L'Usine de l'Aéro

Montée des cadences de production des grands programmes aéronautiques, émergence de nouveaux acteurs, intégration des technologies numériques, relations entres les sous-traitants et les donneurs d’ordre : le secteur aéronautique ne manque pas de défis. La mission de ce site ? Décrypter les stratégies des grands avionneurs que sont Airbus et Boeing, comprendre la montée en puissance d’acteurs comme Comac, Bombardier, Embraer et Sukoi, scruter l’émergence de nouvelles tendances (des drones aux solutions numériques) et analyser la bataille des motoristes (Safran, Rolls-Royce, Pratt & Whitney, General Electric).

 

 

L'Usine de l'Aéro

Le Rafale, chasseur "Made in France" aux 7 000 emplois

Par  - Publié le | L'Usine Nouvelle n° 3265
Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Rafale - Merignac
© D.R. - Dassault Aviation

  Pour la première fois, l'appareil de Dassault remporte une victoire à l'exportation, en Inde.  Avantage ou inconvénient, l'avion de combat est presqu'à 100 % made in France. Et fait travailler près de 500 PME dans de nombreuses régions françaises.

On connaît le modèle Meccano d'assemblage des Airbus, celui du Rafale n'en est pas si éloigné. À cette différence près que l'avion de chasse est presque totalement fabriqué en France. "Excepté quelques composants électroniques non sensibles achetés aux États-Unis pour des raisons de coût, l'ensemble du Rafale est produit en France", souligne Stéphane Fort, le porte-parole du groupe. Ainsi, les ailes en fibre de carbone sont fabriquées à Martignas-sur-Jalle (Gironde), le fuselage central en région parisienne à Argenteuil, les commandes de vol à Argonay (Haute-Savoie), l'avionique dans l'usine de Thales du Haillan (Gironde)... Toutes les pièces convergent ensuite à Mérignac, le site d'assemblage final.

Ce schéma industriel franco-français est spécifique au Rafale. Dassault Aviation sous-traite globalement plus de 20 % de son activité auprès d'équipementiers étrangers, en raison de son activité principale liée à la production d'avions d'affaires. Selon l'avionneur, pour une cadence de production de 11 appareils par an, le programme Rafale emploie au total 7 000 salariés directs et indirects. Un volume d'emplois a priori sécurisé au moins jusqu'en 2020, année où l'avionneur aura livré le dernier des 180 Rafale commandés par la France.

Deux grands partenaires et 500 sous-traitants

Un cycle de vingt-quatre mois est nécessaire pour fabriquer un Rafale. Il se décompose en trois parties équilibrées : un tiers pour la fabrication des pièces primaires, un deuxième pour l'assemblage des sous-ensembles et le dernier pour l'assemblage final. Mais en deçà de la cadence de 11 unités par an, certains sous-traitants seraient en sous-charge et menacés. Dassault Aviation s'interdit alors de peser plus de 40 % de l'activité de ses sous-traitants pour éviter de les fragiliser en cas de forte variation de l'activité. Ces emplois sont équitablement répartis. La moitié est employée par Dassault et les deux grands partenaires du "team Rafale", Thales et Safran. L'autre travaille dans les 500 PME sous-traitantes.

"Les principales pièces du moteur nous viennent de notre usine de Corbeil-Essonnes (Essonne), indique Didier Desnoyer, le directeur de la division des moteurs militaires de Snecma (groupe Safran). Nous travaillons en complément avec un important réseau de sous-traitants français." Parmi la centaine de fournisseurs du motoriste figurent entre autre des PME comme Micro Mécanique Pyrénéenne, Forge de Bologne, Exameca... Côté Thales, chargé de la production d'environ 25 % de l'avion, le Rafale génère de l'activité sur de nombreux sites : le radar est assemblé à Pessac (Gironde), les transpondeurs à Colombes (Hauts-de-seine), la production des écrans à cristaux liquides à Moirans (Isère)... Les grandes régions de l'aéronautique se taillent la part du lion en assurant les trois quarts de la sous-traitance industrielle en volume de chiffre d'affaires. Ainsi, l'Île-de-France capte environ 33 % du volume de travail associé au Rafale, tandis que l'Aquitaine et Midi-Pyrénées représentent chacune un peu plus de 20 %, le solde étant éparpillé entre les autres régions.

Mais la plupart des usines qui fabriquent le Rafale sont duales, donc à vocation militaire et civile. Ainsi, l'un des plus importants sites de Dassault, celui d'Argenteuil avec plus de 1 000 salariés et 50 métiers différents représentés, produit les fuselages de l'avion. Et assure également la fabrication des cockpits de tous les jets d'affaires Falcon. Le site de Poitiers, plus modeste lui, fabrique les verrières des avions militaires et réalise les plans horizontaux des avions Falcon depuis 2008

LES PRINCIPALES USINES
LE TRONÇON ARRIÈRE ET LA DÉRIVE DASSAULT AVIATION Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) Principal centre d'expertise et de fabrication des pièces composites, le site est chargé des tronçons arrières, des gouvernes et de la dérive.
LES AILES DASSAULT AVIATION Martignas (Gironde) Fortement doté en robots, le site assure l'assemblage et le test des voilures (aménagement des circuits hydrauliques et électriques) de tous les avions civils et militaires de la société.
LES COMMANDES DE VOL DASSAULT AVIATION Argonay (Haute-Savoie) Le site est spécialisé dans la production et la réparation des équipements électroniques, mécaniques et hydrauliques des commandes de vols (manche, cervo-commande de direction...)
LE RADAR ET L'AVIONIQUE THALES Étrelles (Ille-et-Vilaine), Pessac (Gironde), Le Haillan (Gironde) La production du radar à antenne active est réalisée sur les sites d'Étrelles pour les composants en microélectronique et à Pessac pour l'assemblage. L'avionique du cockpit est réalisée au Haillan.
LES MOTEURS SAFRAN Villaroche (Seine-et-Marne), Corbeil-Essonnes (Essonne) L'équipementier assemble en deux mois un moteur M88 dans son site de Villaroche. L'essentiel des pièces est fourni par son usine de Corbeil-Essonnes.
LE FUSELAGE DASSAULT AVIATION Argenteuil (Val-d'Oise) Depuis soixante ans, Argenteuil fabrique et aménage les fuselages des avions militaires de Dassault Aviation. Avec au total plus de 3 500 cellules à son actif, le site est le pilote industriel de cette activité.
LA VERRIÈRE DASSAULT AVIATION Poitiers (Vienne) L'usine assure la production et la réparation de verrière d'avions de combat, ainsi que leur conditionnement pyrotechnique pour se désintégrer en cas d'éjection du pilote.
L'ASSEMBLAGE FINAL DASSAULT AVIATION Mérignac (Gironde) L'opération d'assemblage occupe un tiers du cycle de fabrication de l'appareil, soit environ huit mois. Renforcé par un bureau d'études de soutien à la production, le site assure également les opérations de peinture et d'essais en vols.

Imprimer

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les entreprises qui font l'actu

Les auteurs 

Olivier James
Journaliste aéronautique 

Olivier suit le secteur aéronautique pour L'Usine Nouvelle depuis 2013. Titulaire d’une maitrise de Physique et du diplôme de journaliste et scientifique de l’ESJ Lille, il suivait avant pour le magazine les secteurs de la chimie et de la construction.

Suivez-le sur Twitter @olivjames

Contactez le par mail 

 

Hassan Meddah

Journaliste aéronautique, défense et espace

Titulaire d’une maitrise de Physique et du diplôme de journaliste et scientifique de l’ESJ Lille, Hassan suit les secteurs industriels de l’aéronautique, de la défense et de l’espace pour L’Usine Nouvelle depuis 2009

 

 

L'Aéro en images

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

Le carnaval de Venise est une fête traditionnelle qui remonte au moyen âge. Costumes, couleurs, masques, défilés sont au rendez-vous de cette manifestation qui a débuté il y a quelques jours.   

Voir la galerie

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?

  A Argenteuil (Val d’Oise), la société d'exploitation des matériels Martin Baker (SEMMB) filiale à 50-50 du fabricant britannique Martin Barker Aircraft et du français Safran, fabrique les sièges du Rafale et de l’ensemble des avions de combats de l’Armée française. La société, qui a produit en décembre dernier son 250e siège pour l'avion de combat tricolore, a réalisé un chiffre d'affaires de 28 millions d'euros en 2015. Il faut à peu près 200 heures pour fabriquer un exemplaire de ce siège éjectable. Depuis leur production en 1961, ils ont sauvé la vie de près de 700 pilotes, indique le fabricant.  

Voir la galerie

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?

Diaporama : Rafale, F-22, Typhoon et T-38 volent en formation

Du 2 au 18 décembre 2015, le   Trilateral Exercise Initiative (TEI) réunit à Langley (Etats-Unis), les armées de l'air américaine, britannique et française. Si le but premier de l'événement est bien une montée en compétence des pilotes, il faut avouer que cette rencontre dans le ciel américain produit des images exceptionnelles.   

Voir la galerie

Diaporama : Rafale, F-22, Typhoon et T-38 volent en formation

En images : Rafale, Typhoon et F22 Raptor font le spectacle

Les Rafale de l'armée de l'air française, les F22 Raptor de l'US Air Force et les Eurofighter Typhoon de la Royal Air Force dans le ciel américain se sont livrés à une impressionnant ballet dans le ciel de Langley, aux Etats-Unis. Une chorégraphie organisée pour la première édition du Trilateral Exercise Initiative (TEI), qui a lieu du 2 au 18 décembre 2015. Les pilotes des trois nations ont commencé à se livrer à des missions simples.

Voir la galerie

En images : Rafale, Typhoon et F22 Raptor font le spectacle

Diaporama : les Rafale sur la base aérienne de l'US Air Force de Langley

Six Rafale de l'armée de l'air française sont arrivés sur la base militaire américaine de Langley (Virginie). Objectif : un exercice trilatéral avec des F-22 Raptor de l'US Air Force et des Eurofighter de la Royal Air Force.L'exercice doit se terminer le 18 décembre.   

Voir la galerie

Diaporama : les Rafale sur la base aérienne de l'US Air Force de Langley
Voir tous les diaporamas "Aéronautique" >>
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous