Dubaï et les États-Unis.

Patrice Desmedt
 

Imprimer

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les entreprises qui font l'actu

 

 

L'Aéro en images

Assemblage final du miroir du James Webb Telescope

Le prochain télescope spatial, le James Webb Space Telescope (JWSP), a franchit il y quelques jours une nouvelle étape, l’ESA a signé le contrat avec Arianespace pour son lancement sur une fusée Ariane 5 depuis l’astroport de Kourou en octobre 2018. Assemblage des 18 miroirs, tests en température des instruments se succèdent afin de tenir les délais.

Voir la galerie

Assemblage final du miroir du James Webb Telescope

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

Le carnaval de Venise est une fête traditionnelle qui remonte au moyen âge. Costumes, couleurs, masques, défilés sont au rendez-vous de cette manifestation qui a débuté il y a quelques jours.   

Voir la galerie

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?

  A Argenteuil (Val d’Oise), la société d'exploitation des matériels Martin Baker (SEMMB) filiale à 50-50 du fabricant britannique Martin Barker Aircraft et du français Safran, fabrique les sièges du Rafale et de l’ensemble des avions de combats de l’Armée française. La société, qui a produit en décembre dernier son 250e siège pour l'avion de combat tricolore, a réalisé un chiffre d'affaires de 28 millions d'euros en 2015. Il faut à peu près 200 heures pour fabriquer un exemplaire de ce siège éjectable. Depuis leur production en 1961, ils ont sauvé la vie de près de 700 pilotes, indique le fabricant.  

Voir la galerie

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?

Diaporama : Rafale, F-22, Typhoon et T-38 volent en formation

Du 2 au 18 décembre 2015, le   Trilateral Exercise Initiative (TEI) réunit à Langley (Etats-Unis), les armées de l'air américaine, britannique et française. Si le but premier de l'événement est bien une montée en compétence des pilotes, il faut avouer que cette rencontre dans le ciel américain produit des images exceptionnelles.   

Voir la galerie

Diaporama : Rafale, F-22, Typhoon et T-38 volent en formation

En images : Rafale, Typhoon et F22 Raptor font le spectacle

Les Rafale de l'armée de l'air française, les F22 Raptor de l'US Air Force et les Eurofighter Typhoon de la Royal Air Force dans le ciel américain se sont livrés à une impressionnant ballet dans le ciel de Langley, aux Etats-Unis. Une chorégraphie organisée pour la première édition du Trilateral Exercise Initiative (TEI), qui a lieu du 2 au 18 décembre 2015. Les pilotes des trois nations ont commencé à se livrer à des missions simples.

Voir la galerie

En images : Rafale, Typhoon et F22 Raptor font le spectacle
Voir tous les diaporamas "Aéronautique" >>
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous